10 -

JEAN DARCET

Ph. DUBEDOUT  

[Sommaire DOAZIT] - [Table des articles de Ph. D.]
 [Bibliographie] – [Jean-Pierre Darcet]
[Etymologie] - [Généalogie]


Jean DARCET (1724-1801), dessin de DAVID.

 

Né le 7 septembre 1724 - Décédé à Paris, le 24 pluviôse an 9 (13 février 1801).

 Nous n'allons pas entreprendre ici une biographie supplémentaire sur Jean Darcet (on se reportera pour cela à l'abondante bibliographie le concernant), mais simplement aborder la question de son lieu de naissance.

  La première mention des date et lieu de naissance de Jean Darcet se trouve dans la publication d'une biographie lue en Séance publique du Lycée des Arts, le 10 germinal an X (31 mars 1802), par l'Aturin Michel Dizé : "Jean D'ARCET naquit, le 7 septembre 1725, à Douazit, département des Landes."

On s'en est donc longtemps tenu à ces informations, bien que cette naissance ne figure pas dans les registres de Doazit. Toutefois, quelqu'un s'avisa qu'un Jean Darcet était né à Doazit, au Prouilh le 14 mars 1726, ce qui correspondait à peu près à l'âge de notre chimiste, et explique que l'on trouve cette date sur quelques publications le concernant.

Une tradition locale, née probablement de la méprise mentionnée ci-dessus, voulait que Jean Darcet fut né à Doazit au Prouilh. Peut-être aussi, conserva-t-on plus longtemps le souvenir d'une famille Darcet ayant habité cette maison jusqu'en 1847. Il n'y a aucun lien à faire entre la maison Prouilh et le chimiste Jean Darcet, si ce n'est un ancêtre commun vivant au XVIe siècle. Pourtant, aucun biographe n'a été épargné par cette erreur : Laborde-Lassalle, St-Palais, Lamaignère, Cuzacq. Il faut attendre l'article de G. Desmoulins et F. Thouvignon, dans le bulletin de la Société de Borda de 1969 pour faire quelques mises au point de toutes les erreurs qui ont pu être écrites précédemment, mais uniquement sur la parenté très proche. Il y est toutefois encore suggéré : "Les habitants du Prouilh pouvaient être des proches parents du père du savant."

 

En réalité, le berceau de la famille Darcet est à Labarrère*1. Mais la branche principale délaissa la maison de Labarrère en 1772 ou 1773 pour la maison Seignou (actuelle mairie), d'où elle disparaît en 1791. Le dernier représentant des Darcet-Labarrère est décédé à Pessabaté en 1844.

 

Le temps n'est plus, où, dans les collèges, nous pouvions affirmer avec un air important à tous les écoliers des communes voisines, que Doazit figurait dans le Petit Larousse. Après avoir laissé vérifier en vain nos contradicteurs incrédules, nous leur servions en nous rengorgeant l'article "DARCET ou ARCET (d') (Jean), chimiste français, né à Doazit [Landes] (1725-1801)". Nous ignorions tout de lui, mais il faisait notre fierté : Doazit était dans le dictionnaire.

Ce temps n'est plus... C'est la faute à Léon Léon-Dufour !

Il semble en effet qu'il ait été le premier à signaler la présence de l'acte de baptême de Jean Darcet dans les registres paroissiaux d'Audignon.*2

Acte de baptême*3 :
 

Chez monsieur Darcet bap(tesme).

Le sept septembre mil sept cens vingts quatre naquit monsieur Jean Darcet fils légitime de monsieur François d'Arcet et demoiselle Margueritte d'Audignon et a esté tenu sur les fonts de bap(tesme) par Mr Jean Darcet juge de Doazit et demoiselle Françoise Daudignon en présence de Monsieur Laborde et Jean Lagreulet tous de la p(rése)nte parroisse et de celle de Doazit et bap(tisé) par moy.

            Darcet           Françoise Daudignon

                   Laborde Lassale                      Ladoue vic(aire)

 

Cette découverte apportait une correction importante à la date de naissance : Jean Darcet était né en réalité le jeudi 7 septembre 1724.

On allait beaucoup plus loin en concluant peut-être un peu vite que Jean Darcet était né à Audignon. Il fallait dès lors proposer une explication à cette bizarrerie.

On invoqua alors une prétendue coutume qui voulait qu'une femme aille faire son premier accouchement chez ses parents (sa mère, Margueritte Daudignon était native d'Audignon)*4 :

Pour René Cuzacq (Un savant chalossais…p.7), "Marguerite alla faire ses couches en sa maison maternelle". Possible, mais simple hypothèse. Il nous précise alors : "la mère du savant, comme il arrive souvent, a dû aller faire ses couches chez ses parents à elle". Mais il semble ne pas y croire lui-même puisqu'il dit (p.7) "voici un autre problème". Si une telle coutume existait, il n'y aurait aucun problème a expliquer la naissance de Jean Darcet à Audignon alors que ses parents résidaient à Doazit.

La baronne Coincy Saint-Palais, (bul. société de Borda 1944, p.13), nous dit "comme il était autrefois d'usage, la jeune femme retourna chez sa mère a cette occasion". D'autres auteurs parleront de "coutume". Au cours de nos recherches nous avons déjà rencontré de tels cas, mais vraiment trop peu pour pouvoir dire qu'il s'agissait d'un usage ou d'une coutume.

On imagina que Margueritte Daudignon, venant d'on sait où et rentrant à Doazit, fut prise des douleurs, et dut accoucher d'urgence sur le territoire de la paroisse d'Audignon.

 

Plus sage, M. Thouvignon ne met pas en doute qu'il fut mis au monde à Doazit, et cherche plutôt une explication au lieu du baptême : "fut-il baptisé à Audignon par un prêtre ami ?" (R. Cuzacq, Un savant chalossais… note 3, p.8).

 

En l'absence de toute précision, la plus forte présomption pour le lieu de naissance d'un enfant, doit logiquement se porter sur le domicile de ses parents. M. François Darcet et Dlle Margueritte Daudignon, sa femme, résidaient à la maison Labarrère, dans la paroisse de Doazit.

Mais n'a-t-on vraiment aucune précision ?

Dans son Précis historique..., Michel Dizé, ami et ancien disciple de Darcet, précise que ce dernier est né "le 7 septembre 1725 à Douazit". Comment l'aurait-il su, si ce n'est de la bouche de Jean Darcet lui-même ? On pourra objecter, concernant la fiabilité de cette information qu'il y a erreur sur l'année. Mais ce genre d'approximation, fréquente à l'époque*5, ne doit pas remettre en cause le lieu de naissance : Douazit*6.

Pour savoir où naquit Jean Darcet d'après l'acte de son baptême, il suffit d'en lire l'en-tête qui nous répond : "Chez monsieur Darcet." Le nom de maison placé en tête ou en marge d'un acte de baptême, nous renseigne d'ordinaire sur le lieu de la naissance. Ce M. Darcet auquel il est fait allusion ici, est François Darcet, le père, ou Jean Darcet juge de Doazit, le grand-père. L'un et l'autre résidaient à la maison Labarrère, à Doazit.

 

Même si l'on peut admettre légitimement que Jean Darcet soit né à Doazit, il reste une question en suspend : Pourquoi fut-il baptisé à Audignon ?

On trouve plusieurs cas, mais qui ne semblent pas pouvoir s'appliquer au notre, où une personne née dans une paroisse est baptisée dans une autre.
"Le 20 janvier 1724 est né à Peyron d'Horsariu Jeanne de Hontan... et a esté baptisée le lendemain dans la chapelle de nostre bourcg (de Doazit) accause de la maladie de M. le curé dudit lieu (d'Horsarrieu)".

Dans les maisons périphériques de la paroisse (Despoys à Berdoy*7, par exemple, en 1677 et 1679) on va faire baptiser ses enfants à l'église de Maylis, avec permission de M. l'archiprêtre de Doazit. Est-ce par commodité ? l'église de Maylis est distante de 800 m, alors que l'église paroissiale d'Aulès est à plus de 3 km. Ou est-ce parce que le curé de Maylis, Jean Despoys, est un parent de la famille ?

Encore en raison de sa position géographique, le 20 novembre 1700, Jean Dabadie, né à Espaunic, "a été baptisé dans l'église de Maylies par Mr le curé de ladite parroisse et ce par concession de moy archiprêtre de Doazit attendu la proximité et le danger qu'il y avoit attendu l'éloignement et l'infirmité ou estoit ledit enfant".

On ne peut pas imaginer que Doazit, avec son archiprêtre, ses deux vicaires et ses prêtres habitués n'ait pas eu au moins un célébrant disponible. On peut par contre, trouver des débuts de piste dans le cas de Berdoy. La cérémonie a pu se dérouler à Audignon pour éviter un déplacement à la grand-mère Margueritte de Borrit, ou bien parce que Audignon est à mi-chemin entre le domicile du parrain (Doazit), et celui de la marraine (St-Sever). L'église d'Audignon a pu aussi être choisie afin que le baptême soit célébré par son vicaire, parent ou ami de la famille. L'abbé Ladoue était en effet déjà présent un an plus tôt au mariage du couple Darcet-Daudignon, célébré à Doazit.

En fait, nous ne voyons pas de raison irréfutable pour que Jean Darcet ait été baptisé à Audignon, hormis qu'il soit né dans cette paroisse. Mais comme aucune hypothèse convaincante n'a été proposée pour expliquer les raisons de sa naissance hors du domicile familial, nous revoilà au point de départ.

  En résumé, nous ne savons toujours pas si Jean Darcet est né à Bernadot (maison appelée actuellement Gouron) en Audignon, ou à Labarrère en Doazit. En l'absence de preuve contraire, nous ferons donc pencher la balance par une pointe de chauvinisme pour suggérer que Jean Darcet soit né chez ses parents, à Labarrère, à Doazit, le 7 septembre 1724.

 


Notes diverses :

Vers la fin de sa vie, Jean Darcet découvre l'alliage qui porte son nom : l'alliage Darcet. Il s'obtient en fondant les trois métaux suivant : Bismuth 50%, Plomb 32%, Etain 18%. Ce mélange fond vers 92oC.

Depuis 1851, une rue de Paris porte le nom de Jean Darcet.
Il a également une rue à son nom à Mugron, à Dax, et depuis septembre1994, la rue principale du lotissement du bourg de Doazit perpétue sa mémoire.

Le collège d'Aire (au Mas), où étudia Jean Darcet a également été baptisé du nom de son illustre élève.

 

Jean DARCET, chimiste et sénateur (1724-1801) ; buste posthume (1806), par Antoine Denis CHAUDET (1763-1810) ; châteaux de Versailles et de Trianon (MV1598bis) ; photo www.photo.rmn.fr.

 


Bibliographie :

Nécrologie ; extrait du Journal des Landes, du 11 ventôse an 9.

Précis Historique sur la vie et les travaux de Jean d'Arcet. Lu à la Séance publique du Lycée des Arts, le 10 germinal an 10, par Michel -J.-J. Dizé. Suivi de Nécrologie ; Extrait du Journal de Paris, du 25 pluviôse an 9 ; suivi de Eloge funèbre, prononcé aux obsèques du citoyen d'Arcet, par le citoyen Fourcroy, le 26 pluviôse an 9. Imprimerie de Gillé, rue St-Jean-de-Bauvais, Paris ; an X.

Le « Précis historique... » est accessible aussi en .pdf sur le site de la Bibliothèque Nationale
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k90042r (pages 171 à 212)

« Eloge historique de Jean Darcet, lu le 5 avril 1802  » par Cuvier, accessible sur :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k862478 (pages 99 à 114), ou sur :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k38605 (pages 163 à 185)

Chaussier et Adelon. Darcet (Jean) médecin... naquit en 1725 à Doazit, s.l. 1813 (Br 8o 125)

Biographie Universelle en 6 volumes, par une Société de Gens de Lettres - Paris 1833, t. II. p. 806

Dictionnaire Universel Michaud, tome 10, 1855, p. 129-130.

Note biographique in Revue de Gascogne 1864, p.317 & 1911, p.474 (Rev Gd 8o C)

Ch. Dezobry et Th. Bachelet. Dictionnaire général de biographie et d'histoire..., Paris 1866, p.744.

Alfred Dantès. Dictionnaire biographique et bibliographique... des hommes les plus remarquables dans les lettres, les sciences et les arts, chez tous les peuples, à toutes époques. Paris 1875, p.224

Ch. Beaufrand - G. Desclosières. Biographie des grands inventeurs. Paris 1877, p.98-100

Note biographique in Revue de Béarn, Navarre et Lannes 1886, p.77 ; 79 (Rev Gd 8o F)

Dufourcet. Les Landes et les Landais ; 1892, p.478.

Dupouy (Joseph). Jean Darcet, s.l. 1901 (Br 8o 1111). Semaine Religieuse du diocèse d'Aire et de Dax, du 22 février 1901.

Dupouy (Joseph). Jean Darcet. Nos Cahiers 1901, No 1.

Laborde-Lassale (André de). Une famille de la Chalosse ; 1902 ; p.75 à 80.

Bibal. Célébrités... du Béarn et Gascogne, in Réclams 1913, No 8 p.132, Pau (Rev Gd 8o A)

Bibal (M.-A.). De viris illustribus Vasconiae..., p.40, Auch 1914 (Pt 4o 127)

Revue La Nature, No 2733, 21 août 1926, p.116-117.

Extrait de " Nos Landes ", Ed. de la Librairie D. Chabas, Mont-de-Marsan, 1927. p.104 et 105 ; Les Landais illustres.

Cabannes (Gabriel). Galerie des Landais, tome 1, p.9-12, portrait; édition David Chabas, 1930.

Saint-Palais (Coincy), Baronne. Des rives du Gabas à celles de la Seine ; Bulletin de la société de Borda, 1944, p.11 à 25.

Lamaignère (Raphaël). Jean Darcet. Manuscrit déposé à la Société de Borda; 1947.

Cuzacq (René). Un savant chalossais, le chimiste Jean Darcet (1724-1801) et sa famille. Mont-de-Marsan, 1955 (Br 8o 628)

Un savant chalossais... le chimiste Jean Darcet..., in Bull. Soc. A. du Gers 1956, p.90 (Rev Gd 8o O)

Desmoulins (G.) et Thouvignon (F.). Le grand savant Jean Darcet . Bulletin de la Société de Borda, 1969, p.506 à 509.

Daudignon (P). A propos du grand savant Jean Darcet, in bulletin de la Société de Borda 1970, p.326-330.

Risso (J.).D'ARCET (jean) 1724-1801 Extrait de " Gens des Landes ". Ed. D. Cabas, Capbreton ; 1976. p.22

Thouvignon (Fernand). La journée Jean Darcet, à Doazit (22 mai 1977). In bulletin de la Société de Borda; 1977.

Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey, 1932-1990; tome 3, col. 336-339.

Wisniak (Jaime). Jean DARCET  Reseña biografica, in Revista CENIC Ciencias Químicas, Vol. 35, No. 2, 2004.

Bonnefemne (C). Histoire du Département des Landes..., p.22-23, Paris s.d. (Br In 12 609)

Robinet (Dr). Dictionnaire Historique et Biographique de la Révolution..., Paris s. d. (Us Gd 8o 34 t.l.)

 


 
 

Jean Darcet par le peintre GERARD, fin 1800.

<

 

[Sommaire DOAZIT] - [Table des articles de Ph. D.] 

O O O OO O O O


1- Les Darcet du Prouilh sont également issus de Labarrère, mais cette parenté est très ancienne : le 20 avril 1611, Jehan Darcet, de Labarrère, alla épouser Catherine du Peroulh

2- Coincy de St-Palais ;Des rives du Gabas à celles de la Seine ; Bull. Soc. Borda 1944, p.13, note 6. René Cuzacq (Le chimiste Jean Darcet et sa famille; ed. J. Lacoste, 1955, p.8, note 3) attribue la paternité de cette remarque à M. Thouvignon.

3- Etat civil d'Audignon (1700-1750); archives des Landes E. suppl. 1615 - 1

4- Marguerite Daudignon, mère de Jean Darcet, était originaire de la maison Bernadot (et non Bernadou), située à 600m à l'est du bourg d'Audignon. Cette maison porta ensuite le nom de la famille de ses occupants : à Barrouilhet (Gravé sur une pierre d'un encadrement de fenêtre on peut lire ce graffiti "Catherine Barroilhet 1764"). Cette maison est connue sous le nom de "Gouron", depuis que l'actuel propriétaire a racheté les terres d'une maison voisine démolie (250m plus à l'est), dont "Gouron" était le nom. (Les pierres provenant de la démolition de la maison Gouron ont été réutilisées pour la construction d'une grange à Hilhocat à Doazit). (A environ 30m au nord-ouest de Bernadot, on voit encore les ruines de la maison "Lalaude", ou "Hau de Lalaude", où résidait Jean Lalaude, guillotiné sous la Révolution).

5- Raimond de Laborde, de Péboué, qui dressa la généalogie de sa famille entre 1728 et 1742, se trompe d'une année sur sa propre date de naissance. Pour les membres de sa famille, pour lesquels il n'a pas pris la peine de consulter les livres baptistaires - il ne se fie donc qu'aux affirmations des intéressés - les erreurs de date sont fréquentes, souvent avec des écarts de 7 ou 14 jours, ce qui indique qu'on accordait alors plus d'importance au jour de la semaine qu'au jour du mois.

6- Jean Darcet devait pourtant bien connaître la date exacte de sa naissance et le lieu de son baptême (si ce n'est de naissance), à condition toutefois, qu'il ait reçu son extrait baptistère qu'il demande à son père par une lettre du 28 septembre 1771 en vu de son mariage. (Coincy de St-Palais, p.19).

7- Registre de la chapelle de Doazit, acte du 1er mai 1682.

 


 

 

Jean-Pierre, Joseph Darcet(*), est né à Paris le 31 août 1777, fils du chimiste Jean Darcet et de Françoise Amélie Rouelle. Essayeur (1801), puis vérificateur général des monnaies (1805) : auteur d'un mémoire sur l'art de l'essayeur, il améliora considérablement la fabrication et la trempe des coins de monnaie et mit au point des fourneaux spéciaux (1813). Il travailla, comme son père, sur des alliages divers - destinés par exemple à la fabrication des cymbales, des canons - ainsi que sur la trempe et la dorure du bronze. Il est aussi célèbre par ses recherches pratiques sur la fabrication des savons de toilette (1807) et sur la mise au point du savon de suif marbré. Il s'intéressa beaucoup à l'amélioration des conditions de vie de ses contemporains : études relatives à la description d'une salle de bain perfectionnée (1827) ou à la construction de "latrines-modèles", "sous un colombier, ventilées de la chaleur des pigeons et servant à la préparation de l'engrais" (1843). Etudes sur les "véritables influences que le tabac peut avoir sur la santé des ouvriers occupés aux différentes préparations qu'on lui fait subir" ; sur les problèmes "de distances qu'il est utile de maintenir entre les fabriques insalubres et les habitations qui les entourent" (1843). Il réfléchit aux problèmes "de l'incendie des salles de spectacle…" (1827), ou à la mise au point d'appareils de fumigations destinés au traitement des maladies de peau (1818). Il inventa de nouvelles méthodes de fabrication de soude ou de préparation de la colle forte obtenue par le traitement des peaux. Il reste connu pour la mise au point des "pastilles alcalines digestives contenant du bicarbonate de soude" : les fameuses pastilles de Vichy ! (1826). .. Il travailla sur "la panification de la fécule de pomme de terre" (1835). Il s'intéressa surtout à l'extraction industrielle de la gélatine des os et à son utilisation alimentaire : les fameuses "soupes gélatineuses de Darcet" citées par Balzac dans "La peau de chagrin". Son rapport sur l'éclairage au gaz (1823) lui valut d'être élu membre de l'Académie des Sciences. Membre honoraire de l'Académie de Médecine, Directeur des essais à la Monnaie de Paris, membre du Comité des arts et manufactures (1810) et de plusieurs sociétés savantes françaises. Marié à Claire Choron, il eut notamment un fils Félix, médecin, et une fille Louise, qui épousa le sculpteur James Pradier.
     Jean-Pierre Joseph Darcet est décédé à Paris le 2 août 1844.

(*) Principalement d'après le Dictionnaire biographique Mémoire des Landes, publié sous la direction de Bernadette SUAU ; Comité d’études sur l’histoire et l’art de la Gascogne ; 1991 ; p.94.

 

 

Jean-Pierre-Joseph Darcet, en 1828 (fils de Jean Darcet); par Ambroise TARDIEU

Buste de Jean-Pierre-Joseph Darcet, par son gendre le sculpteur PRADIER

 

[Sommaire DOAZIT] - [Table des articles de Ph. D.] 


Le nom de Famille DARCET

 

Hypothèses étymologiques
 

nom

origine

signification

auteur

source

Darcet

arceut (gascon)

redevance

Raphaël Lamaignère

Petite étude sur les noms patronymiques des familles dérivés du Gascon.. (Manuscrit déposé à la Société de Borda, Dax) 1943.

 

Arceut, arciut, arciot (gascon)

Lat. receptum.

V. Lespy

P. Raimond

Dictionnaire Béarnais ancien et moderne. Ed. Princi Negre, p.30 

Redevance féodale, droit de logement, particulièrement celui que percevaient les évêques.

 

Arceut (gascon)

Messade (droit de)

J. Légé

Les Castelnau-Tursan. Tome II, p.390 et 439

(messadam) 

 

arseutum

(latin)

droit de gîte, encore perçu au XIVe siècle, par l'abbaye de St-Sever

P.-D. Du Buisson

Historiae monasterii S. Severi libri X, (1681), éd. 1876. t.1, p.II et IV ; t.2, p.154 et 162 ; martyrologue de St Sever, fol.19 vo, 21 vo. (références relevées dans Saint-Sever millénaire de l'abbaye, colloque international 1985, éd.1986, p.82 et p.86.)

Arcet, Darcet

recipere (latin)

réception

Légé

Glossaire publié par M. Légé, dans son histoire du monastère de St-Sever, par du Buisson.*10 (information relevée dans Origine des noms de lieux dans les Landes ; Raphaël Lamaignère ; 1942. manuscrit déposé à la Société de Borda)

Arcet, Darcos

arx (latin)

petite hauteur fortifiée

Philippe Soussieux

Les noms de famille en Gascogne. 1991, p.59

d'Arcet

 

Forteresse

Baronne Coincy de St-Palais

Des rives du Gabas à celles de la Seine. Bulletin de la Société de Borda, 1944, p.12 :

"L'abbé Foix, d'après la Revue de Béarn (1883, p.490) donne en bloc aux d'Arcet, les armes suivantes : D'azur à une tour d'argent. Est-ce une allusion à une étymologie de ce nom qui signifierait "forteresse ?"

Darcet

Arceau*11

- nom de domaine ayant un arceau

- variante de Darcey : originaire d'Arcey (Côte-d'Or, Doubs, Eure)

Albert Dauzat

Noms et prénoms de France. Larousse, édition 1980

Arzet, Arcet

Artiacus

"Arzet, Arcet, est-ce Artiacus ?" nom d'homme latin

René Cuzacq

Deux petits dictionnaires Landais ; Origine des noms de lieux des communes landaises. Paroisses landaises annexées aux Basses-Pyrénées en 1790. 1966, p.51.

(non cité)

 

 

Michel Grosclaude

Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons. éd. Radio Païs, 1992.

 

Quelle que soit la signification du nom, sa forme (un nom de lieu "Arcet", précédé de la particule "D") peut être interprétée de deux manières : soit pour indiquer la possession d'un fief, soit pour indiquer un lieu d'origine.

Pour René Cuzacq*12, "Les origines nobles de Jean Darcet ne paraissent pas douteuses" (p.5) ; "l'appartenance de Jean Darcet (...) à la maison noble de Chalosse ne peut être sérieusement contestée" (p.41). Mais ces affirmations sont totalement gratuites. Elles ne reposent en fait que sur un préjugé de l'auteur, qui nous est révélé lorsqu'il dit à propos de la famille maternelle de Jean Darcet : "Le nom (d'Audignon) indiquait la noblesse" (p.6). A la décharge de M. Cuzacq, il faut préciser qu'il existait alors une totale confusion dans la généalogie de Jean Darcet, suite à la publication par André de Laborde-Lassale*13, de UNE FAMILLE DE LA CHALOSSE*14, qui mélange la famille Darcet de Doazit, avec une autre famille Darcet (noble ?) de St-Sever. En supposant qu'il y ait une origine commune, la lignée est distincte au moins depuis le tout début du 17e siècle. Dans les registres paroissiaux de Doazit, où l'on peut suivre cette famille sur plus de deux siècles, rien n'indique une quelconque noblesse.

Il semble plutôt que le nom de famille Darcet soit un nom d'origine. "Pour qu'une personne ait pu être surnommée du nom de sa ville d'origine, il fallait que cette ville ne soit située ni trop loin ni trop près. Trop loin, le nom risquait d'être inconnu. Trop près, il risquait d'être trop fréquent donc de ne pas être discriminant"*15. Compte tenu de la faible importance de la paroisse d'Arset, qui n'était qu'une annexe de la paroisse d'Audignon, Doazit paraît à bonne distance*16 pour avoir pu donner naissance au patronyme Darcet, appliqué à l'origine comme surnom à une personne originaire du quartier d'Arcet (avec château et chapelle) dans la commune de Montaut (40).

Il existe aussi un lieu-dit Arcet, voisin de Saugnac et Dax

Pour trouver d'autres origines géographiques possibles, nous pouvons partir de la répartition géographique, d'après l'annuaire électronique des abonnés au téléphone (minitel)

(décembre1995).
 

Département

abonnés

1

Ain

1

7

Ardèche

1

11

Aude

1

24

Dordogne

1

34

Hérault

4

38

Isère

1

40

Landes

1

41

Loir-et-Cher

1

64

Pyrénées Atlantiques

1

65

Hautes Pyrénées

1

69

Rhône

4

73

Savoie

1

75

Paris

8

76

Seine Maritime

1

92

Hauts de Seine

5

93

Seine St-Denis

2

 

 

 

 

 

     Cette consultation fait apparaître :
- la rareté du nom : 34 abonnés pour toute la France métropolitaine.
- une assez grande dispersion. On peut cependant retenir 4 zones : la région parisienne, la région lyonnaise, le Languedoc, et le sud de la Gascogne (plus la Dordogne).  
     En d'autres cas, on aurait pu conclure à 4 foyers d'origine distincts, mais vu la rareté du nom, toutes conclusions basées sur des statistiques de fréquence seraient bien fragiles.
     Nous savons qu'au moins deux personnes originaires de Doazit ont émigré et fait souche à Paris : Jean Darcet lui-même, et François Darcet né en 1772.

 

DARCET ou D'ARCET ?

Le nom est incontestablement formé d'une préposition « d' » et du nom de lieu « Arcet ». Mais faut-il ou non les agglutiner ?

Dans les registres paroissiaux de Doazit, lieu d'origine de la famille du savant chimiste Jean Darcet, ce nom est écrit 703 fois entre 1610 et 1742. La répartion des différentes orthographes se fait comme suit : « Darcet » = 97,3% ; d'Arcet = 1,7% ; Darzet = 0,6% ; Arcet = 0,3% ; Darset = 0,1%.

L'usage plaide clairement en faveur de la forme « DARCET ». Mais c'est une décision administrative*17 a réglé le problème :

« Dénominations. — (29 mars 1881.)
Le sénateur, préfet de la Seine,
Vu la loi des 16-24 août 1790, titre XI, article 3, § 1«,
Vu les lois des 18 juillet 1837, article 10, et 24 juillet 1867, article 17 ;
Vu les décrets du 24 août 1864 et du 10 novembre 1877, qui ont donné à deux rues de Paris les noms de Darcet et de Hersehel ;
Vu l'extrait de l'acte de baptême de Darcet (Jean), né à Doazit (Landes), le 14 mars 1726 ;
Considérant que c'est par erreur que, dans les décrets sus-visés, ces noms ont été orthographiés d'Arcet et Herschell ;
Sur la proposition, de l'inspecteur général des ponts et chaussées, directeur des travaux de Paris,
Arrête :

ARTICLE PREMIER. — Les inscriptions figurant actuellement sur les plaques de dénomination des rues suivantes seront rectifiées conformément aux indications ci-dessous :
Rue d'Arcet : rue Darcet.
Rue Herschell : rue Hersehel.

ART. 2. — Le directeur des travaux de Paris est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera inséré au Recueil des actes administratifs de la préfecture.

Fait à Paris, le 29 mars 1881. Signé : F. HEROLD. »

Cette décision s'appuie sur l'orthographe utilisée dans l'acte de naissance du 14 mars 1726. Malheureusement cet acte concerne un Jean Darcet, né au Perouil (actuellement « Prouilh »), qui n'est pas la personne escomptée. Quoi qu'il en soit, l'acte de naissance de notre illustre compatriote, du 7 septembre 1724 à Audignon, porte également l'orthographe « DARCET », en un seul mot.



[Sommaire DOAZIT] - [Table des articles de Ph. D.] 

 O O O OO O O O

 


10- Nous n'avons pas retrouvé les références exactes de cette publication de M. Légé. S'agit-il de l'abbé Joseph Légé ? Ce titre ne figure pas dans la liste de ses écrits, publiée en 1995 dans son Registre paroissial de l'église de Linxe, 1863 , par l'Association Mémoire en Marensin.

11- Le latin populaire arcellus, à l'origine du mot français arceau, a effectivement pu donner le mot gascon "arceth", mais le dictionnaire de S. Palay ne donne que les formes arc, arcade, arcèu..

12- Cuzacq (René). Un savant chalossais, le chimiste Jean Darcet (1724-1801) et sa famille. Mont-de-Marsan, 1955 (Br 8o 628)

13- A moins qu'il n'ait puissé lui-même dans l'article de la Semaine Religieuse d'Aire et de Dax du 22 février 1901.

14- UNE FAMILLE DE LA CHALOSSE. par André de Laborde-Lassale, 1902, p.75 à 80. Intéressant surtout par les extraits de correspondance entre Jean Darcet et la famillle de Laborde-Lassale, cet article est à l'origine de quelques affirmations erronées qui ont eu la vie dure : Le nom du père, Antoine Darcet, lieutenant-général du bailliage de Gascogne (faux) ; Jean Darcet né au Prouilh (faux) ; Jean Darcet avait les revenus des 3 métairies de sa mère (faux, c'est son père qui en avait l'usufruit) ; C'est à Doazit, au Prouilh qu'il découvrit l'alliage Darcet (faux)

Il semble que M. René Cuzacq ait eu beaucoup de peine à se débarrasser (sans y parvenir) des affirmations gratuites et fausses pistes qui doivent être imputées à M. André de Laborde-Lassale,(et à ses sources). Cuzacq, dans son ouvrage (pages 7 et 8), met en doute les dires de Laborde-Lassale, mais il n'ose pas faire table rase.

15- Michel Grosclaude. Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons. éd. Radio Païs, 1992. Les noms dits "d'origine" ; p.239.

16- Il y a six kilomètres à vol d'oiseau entre la chapelle d'Arcet et la maison Labarrère à Doazit.

17- Recueil de lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, dressé sous la direction de M. Alphand,... par MM. A. Deville,... Hochereau,... ; imp. nouvelle (Paris); 1886. (http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54064199)

 


 

Généalogie de la famille DARCET