Extraits des

POÉSIES

de

RAPHAËL LAMAIGNÈRE

concernant DOAZIT

[Retour poésies]  [Sommaire Doazit]  [Raphaël Lamaignère]

Notes de l'auteur ; Version en écriture normalisée, et traduction, de Philippe Dubedout (Pour la prononciation, on se reportera au recueil dactylographié des poésies de Raphaël Lamaignère, à la page indiquée)


Un curè desbrolhard

- La marchanda d'ueus

- A l'abbé Robert, curè de Doasit, navèth canonge

- Au hrair, curè de Tòssa

- Extrèit de "La hèita de Mossur de Benac, Senhor de Pojalèr"

- Hèsta a Montaut en l'aunor deu curè, l'Onoré Lafitte

- Au Robert, lo curè de Doasit

- Au disnar de l'abbè Saubignac

- Ua Camada dens lo Borg de Doasit qu'i a Quaranta ans

- A Noste

- Quaranta ans en arrèr.

- Extrait de "Au Petit Seminari d'Aire "

- Installacion deu hrair curè

- Permèr viatge a Mugron

- Au canonge Robert, curè de Doasit

- A l'abbè Lafitte, curè de Montaut

- Mission de Doasit

- A la glòria deu Jan Darcet, lo sabent chimista

- Au Hrair

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]

Un curè desbrolhard
(P. 20) 
 
 

  
Un curé débrouillard

A Doasit, un curè que vadè cap-virat
De véder deus vesins la poralha au son prat.
-"Que saberam totun se soi lo mèste a noste,
O se m'i minjerèi la mia darrèra crosta !

A Doazit, un curé devenait tourmenté de voir la volaille des voisins dans son pré.  
-"Nous saurons quand même, si je suis le maître chez moi, ou si je m'y mangerai ma dernière croûte !

Adara o tard vienut, que troberèi un truc,
E que veiram lavetz qui es lo mei malestruc.
Jo, n'èi pas nat besonh de consurtar notari,
Ni contre aqueth meiram de pregar Sent Secari..."

Tôt ou tard, je trouverai un truc, et nous verrons alors, qui est le plus maladroit. 
Moi, je n'ai pas besoin de consulter de notaire, ni de prier St Sécari (Saint imaginaire que l'on invoque contre une personne pour la faire se sécher) contre ce bétail..."

Qu'apèra la serventa. -"Anatz, shens mei tardar,
Samià'm quauques ueus coats, adarron, preu pradar..."
-"Que vòletz donc har, vos ?" -"Aquò, jo que'm regarda.
Ne'm cèrquitz pas resons ; sinon, prenetz v'i garda."

Il appelle la servante. 
-"Allez, sans tarder, semer quelques oeufs couvés, l'un après l'autre, dans le pré..." 
-"Que voulez-vous donc faire ?" 
-"Cela me regarde. Ne me cherchez pas de raisons, sinon, méfiez-vous."

Hèit com dit, lo curè, qui se'n vienè d'Aulès,
Que passà preu casau, suu camin deus mesplèrs.
Polas e hasalhòts au prat que s'omprejèvan
Mès los ueus eths tanben preu só que s'arrajèvan...

Fait comme dit, le curé, qui s'en venait d'Aulès, passa par le jardin, sur le chemin des néfliers.  
Poules et coqs se mettaient à l'ombre dans le pré, mais les oeufs, eux aussi, se chauffaient au soleil...

Suu seòt, ua vesia en tornar de samiar
En çò deu nos curè, curiosa, que s'espià.
E lavetz, que vedó ?.. De que clavà'u lo vèrbe.
Ueus de garias, pertot, esbarrejats dens l'èrba.

Sur le soir, une voisine, en revenant de semer, regarda, curieuse, dans le pré du curé. 
Et alors que vit-elle ?.. De quoi la rendre muette (lui clouer le verbe). 
Des oeufs de poule, partout, éparpillés dans l'herbe.

Que se'n va díser a tots : -"Las polas, au curè,
Que ponan nostes ueus... Barram-las au porèr.
La goja que'us amassa e ne'n hè pas 'malaise ;
Lo caperan que's harta, e que se'us ganha adaise !"

Elle s'en va dire à tout le monde : 
-"Les poules vont pondre nos oeufs chez le curé... fermons-les au poulailler. La servante les ramasse sans grand' peine, et le curé se goinfre et ça ne lui coûte pas cher (il se les gagne facilement) !"

E dempuish aqueth temps, tots que s'arregüeitàn
Hasans e poricòts, e clocas tot autant.
 

Et depuis ce temps-là, chacun garda chez soi, coqs et poulets, et glousses tout autant. 
 

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]

 
La marchanda d'ueus
(p. 42)

 

    La marchande d'oeufs.

     

Capvath Haget, ua joena damisèla
Que's passejèva a la plaça deus ueus ;
Pelhòta corta e tinta aus peus
Atau hesè de la donzèla.

    A Hagetmau, une jeune demoiselle se promenait sur la place où l'on vend les oeufs ; jupe courte et cheveux teints, elle jouait à la Madame.

-"Combien, ces oeufs ?" ce ditz en ua deu Mus.
-"Tà vos, cent liuras la dotzena" ;
Qu'èra lo prètz de la quinzena.
-"C'est cher !, ce ditz en aloncar lo mus.
Mais alors, vous manquez ici de marchandise ?"

    -"Combien, ces oeufs ?", demande-t-elle à une vendeuse du Mus. 

    -"Pour vous, cent francs la douzaine" ; c'était le prix de la quinzaine. 

    -"C'est cher !" dit-elle en faisant la moue (en allongeant le museau). Mais alors, vous manquez d'oeufs en cette saison ?"

-"Pas mei qu'aquò ! Preu Mus e per Aulès,
La poralha n'a pas, que crei, pluma a l'envèrs.
V'at disi, là, shens vantardisa."
-"D'où vient, alors, que c'est si cher ?"

    -"Pas plus que ça ! Je pense qu'à Doazit, la volaille ne fait pas les choses à l'envers. (elle n'a pas la plume à l'envers : elle fait les oeufs à la bonne saison). Je vous le dis sans vantardise. 

    -"D'où vient, alors, que c'est si cher ?"

-"Lo qui pòt plan pagar cent liuras en ivèrn,
Aqueth, tot jorn, que's hè mei rale.
Lavetz, quan vénem a pè tòrt,
Qu'at gàham tot a còp de pala
E que'n demàndam lo prètz hòrt."
 

-"Celui qui peut payer cent francs en hiver, se fait chaque jour plus rare. Alors, quand on vend pendant la pleine saison, (quand on met la chaussure au mauvais pied (à pied tordu), à l'inverse de ce qu'il faudrait : au mauvais moment), on ramasse des oeufs à la pelle et on en demande le prix fort."

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

 
A l'abbé Robert, curè de Doasit, navèth canonge
(22 julhet 1941) 
(P. 74)

 

A l'abbé Robert, curé de Doazit, nouveau chanoine

 

Que saludi cap baish aqueth navèth canonge 
Uei de la confrairia, a mens que sii mensonja... 
E bravo tà Doasit ! 
Plan que herà tinglar lo plec de la pelissa 
Qui l'an dat, l'aut jornàs, au sortir de la missa. 
Mieitat enterlusit !

Je salue tête basse ce nouveau chanoine, aujourd'hui de la confrérie, à moins que ce ne soit mensonge... Et bravo pour Doazit ! Il fera bien tirer le pli de la fourrure qu'on lui a donnée, l'autre jour, à la sortie de la messe, à moitié interloqué !

Qu'es coneishut de lonh lo Robert de Buglòsa, 
Qui at hesè tot bornir quan larguèva la glòsa, 
Shens crànher de tutar ! 
Pendent vint-e-quate ans, shens paur de las brumadas, 
De capsús a capvath qu'a hèit tant de camadas 
Que ne las pòt comptar.

Il est connu de loin, Robert de Buglose qui faisait tout retentir quand il larguait sa faconde (La glose peut aussi désigner la première partie d'une mission, au cours de laquelle le prédicateur racontait des faits ou anecdotes pris dans la vie courante et les commentait souvent avec humour pour en tirer une morale.), sans craindre de hurler ! Pendant vingt-quatre ans, sans peur de la brume, d'est en ouest il a fait tant de trajets à pied, qu'il ne peut les compter.

Dempuish dètz-e-ueit ans, dab unh auta poralha, 
Per planas e cotets que hala e tira tralha 
A l'aste e preu brancard. 
Mès, se per devath man e'u cèrcan de chicanas, 
Lavetz, que s'arrevira, e shens gants o mitanas 
Que s'empòrta l'escart.

Depuis dix-huit ans, avec une autre volaille, par plaines et coteaux, il avance péniblement et parcourt du chemin, au manche et dans les brancards. Mais si par dessous on lui cherche chicane, alors il se retourne et sans gants ni mitaines il règle le différend.

Amic, deus vielhs Bellòcs e deu Brun tot amassa 
Plegadís au dever, vos qu'atz seguit la traça ; 
Mès uei que n'ètz pagat. 
Pósquitz donc shens trebucs e bròi dab complasença 
Shens paur de'vs refredir, longtemps, e dab aisença 
Portar la pèth de gat ! 

Ami, vous avez suivi la trace des anciens curés de Doazit, les Bellocs et Brun, tous ensemble, se pliant aux exigences du devoir. Mais aujourd'hui vous en êtes payé. Puissiez-vous donc sans anicroches et avec beaucoup de complaisance, sans craindre de prendre froid, longtemps et avec aisance, porter la "peau de chat" (la pelisse de chanoine) !

 

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]

 
Au hrair, curè de Tòssa 
(P. 94)  
(5 novembre 1944)
 

  

A mon frère, curé de Tosse

Qu'èi hèit, l'aut jorn, l'amna sarrada 
Pelerinatge aus morts d'Aulès. 
Qu'èri sol per la prada 
E lonh deus jornalèrs.

J'ai fait, l'autre jour, le coeur serré, pèlerinage aux morts d'Aulès. J'étais seul sur le pré, et loin des journaliers.

Los darrèrs flòcs bon que flairèvan 
Suu rai d'un só tot brumacós ; 
E tots, bròi que's parèvan 
Devath lo cèu blancós.

Les derniers bouquets de fleurs embaumaient sous les rayons d'un soleil brumeux ; et tous s'étalaient en beauté, sous le ciel blanchâtre.

E que'us trobai devath la brosta, 
Amics en piòlas, ajacats, 
Mès, sustot, los de noste 
Com garbas aclucats.

Et je les trouvai sous les herbes, beaucoup d'amis gisants, mais surtout, ceux de notre famille, empilés comme des gerbes.

Aquí, lo riche com lo praube 
Dens l'arregòt que tien tinèu ; 
E chacun qu'aten l'auba 
Qui l'esquishi lo cèu.

Là, le riche comme le pauvre habite dans le sillon ; et chacun attend l'aube qui lui ouvrira le ciel.

Aquí, papà l'amna leugèra 
Dab un suspís, un jorn, partit, 
Que dròm devath l'agèra 
Suu soc arrevestit.

Là, papa, l'âme légère, parti un jour avec un gémissement, dort sous le lierre qui habille le sillon.

Mamà tanben, la bravolòta, 
Que l'i portàn un jorn d'abriu ; 
Vint ans a, qu'es aclòta, 
E que n'èi lo mau-viu.

Maman aussi, la pauvre, on l'y porta un jour d'avril ; il y a vingt ans qu'elle est enterrée, et j'en ai la peine encore vive.

Eths, qu'an la patz, nos qu'am la pena ; 
Eths, qu'an lo nid ; qu'am a passar... 
Mès, tots que'ns hèn enténer 
Las leçons deu hossar.

Eux, ont la paix, nous avons la peine ; eux ont leur nid, nous avons à passer... Mais tous nous font entendre les leçons du cimetière.

"Suu vòs camin, qu'ètz shens defensa, 
"Grana, a bèths còps, qu'es vòsta crotz ; 
"Portatz-la shens ofensa 
"Se cau, per los dus bots.

"Sur votre chemin, vous êtes sans défense, souvent votre croix est grande ; portez-la sans offense, par les deux bouts s'il le faut.

"Coratge, amics, e hatz la halha 
"De tot trebuc, jolh plegadís ; 
"De Diu seguitz la tralha 
"Qui menha en Paradís."

Courage, amis, renoncez aux faux pas (faites-en un feu), priez souvent (genoux souple, pour s'agenouiller) ; suivez la trace de Dieu qui mène au Paradis."

Puish, qu'èi hèit len dens la capèra, 
On èi deishat lo còr sagnar ; 
E qu'èi molhat perpèra 
Abans de me n'anar.

Puis, je me suis reposé (j'ai soufflé) dans la chapelle, où j'ai laissé saigner mon coeur ; et j'ai mouillé paupière avant de m'en aller.

Gran ben m'a hèit l'arrevirada 
Dens lo campòt deus morts d'Aulès ; 
E, creid-me, que m'agrada 
La leçon deus ciprès. 

Ce retour en arrière, dans le champs des morts d'Aulès m'a fait grand bien ; et crois-moi, j'aime bien la leçon des cyprès 

 

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

La hèita de Mossur de Benac, Senhor de Pojalèr (extrèit) [intégralité]

(P. 51) 

    L'affaire de Monsieur de Bénac, seigneur de Poyaler (extrait)

..... 
Pas la mendre estelòta au cèu ne s'arparèva, 
Mes, lo Benac au lheit que virèva-barèva. 
Leugèr com un lebraut, 
Benlèu que da lo saut ; 
Puish, a l'escuderia 
Que met la sèra a la poria.

    .... 
    Pas la moindre petite étoile ne paraissait au ciel, mais Bénac, au lit, se tournait et se retournait. 
    Léger comme un levraut, bientôt il se leva (il donna le saut) ; puis, à l'écurie, il met la selle à la pouliche.

Preus tucs de Sent-Aubin perseguit preu gahús, 
Preus tojars de Mailís e las gòrças deu Mus, 
En çò deu haur d'Aulès viste après que devara.

    A travers les collines de Saint-Aubin, poursuivi par le hibou, par les landes de Maylis, et les ravins du Mus, vite après il descend chez le forgeron d'Aulès.

- "On ès, hòu, Peirolet ?"                                
                      - "E qui m'apèra, adara ?" 
- "Jo, lo Benac. Lhevé-t ! De't parlar qu'aurí gai." 
- "Lo Benac ?.. Que sufeish... Qu'arribi shens delai !"

    -"Où es-tu, ho! Pierre ?"  
    -"Qui m'appelle maintenant ?" 
    - "Moi, Bénac. Lève-toi ! J'aimerais te parler." 
    - "Bénac ?.. Ça suffit... J'arrive sans délai !"

E qu'estaca preu còth la bèstia qui henilha 
Pendent que l'aut, dehens, hè càder la cavilha. 
Un òmi qu'òrb la pòrta, a tastas, tot pè-nud, 
Malhet e laganhós, cap pelat, pòt henut.

    Et il attache par le col la bête qui hennit, pendant que l'autre, à l'intérieur, fait tomber la chevillette. Un homme ouvre la porte, à tâtons, pieds nus, déhanché et chassieux, chauve, avec un bec-de-lièvre.

- "En aquesta òra, ací ? Que's passa donc per vòste ?" 
- "Aluca ! T'at dirèi tant que trémpim ua ròsta. 
Qu'as poder, s'èi comprés, e qu'ès un chic sorcièr..." 
- "Sorcièr ? Pas mei qu'aquò... N'èi pas que destraugèr.

    - "A cette heure, ici ? Que se passe-t-il donc par chez vous ?" 
    - "Allume ! Je te le dirai pendant que nous tremperons une "rosta" (vin chaud, ou bouillon à l'ail). Si j'ai bien compris, tu as des pouvoirs et tu es un peu sorcier..." 
    - "Sorcier ?. Pas plus que ça... Je n'ai que des ennuis."

- "saps pas se troberí moneda en çò deu diable ?" 
- "Que crei quiò."                                    
- "Qu'es vertat ?" 
                               - "Per jo, qu'es tot vistable." 
- "Anueit ?"                                            
- "Anueit !"                   
                   - "E donc, parlam deu noste ahar ; 
A penas s'èi lo temps, praube amic, de bohar..."

    - "Sais-tu si je trouverais de l'argent chez le diable ?" 
    - "Je pense que oui." - "C'est vrai ?" - "Pour moi, c'est tout vu (visible)." 
    - "Cette nuit ?" - "Cette nuit !" - "Alors, parlons de notre affaire ; c'est à peine si j'ai le temps de souffler, pauvre ami..."

Autanlèu lo sorcièr dab un burc que torneja 
Un topin escamat devant la chaminèia ; 
Qu'i mescla sang de sèrp, un crapaut, sagin doç, 
E tot dab dus tanòcs qu'at hè borir de pos.

    Aussitôt, le sorcier, avec un fourchon, remue une chaudière au pied cassé, devant la cheminée ; il y mélange du sang de serpent, un crapaud, du saindoux, et avec deux rafles de maïs, fait bouillir le tout, rapidement.

- "Tot que's devira plan... Anatz-ve'n, shens forçada, 
Dunc'au gua deu "Passada". 
Un òmi qu'i serà... Sautatz lo ponticòt, 
E hatz per tèrra un cerc dab aqueste horcòt."

    - "Tout se passe bien... Allez, sans vous presser, jusqu'au gué du "Passade". Un homme y sera... Sautez la passerelle, et tracez par terre, un cercle avec cette branche fourchue."

- "Quant te devi, garçon ?"                                 
                       - "Ne pàrlim pas d'estrena..." 
- "A jo m'an ensenhat que calè tostemps préner. 
Tè !.."                                                   
- "Gran mercí, mossur !"                     
                          - "Hè donc plan, Peirolet !" 
- "E vos, avisatz-ve de har lo virolet !"

    - "Combien te dois-je, garçon ?" - "Ne parlons pas d'étrennes.." 
    - "A moi, on m'a enseigné qu'il ne fallait jamais refuser. Tiens !.." 
    - "Grand merci, monsieur !" - "Porte-toi bien Pierre !" 
    - "Et vous, gardez-vous de faire la culbute !"

Com dit, mieja òra après, au tròt de la cavala 
Qu'arriba shens trebucs... Que sauta, que destala, 
E, suu rai de la lua aporada preu cèu 
Que mèrca lo gran rond dab la branca d'agreu. 

    Comme dit, une demi-heure après, au trot de la jument 
    Il arrive sans encombre... Il saute, il dételle, 
    Et, au clair de la lune perchée dans le ciel 
    Il trace le grand rond avec la branche de houx.

Negue com un bohon, la perpèra lusenta, 
Escaishalat, guarrut, dab un èrt qui plesenta, 
Un omiàs que s'aprèssa.                                 
                  - "Adiu, Benac ! Com va ? 
Que soi lo ... dequerò... Tè, paré-m lo cabà ! 
D'escuts e de loís d'aur que't pòrti plenha saca." 
- "Ah ! qu'ès tu, lo ?..."                                    
                    - "Caré-t ! Qu'as fenit d'estar maque."

    Noir comme une taupe, la paupière luisante, 
    Endenté, costaud, avec un air qui plaisante, 
    Un grand homme s'approche. - "Bonjour, Bénac ! Comment ça va ? Je suis le... chose... Tè, tiens-moi le cabas ouvert ! Je te porte un plein sac d'écus et de louis d'or." 
    -"Ah ! c'est toi le ...?" 
    - "Tais-toi ! Tu as fini d'être pauvre."

- "Abans d'anar mei lonh ; que vorrí saber que't dar." 
- "Ací qu'as un papèr. Signé-u shens destardar..." 
- "Mes, aqueth paperòt, jo ne'u poirí pas léger ?" 
- "Si, b'au mens de segur !.. Hè-te'n passar l'enveja !"

    - "Avant d'aller plus loin, je voudrais savoir quoi te donner." 
    - "Ici tu as un papier. Signe-le sans tarder..." 
    - "Mais, ce papier, je ne pourrais pas le lire ?" 
    - "Si, bien sûr !.. Fais-t'en passer l'envie !"

E lo marquís, tot teut, estomagat, 
Que vedó hoselhar com dus arnauts de gat. 
- "Alòm ! Hè viste ! Au cèu, la lua dessús la brosta 
Que s'alonca dejà... Que m'atenden a noste !"

    Et le marquis, tout étourdi, estomaqué, vit scintiller comme deux yeux de chat. 
    - "Allons ! Fais vite ! Au ciel, la lune au dessus du feuillage s'allonge déjà... On m'attend chez moi !"

E devath la lustror 
Que lejó dab terror : 
- "Au diable lo Benac senhor de nòble raça, 
A tot jamei que's da pr'aquesta paperassa. 
E, dempuish uei signat, sòus que'n receberà 
A pishadas, se vòu, tot jorn tant que viurà."

    Et sous la lueur, il lut avec terreur : - "Bénac, seigneur de noble race, par ce papier, se donne au diable à tout jamais. Et, depuis aujourd'hui, signé, il recevra de l'argent en abondance s'il veut, chaque jour tant qu'il vivra."

L'òmi, dab un ponchon que's tira sang d'ua venha : 
Qu'i trempa un caneròt : 
- "Vam ! signa aquí, shens crànher. 
E dens lo sacotòt 
Tu qu'auràs l'escutòt." 
- "Es donc segur ?.. Ditz-me se poish partir tranquille." 
- "Menteishi pas jamei. Paraule d'Evangèli !"

    L'homme, avec une piqûre, prit du sang d'une de ses veines : 
    Il y trempe une plume : - "Allons ! Signe ici, sans peur. Et dans la bourse tu auras l'écu." 
    - "C'est bien certain ?.. Dis moi si je peux partir tranquille." 
    - "Je ne mens jamais. Parole d'Evangile !"

Eishentiva, ua cagèca enter temps que coicà, 
E, suu crit, lo Benac que mancà darrocar. 
Puish, dens un eslambrec, en bodigant la tèrra, 
L'òmi que s'eslurrà dab un pet de tonerre. 

    Effrayante, une chouette, entre temps, cria, et, au cri, Bénac faillit se renverser. 
    Puis, dans un éclair, en fouissant la terre, l'homme s'y glissa, avec un coup de tonnerre. 
     

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Hèsta a Montaut en l'aunor deu curè, l'Onoré Lafitte,
aquí desempuish quaranta-e-dus ans. (19 julhet 1942)
(P. 76)

Fête à Montaut en l'honneur du Curé, Honoré Lafitte,

en poste depuis quarante-deux ans.

Après disnar tan bon on tots am hèit palhat, 
E puish tabenh plan agualhat, 
Jo que'm soi dit : "Shens te molhar la vèsta 
Poirés a l'Onoré benlhèu sohetar la hèsta..." 
S'adara èi tròp parlat, copatz-me lo pihèc, 
Passatz-me lo licòth e clavatz-me lo bèc !

Après un si bon déjeuner où nous avons tous bien mangé ( étendu une couche dans l'estomac), et puis aussi bien bu (ouillé), je me suis dit : " Sans trop forcer (sans te mouiller la veste), tu pourrais peut-être souhaiter sa fête à Honoré..." 

Maintenant, si j'en ai trop dit, coupez-moi le caquet, passez-moi le licol et clouez-moi le bec !

Gaujosas per Montaut qu'an virolat las clòchas, 
E, de pertot, los còishes 
D'Arcet e de Brocars 
Qu'an aloncat lo pas. 
E nos, sordats a la parada, 
Autorn de 'questa sopierada, 
Deu hilh deu "Pandelèr" 
Que càntam, uei lo jubilèu.

Les cloches ont tournoyé joyeuses, à Montaut, et, de partout, les enfants, d'Arcet et de Brocas ont allongé le pas. 

Et nous, soldats à la parade, autour de cette pleine soupière, nous chantons aujourd'hui, le jubilé du fils du Pandélé.

Que som vienuts, amic, au hum de la pregària 
En 'queste aniversari 
E dens tot l'atiralh de las lutz, de las flors 
Portà'vs deu noste còr las mei bèras eslors,

Nous sommes venus à cet anniversaire, ami, au fumet de la prière, et dans tout l'attirail des lumières et des fleurs, vous porter les plus belles efflorescences de nos coeurs.

Endòra, pietadós, en vòsta glèisa ompriva 
Au cèu qu'am demandat que, longtemps, pósquitz víver 
Urós dab lo tropèth qui ménhetz shens trebucs 
Per planas e per tucs.

Tout-à-l'heure, avec ferveur, en votre église ombreuse, nous avons demandé au ciel que vous puissiez vivre longtemps heureux avec le troupeau que vous menez sans faux pas par plaines et coteaux.

Desempuish cinquanta ans qui sèrvetz lo bon Diu 
Que v'at sabut virar las moscas deu poishiu. 
E shens nhau-nhaus, shens cançoneta, 
Au vòs dever tostemps vos qu'atz hèit plaça neta.

Depuis cinquante ans que vous servez le bon Dieu, vous avez su repousser les importuns (chasser les mouches gênantes).

Et sans faire de manières, sans vous plaindre, vous avez toujours fait place nette à votre devoir.

Deu cròish sortit "abbè", que v'envian ent'Amor 
On dab l'oncle sabotz guardar la bona umor*1.

Sorti abbé de la coquille (du séminaire), on vous envoie à Amou, où avec votre oncle, vous sûtes garder la bonne humeur.

Los vecaris, lavetz, qu'avèn plec e tornura ; 
Dab los patrons jamei n'aurén hèit a la hula... 
Los d'adara, pareish, peta-secs, arrenvèrs, 
Qu'arreguisnan au jun, que tiran de travèrs... 
Entà Pimbo, benlèu, que pàrtetz har samialha, 
E tirar la vermialha... 
Aquí, tres ans, hè bèth saber 
Com hesotz lo dever !

Les vicaires, alors, avaient souplesse et bonnes dispositions (pli et tournure) ; jamais ils n'auraient affronté leurs patrons... Ceux d'aujourd'hui, paraît-il, irascibles, qui prennent tout du mauvais côté, regimbent au joug, ils tirent de travers... Pour Pimbo, bientôt, vous partez ensemencer, et chasser la vermine... Là, pendant trois ans, Il fait beau savoir comment vous fîtes votre devoir ! 

Mès, d'Aire, un jorn, que v'arriba ua letròta, 
E, com qui tròta, 
Que ve'n viénetz nidar suu pitèr de Montaut... 
Lo nid qu'a plan tienut !... E, per hred e per caut, 
Bon obrèr, dab aisença, 
Tostemps dab complasença, 
Dempuish qu'ranta ans e mei, 
Vos n'atz hèit len jamei.

Mais, d'Aire, un jour, il vous arrive une lettre, et, comme qui trotte, vous vous en venez nicher sur le piton de Montaut... 

Le nid a bien tenu !... Et, par tous temps (par froid et par chaud), bon ouvrier, avec aisance, toujours avec complaisance, depuis quarante ans et plus, jamais vous ne vous êtes arrêté pour souffler.

A l'autar, tot matin, e com vos a la missa 
Qu'apúnham lo calice. 
Mès, uei, qu'i dèisham càder, aulorenc, afrutat, 
com un perhum deu cèu lo flòc de l'amistat.

A l'autel, chaque matin, comme vous à la messe nous prenons en main le calice.

Mais aujourd'hui, nous y laissons tomber, odorant, fruité, comme un parfum du ciel, la fleur de l'amitié.

Qu'at sàbetz : entre amics lo còr n'a pas nat atge ; 
Lo nos, qu'es tostemps joen, qu'a mèmes, bèth ramatge ; 
E, s'atz plaser dab nos de díser "O quam bonum !" 
Nos que'vs responeram dab lo "Quam jucundum."

Vous le savez : entre amis, le coeur n'a pas d'âge ; le notre, est toujours jeune, il a même beau ramage ; et si vous avez plaisir à dire avec nous "O quam bonum !" (Oh que c'est bon) nous vous répondrons avec le "Quam jucundum." (Que c'est agréable). 

Au mange tiénetz bon ! Qu'atz la pluma lusenta, 
E, se hèsta com uei unh aut còp e's presenta, 
Ací que torneram har bornir lo kyriè, 
E béver de champanha un gorrup, tot parièr !

Tenez bon au manche ! Vous avez la plume luisante, et, si une fête comme aujourd'hui, une autre fois se présente, ici, nous ferons à nouveau retentir le Kyrie, et nous reboirons aussi une gorgée de champagne !

Alòm ! Viratz v'ec plan !...                              
                        Qu'ei finit l'amuseta... 
De Doasit, de Mailís, Sent Aubin, Toloseta, 
D'Aire, de Sent Sever, de Luxei, de Banòs,*2
 
Que-vs dísem, truc sus l'uncle : "Ad felices annos !" 

Allons ! Sortez-vous-en pour le mieux!... J'ai terminé mon amusette... De Doazit, Maylis, Saint-Aubin, Toulousette, D'Aire, de St-Sever, de Luxey, de Banos, Nous vous disons, rubis sur l'ongle : "Ad felices annos !" (Vers d'heureuses années) 

 

1- Son oncle, le doyen, l'abbé Deyris.
2- Tous les prêtres et curés présents.


[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Au Ròbert, lo curè de Doasit
3 de janvièr 1944
(P. 82)
*

 

 

Sans crainte, cher ami, de paraître import--
Et puisque, double ban ! on s'entend bien les  
Que v'envii aqués' mot shens passar per l'oc-
Daigne Dieu vous garder durant quarante-
E shens mei de feiçon bénir tous vos des-
Depuis plus de vingt ans, "aris et pro fos-
Vous semez pour le Christ et vous faites re-
Jamais, face au devoir, vous n'avez la pit-
Solide comme un roc, flambant comme un sous  
A "Josaphat", un jour, vous mériterez  

1,
2,
3
4
5.
6",
7.
8 ;
9,
10.

..... importun,
..... les deux,
Je vous envoie ce mot sans passer par l'octroi
.... quarante-quatre
Et sans plus de façon, bénir tous vos desseins.
... ("aris et pro fossis") vous labourez et au lieu de creuser,
.... recette.
.... pituite ;
.... un sous neuf
Le jour du jugement, vous mériterez dix.

 

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

(P. 93) 
Au disnar de l'abbè Saubignac, navèth prêtre,
Com jo hilh de Doasit, lo 29 d'octobre 1944
*

 

Au déjeuner de l'abbé Saubignac, nouveau prêtre,

Comme moi fils de Doazit, le 29 octobre 1944.

*

Après disnar tant bon on tots am desglosit 
Fristí de jorn noviau shens pudir l'escosit, 
Lo Robert*3
que m'a dit, en me dant ua possada : 
"Alòm ! qu'es lo moment ! Dus mots shens esquissada !" 
Lavetz, que'm soi lhevat... Mès, se'm mescli lo hiu 
Que'u torneram la pausa en aqueth coteliu !

Après un si bon déjeuner, où nous avons tous dégluti, un gueuleton de jour de noce qui ne sentait pas le réchauffé, Robert m'a dit, en me donnant une poussée : "Allons ! C'est le moment ! Deux mots sans accroc !" 

Alors, je me suis levé... Mais, si je m'emmêle le fil, nous lui rendrons la pareille à cet oiseau ! (alouette).

Uei matin, lo "Plaçòt" qu'a carrilhoat las clòchas,*4 
E qu'èi vist preus camins òmis, hemnas e còishes 
Coda-li-coda atau, deus "Clòts" a "Mondiron", 
De "Guirosa" au "Lanòt", e deu "Proilh" a "Meron".

Ce matin, "Plassot" a carillonné, et j'ai vu par les chemins hommes, femmes et enfants, à la queue-leu-leu, ainsi, du "Clots" à "Mondiron", De "Guirouse" au "Lanot", et du "Proulh" à "Méron". 

E Maugrè lo plogèr, lo hred e la ventada 
Que son vienuts plaudí't a plenha carriotada. 
Qu'es bèth jorn entà tu, hèsta ennau tà'us deu "Guit",*5
 
E que me'n vorrí mau se ne t'aví seguit...

Et malgré la pluie, le froid et le vent, ils sont venus t'applaudir à pleines charretées. 

C'est un beau jour pour toi, grande fête pour les gens du "Guit", et je m'en voudrais de ne t'avoir suivi...

En glèisa, ger matin, endòra dab la fresca, 
Après un "Te Deum" de dret hèit a la tresca, 
Deu còr que t'èi portat las mei bèras eslors 
Devant l'autar parat e de lutz e de flors.

A l'église, hier matin, tout-à-l'heure avec la fraîcheur, après un "Te Deum" bien chanté (tressé bien droit), je t'ai porté les plus belles efflorescences de mon coeur devant l'autel paré de lumières et de fleurs.

Qu'ès prêtre, amic ! Ací, parelh com en cadèira 
Que te'n hèi compliment, en apunhant lo veire. 
Trenta-dus abans tu, s'èi plan sabut metrar, 
Qu'an possat per Doasit com ceths au cassorar.

Tu es prêtre, ami ! Ici, tout comme en chaire je t'en fais compliment, en levant mon verre. Trente-deux avant toi, si j'ai bien su métrer, ont poussé à Doazit comme cèpes sous les chênes. 

E qu'arribas tanben tà préner la seguida, 
Après mila enterbucs e mantua segotida. 
A Pojana, estacat dètz ans au peisheder 
Qu'as finit per copà't lo nod deu travader.

Et tu arrives aussi pour prendre la suite, après mille obstacles et plus d'une secousse. 

A Poyanne, attaché dix ans à la mangeoire, tu as fini par couper le noeud de tes entraves.

Com d'auts, qu'èras partit entà servir la França, 
Mès, de tornar sanís, tu qu'as avut la chança, 
Ah! que't tinglèva plan lo galon d'aspirant ; 
Mès, pelha de curè que't balha un èrt mei gran !

Comme d'autres, tu étais parti pour servir la France, mais, tu as eu la chance d'en revenir sain. Ah ! qu'il te seyait bien le galon d'aspirant ; mais l'habit de curé te donne un air plus grand !

Vè-i ne donc d'ara enlà, dab coratge, a l'obrada ; 
E, se deuts arparar com nos quauque borrada, 
Rapelé-t que lo cèu, dab l'ajuda de Diu, 
Tostemps que torna clar quan es 'stat pro plogiu.

Va donc, dorénavant, avec courage, à l'ouvrage ; et, si tu doit te protéger, comme nous, contre quelque averse, rappelle-toi que le ciel, avec l'aide de Dieu, s'éclaircit toujours quand il a été assez pluvieux.

Tira en abans shens paur ; tu, qu'ès joen ; qu'as l'aviéner ; 
Dab tots, que'n soi segur, tu que sauras conviéner. 
Vèn ! Lo monde qu'es gran... On que siis encasit, 
N'oblidis pas, amic, qu'ès un hilh de Doasit !

Avance sans peur ; toi, tu es jeune ; tu as l'avenir ; avec tous, j'en suis sûr, tu sauras t'accorder. 

Va ! Le monde est grand... Où que tu sois établi, n'oublie pas, ami, que tu es un fils de Doazit !

 

3- Le curé de Doazit.
4- Le chantre et sonneur.
5- Sa maison natale.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

 

A Noste
(P. 135)

 

    Chez nous

Preu borg amistós de Doasit 
Nostes pairins s'avèn chausit 
Pas shens sudada, 
Au só beròi espatarnat 
Un teit qui hesèn "Au Junat", 
Tà la nidada.

    Dans le bourg amical de Doazit - nos aïeux avaient choisi - pas sans suée, - bien exposé au soleil - un toit qu'on appelait "au Yunat", - pour la nichée

Aquí vadón tres mainadets 
Hardits, lurons, frescs e blondets, 
Flòcs de familha ; 
Lo papà, qu'èra benedit, 
La mair, valenta shens desdit 
E shens esquilha.

    Là, naquirent trois enfants - dégourdis, lurons, frais et blonds, - bouquets de famille, - Le papa était sacristain, - la mère vaillante, sans contredit - et sans esquille.

Nid estretòt, mès fièr larèr 
Dab un casau sus l'endarrèr 
On s'amusèvam ; 
E, com suu brancòt l'auseron 
S'espia au cèu en har ron-ron, 
S'aprivausèvam.

    Nid étroit, mais fier foyer - avec un jardin sur l'arrière - où nous nous amusions ; - et, comme l'oiseau sur la branche - regarde le ciel en faisant roun-roun, - nous nous apprivoisions.

Per temps, los praubets au taulèr 
Vienèn dab nos, l'èrt bravolèr 
Copar la crosta ; 
E puish, devant crotz ajulhats 
Hesèn pregàrias a palhats 
Dab los de noste.

    Parfois, les mendiants, à table - venaient avec nous, l'air doux - casser la croûte ; - et puis, agenouillés devant la croix - ils faisaient des tas de prières - avec notre famille.

Mès, un jorn, deu teit aimadiu 
Partín los hrairs, har tau bon Diu 
Samialha bona. 
E, dab la sòr, sola a l'ostau 
Mamà voló, lo còr vitau, 
Tiéner, e respóner.

    Mais un jour, du toit aimant - partirent les frères, faire pour le bon Dieu - bonne semaille. - Et, avec ma soeur, seule à la maison - maman voulut, le coeur vif, - tenir et répondre.

Temps qu'a corrut... Los dus au clòt 
Pr'Aulès que dròmen en pielòt 
Man meritanta ; 
Mès, s'an los òs per lo gason 
Eths qu'an deishat dens la maison 
L'amna vitanta.

    Le temps a couru.. Les deux dans la fosse - d'Aulès, dorment côte à côte, - main méritante ; - Mais s'ils ont les os dans la prairie - ils ont laissé dans la maison - l'âme vivante.

Praube "Junat", ton sovenir 
Jamei ne l'èi, jo vist fanir 
Maugrè los atges ; 
Mès, quan hèi conde deu ton nom, 
Au còr que'm senti lo rebomb 
Com los mainatges.

    Pauvre "Yunat", ton souvenir - jamais, moi, je ne l'ai vu faner, - malgré le temps ; - Mais quand je prononce ton nom, - j'ai le coeur en émoi, - comme un enfant.

Nid, on es morta nosta vutz, 
En tu deus vielhs son las vertuts 
Tostemps tenhèras... 
Amics, qui pàssatz après nos, 
N'oblíditz pas, còr pietadós, 
Los Lamanhèras.

    Nid où est morte notre voix, - en toi sont les vertus des anciens - toujours vivaces... - Amis, qui passez après nous, - n'oubliez pas, coeur compatissant, - les Lamaignère.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Extraits de "Aus Seminaris d'Aire * Au Casteth Seminari de Pojane * Au coletge de Dax." 
  
Quaranta ans en arrèr.

(P. 136)

      
      
    Quarante ans en arrière.
     
     
     

Que'm hei un punt d'aunor - preus ans benlèu blasit -
De'm díser qu'èi bequiat preu peís de Doasit :
Tèrra aimada deu Cèu, on possan per flocadas,
Aberòts e curès com huelha a las brancadas.
Trenta que n'èi comptat
S'èi plan arrecaptat.

    Je me fais un point d'honneur - bientôt fané par les ans - de me dire qu'on m'a donné la béquée au pays de Doazit : 
    Terre aimée du Ciel, où poussent par bouquets Abbés et curés comme feuilles sur les branches. 
    J'en ai compté trente, si j'ai bien su en recueillir les noms.

A noste, qu'èram sheis, plan sarcits dens la garba
Lo Firmènh, lo Felix, vaduts en çò deu "Barbe" ;
*151
L'Isidòr, lo Simeon,*152 tau trabalh plan camats,
Lo Rafaèl, lo Loís,
*153 com eths desembrumats.

    Chez nous, nous étions six, bien serrés dans la gerbe : Firmin, Felix, nés au "Barbe" ; Isidore, Siméon, formés (bien jambés) pour le travail, Raphaël, Louis, comme eux éduqués.

Que'm volí har curè... Mès, on trobar moneda ?
Portèva pas mamà lo mochoère de seda.
En atendent, tot còishe, e shens vira-barar
Que cantèví solet "Sanctus" e "Libera".
 
 

    Je voulais me faire curé... Mais, où trouver l'argent ? Maman ne portait pas le mouchoir de soie. 
    En attendant, tout jeune, et sans hésiter je chantais tout seul "Sanctus" et "Libera".

Que hesí l'aprentís en prechant dens ua caissa ;
E qu'èran tots aquí : l'Elèna
*154 dab la tressa,
Lo hrair dab lo pelhon, e tots los auts coishòts
Qui vienèn tots en rond ajulhà's suus planshòts.

    Je faisais l'apprenti en prêchant dans une caisse ; et ils étaient tous là : Hélène avec ses tresses, mon frère avec sa petite robe, et tous les autres enfants qui venaient tous en rond s'agenouiller sur les planches.

Au latin, tà benlèu, que'm hicàn dab Lapègue*155
Qui e'm hesó mei d'un an marchar dret dens l'arrega.
Mès, viste que partí... Lavetz lo Brun
*156 curè
Que'm tirà d'embarràs e de tot macorrèr.
 

    On me mit bientôt au latin avec Lapègue qui me fit marcher droit dans le rang plus d'un an. 
    Mais, vite après il partit... Alors le curé Brun me tira d'embarras et de toute misère. 
     

151- Firmin, jésuite, mort à Madagarcar, en 1883. Son frère, Félix, ancien curé de Montaut, mort curé de Tilh en 1875.
152- Isidore, supérieur de Maylis, mort en 1918. Siméon, curé de Luxey, mort en 1946.
153- Raphaël, curé de St-Aubin. Louis, curé de Habas.
154- Ma soeur.
155- L'abbé Lapègue, le vicaire, mort curé de Lüe.
156- L'abbé Brun,curé de Doazit, ancien professeur de seconde au vieux collège d'Aire, mort à Maylis où il avait été prendre sa retraite.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Extraits de "Au Petit Seminari d'Aire "
(1901-1902)
(P. 145)

 

A l'estuda deus grans de haut aporicat,
Qu'avèm com survelhant lo mèste
Filhocat.*157
Ancien sous-oficièr, qu'èra un turc, un esturre,
Qui jamei n'esloishèva un plec de la ganurra.
Los valarriens, los escarnius,
Los grans pendards, los maliciós,
Tots, a "l'Inhominia"
*158
Que'us barrejèva en companhia.
E lo dimenge après, au caièr qu'avèn "dus"
*159
Dab sovent deu Barrère*160 un compliment suu mus.
 

    A l'étude des grands, haut perché, nous avions comme surveillant maître Filloucat.

    Ancien sous-officier, c'était un turc, une mauvaise tête, qui jamais ne relâchait un pli de sa gorge.

    Les bons à rien, les moqueurs, les pendards, les malicieux, tous, à "l'Ignominie" il les envoyait ensemble.

Et le dimanche suivant, au cahier ils avaient "deux" avec souvent du supérieur, un compliment sur le nez.

 

157- De Doazit, mort curé de Saubion.
158- C'était une table branlante, sans pupitre, réservée aux plus dissipés de l'étude, sans distinction de personnes.
159- C'était la plus mauvaise note, figurant sur celles de la semaine, comme conduite générale à l'étude.
160- Le supérieur.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Havars, lo 24 de març. 
Installacion deu hrair curè.
(P. 176)

 

    Habas, le 24 mars.

    Installation de mon frère curé.

     

A nueit, amics, qu'èi hèit un rebe,
Doç e plasent en m'anidar.
Se ne deut pas balhà'vs la frèbe
Jo qu'aurí gai de ve'u condar...
Que vedí donc córrer los còishes
Per suus camins a triple pas,
E tring e trang hesèn las clòchas
En virolant capvath Havars

    Cette nuit, amis, j'ai fais un rêve, doux et plaisant en me couchant.

    S'il ne doit pas vous donner la fièvre j'aurais plaisir à vous le raconter...

    Je voyais donc courir les enfants par les chemins au triple galop, et tring et trang faisaient les cloches en tournoyant à Habas.

E que'm disón : "Uei qu'am la noça
"D'un caperan plan escadut,
"E qui, d'un mes sus la lua rossa
"De Tòssa arriba fresc vadut.
"Nos que l'am vist, sortint de pelha*161
Dab l'oncle ací, tot petitàs ;
"Uei, desvesat, la cleca arnelha,
"Curè que'ns torna de Havars."

    Et elles me dirent : "Aujourd'hui nous avons la noce d'un curé bien réussit, et qui, d'un mois sur la lune rousse, nous arrive tout frais, de Tosse.Nous, nous l'avons vu, sortant des jupes avec son oncle, ici, tout petit ; aujourd'hui sevré, le front fier, il nous revient curé de Habas."

E las duas mans sus la frimosa
Que'm deishudài tot rajoenit ;
E que'm semblà véder, amistosa,
L'auba on d'auts còps trescài lo nid.
Temps a de 'quò... L'arroganhèra
Deu temps sus jo qu'a hèit fracàs ;
Mès, s'èi perdut crin, pèth tenhèra,
Jamei n'èi oblidat Havars.

    Et les deux mains sur le visage, je me réveillai tout rajeuni ; et il me sembla voir, amicale, l'aube où autrefois, je tressai le nid.

    Il y a longtemps de cela... La rouille du temps a fait des dégâts sur moi ; Mais si j'ai perdu du crin et la jeunesse de peau, jamais je n'ai oublié Habas

Beròi peís on tot clareja
Lo blu deu cèu, l'èrba e la flor,
On, tot gramós e s'esbarreja
Lo briu deu Gave corredor.
Tèrra de choès d'on huma enqüèra
La fe deus vielhs shens ajacà's ;
Aunor, vertuts a plenh tiroère
Tostemps que tròban a Havars.

    Beau pays où tout resplendit, le bleu du ciel, l'herbe et la fleur, où tout écumant se répand le courant du Gave vagabond.

    Terre de choix d'où fume encore sans se coucher, la foi des anciens ; honneur, vertus à plein tiroir trouve-t-on toujours à Habas.

Tu, hrair, vèn donc ! Pren la seguida
De l'Isidòr, l'oncle curè ;
Com eth, shens paur, larga la brida,
Tà Diu com eth siis bon obrèr.
Geta semença, man valenta,
E bèth garbèr qu'apioleràs ;
E tu, dab tots en bona ententa
Posquis, urós, víver a Havars !
 

    Toi, mon frère, va donc ! Prends la suite d'Isidore, l'oncle curé ; Comme lui, sans peur, largue la bride, comme lui, sois un bon ouvrier de Dieu.

Jette de la semence, la main vaillante, et tu empileras un beau gerbier ; Et toi, en bonne entente avec tous, puisses-tu vivre heureux, à Habas !

161- Notre oncle Isidore, fut curé de Habas de 1896 à 1904, avant de devenir supérieur des Missionnaires de Maylis. Moi d'abord, et puis mon frère, nous allions passer avec lui, et une vieille grand'tante, une bonne partie de l'année.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Permèr viatge a Mugron
(P. 214)

     
    Premier voyage à Mugron

Qu'avi sèt ans... Tatàn Carmèla*162
Un ser, que'm ditz : "Saps la novèla ?
"S'ès sajolòt e bròi luron
"Se tu ne deuts estar volatge
"Que't menherèi dab l'atalatge
"Doman, au marcat de Mugron.

    J'avais sept ans... Tatie Carmèle, un soir, me dit : "Tu connais la nouvelle ? Si tu es sage et bien portant, si tu ne dois pas être volage je t'emmènerai avec l'attelage demain, au marché de Mugron."

E jo, content, devath l'apriga
La nueit ne podói dromir briga,
E que virài suu capceron,
L'endematin, shens culheveta
Qu'estoi lhevat abans l'aubeta ;
En cap n'aví sonque Mugron.

    Et moi, content, sous la couverture, la nuit je ne pus pas dormir du tout, et je me retournai sur le lit, le lendemain matin, sans faire de cabriole je fus levé avant l'aube ; et je n'avais en tête que Mugron.

Un còp passada la culòta,
Mamà, d'un tiroèr de taulòta
Un sòu que tirà tot mendron :
"Amic, ce'm ditz, dab ua potina,
"Que't cromperàs chuc o tartina
"Quan mijorn soni per Mugron."

    Une fois enfilée la culotte, maman sortit un tout petit sou du tiroir d'une petite table :
    "Ami, me dit-elle, avec un baiser, tu t'achèteras de quoi boire ou manger quand midi sonnera à Mugron."

Que saludam Mailís-la-Blanca,
E Sent Aubin on dom l'estanca :
Aus plèishs cantèva l'auseron...
E la cavala que volèva
Juste com suu camin la lèbe ;
E jamei n'èram à Mugron.

    Nous saluâmes Maylis-la-Blanche, et Saint-Aubin où nous nous arrêtâmes :
    Les oiseaux chantaient dans les haies... et la jument volait tout comme le lièvre sur le chemin ; et jamais nous n'arrivions à Mugron.

Benlèu, deu som de la costeta,
Vedom lusir per la brosteta
Deu bròi cluchèr lo baveron,
E, per la vila proverosa
Que'm sentí bàter l'amna urosa
Quan destalam en plenh Mugron.

    Bientôt, du haut d'une côte, nous vîmes luire à travers le feuillage la bavette du joli clocher, et dans la ville poussiéreuse je me sentis battre l'âme heureuse, quand nous dételâmes en plein Mugron.

Çò que vedoi, n'at saurí díser ;
Mès, que'n perdoi, crei, la devisa
E l'apetit au tisteron.
Com ahromics, montèva monde,
Deus joens, deus vielhs, tots a la ronda,
Entà la fèira de Mugron.

    Ce que je vis, je ne saurais le dire ; Mais j'en perdis, je crois, la parole et l'appétit au panier.
    Les gens montaient comme des fourmis des jeunes, des vieux, tout alentour, pour la foire de Mugron.

Hesom un torn... Dens ua botiga
Qu'entram crompar tres pams de liga,
E dus bonbons au cocuron.
La dauna, lèu, shens badinatge,
Atau que'm ditz : "Lo bròi mainatge !
"N'a pas lo medish a Mugron..."

    Nous fîmes un tour... Dans une boutique, nous entrâmes acheter trois empans de cordonnet et deux bonbons dans un cornet.
    La patronne, bientôt, sans badiner,me dit comme ça : - "Le joli garçon ! il n'a pas son pareil à Mugron..."

"Se vos, madama, e'u vòletz véner,
"Tornatz ací cuelhé'vs l'estrena,
"Entau marcat de Marteron*163.
"Que'u balherèi, se'm vòu complàser
"Onhons suu plat cueits a la brasa,
"E puish, mestura de Mugron."

    "Si vous voulez le vendre, madame, revenez ici, vous chercher le paiement, pour le marché de Toussaint. Je lui donnerai, s'il veut se rendre agréable, des oignons sur le plat, cuits dans la cendre, et puis de la méture de Mugron."

Lo ser, mamà que'm ditz : "Qu'ès triste !
"Que'm hès lo mus... Vam ! Minja viste !"
- "Doman, ce'u dic. Uei, qu'èi lo gron !.
"Demanderatz a la Carmèla
"Çò que l'a dit ua gran' fumèla...
"Mès, mei ne'm parlin de Mugron !"
 

Le soir, maman me dit : "Tu es triste ! Tu me fais la moue... Allons ! Mange vite !"
"Demain, lui dis-je. Aujourd'hui j'ai l'estomac noué ! Vous demanderez à Carmèle ce que lui a dit une grande femme... Mais qu'on ne me parle plus de Mugron !"

 

162- Ma grand'tante, dont j'étais le choyé.
163- Toussaint.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

 

Au canonge Robert, curè de Doasit
(P. 217)

     
    Au chanoine Robert, curé de Doazit

Au canonge Robert, mèste en pè de Doasit,
De Sent Aubin on me soi acasit,
Jo que sohèti bona anada,
E, mei shens escarnada
*164,
D'i víver urós
E pros !
*
 

Au chanoine Robert, maître en pied de Doazit,
de Saint-Aubin où je me suis établi,
je lui souhaite bonne année,
et , sans autre écorchure,
d'y vivre heureux
et avenant !
*

164- Resté longtemps malade l'année d'avant.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

A l'abbè Lafitte, curè de Montaut, nomat canonge per l'avesque.
(P. 218)

26 janvier 48

 

    A l'abbé Lafitte, curé de Montaut, nommé chanoine par l'évêque

    26 janvier 1948 -

  

 

Vos qui portatz crotz en baveta
E la shamarra en subersaut
Urós que soi de'vs har corbeta,
Navèth canonge de Montaut !

    Vous qui portez croix sur la bavette et la chamarre par dessus le tout, je suis heureux de vous faire courbette, nouveau chanoine de Montaut !

Cinquanta ans a benlèu, shens un hum d'arrauquilha,
Lo punh plenh de cabelh granhiu,
Per planas e pitèrs, tostemps shens nada esquilha
Qu'atz engarbat entau bon Diu.

    Depuis bientôt cinquante ans, sans un soupçon d'enrouement, le poing plein d'épis garnis de grains, par plaines et coteaux, toujours sans aucune esquille vous avez mis en gerbe pour le bon Dieu.

Plegadís au dever qu'atz pres mantua sudada ;
Au jun, jamei n'atz dit que non !
Mès, tanben, com en flòcs tròbetz, uei, la nidada
D'amnas qui hèn lo vòste aunor !

    Souple au devoir vous avez pris plusieurs suées ; sous le joug, jamais vous n'avez dit "non" ! 

    Mais, aujourd'hui, trouvez comme en bouquet, la nichée d'âmes qui font votre honneur !

Quenh atge atz ? Jo n'at sèi... Pr'aquò qu'atz bròi plumatge,
E l'uelh vitèc, per suu marcat !
N'ètz pas, vos, de Doasit, on tots an bon ramatge,
Arren jamei d'esperrecat ?

    Quel âge avez-vous ? Je ne sais... Mais vous avez beau plumage et l'œil vif, par dessus le marché ! 

    N'êtes-vous pas de Doazit, où tous ont bon ramage, jamais rien de déchiré ?

Totun, com dab los ans los rumes son a crénher,
Lo noste avesque, plan lhevat,
Entà'vs virar lo hred, vs'a hicat sus l'arrenha
Lo mantolet qui avèm rebat.

    Toutefois, comme avec les ans, les rhumes sont à craindre, notre évêque, bien levé (du bon pied), pour vous protéger du froid, vous a mis sur le dos le manteau dont nous avions rêvé.

Portatz, portatz long temps l'agradiva shamarra ;
Mès, ne v'escàrnitz pas los òs !
Lonh de tot enterbuc, lonh de tota bagarra,
Hardit, hatz-lo ganhar los sòus !

    Portez, portez longtemps l'agréable chamarre ; mais, ne vous écorchez pas les os ! 

    Loin de tout faux pas, loin de toute bagarre, hardi, faites-lui gagner les sous !

Suu plec beròi lusent de la blanca pelissa,
Tots los Montauts joens o papets,
Passada deu camalh la hèsta esposaliça,
Heràn doman un fièr tropèth.

    Sur le pli bien luisant de la blanche pelisse, tous ceux de Montaut, jeunes ou vieux, finie la noce du camail, feront demain un fier troupeau.

E que vorrí shens fres, en tota galantisa,
Jo, curelòt de Pojalèr,
Ací, deu "Pax tecum" en Diu enviar la bisa
Au menh amic deu "Pandelèr"*165.

    Et je voudrais sans frais, en toute galanterie, moi, petit curé de Poyaller, ici, du "Pax tecum" en Dieu, envoyer la bise a mon ami du Pandelè.

Mèmes, se'u pòdem véder, un bèth jorn, centenari,
E donc, gaujós, au son larèr,
Torneràm preus camins, en chanjant l'ordinari
Bruslar l'encens a l'Onorè*166.
 

    Même si nous pouvons le voir un beau jour centenaire, alors, joyeux, nous reviendrons à son foyer par les chemins, en changeant l'ordinaire, pour brûler l'encens à Honoré.

165- Sa maison natale à Doazit.
166- Honoré, son prénom.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Mission de Doasit
(P. 221) 

17 de heurèr 48

 

    Mission de Doazit

    17 février 1948

     

Amics, sedut a vòsta taula,
Ací deishatz-me lo plaser
Com un gascon qui arrid e nhaula
De'vs díser un mot tot a laser.

Amis, assis à votre table, - ici laissez-moi le plaisir - comme un gascon qui rit et qui grogne - de vous dire un mot tout à loisir.

Herèi d'abòrd la reverença
En 'queth canonge rajoenit
Qui, l'aut jornàs, en aparença
Mancà deishà's càder deu nid.

Je ferai d'abord la révérence - a ce chanoine rajeuni - qui, l'autre jour, en apparence - faillit se laisser tomber du nid.

Bròi qu'es tornat a l'arrevita,
E, com abans, que pòt piular ;
Mèmes, se'u hesèn la shopita
En bon Robert, sauré hular !

Il a joliment ressuscité, - et, comme avant, il peut piailler ; - même si on lui cherchait des noises - en bon Robert, il saurait se défendre !

Molet solide, shens montura,
Que'n va preus viòts d'Aulès, deu Mus !
Va donc, n'a pas perdut la tura
Quan hè bornir los oremus !

Le mollet solide, sans monture - il s'en va par les sentiers d'Aulès, du Mus !. - Allons donc, il n'a pas perdu son souffle - quand il fait retentir les oremus !

Diu que nse'u guardi shens macada,
Long temps enqüèra per Doasit ;
E que deu plan heci flocada
Abans qu'au cèu sii acasit !

Que Dieu nous le conserve en bonne santé, - longtemps encore à Doazit ; - et qu'il fasse fleurir le bien - avant de s'en aller au ciel !

Com au primtemps flaira la brosta
Dab vos, messiurs, vieni sentir
De la mission, hòra de noste,
Un petit hum tà'm convertir.

Comme le feuillage embaume au printemps - je viens respirer avec vous messieurs - un petit relent de la mission, - hors de chez moi, pour me convertir.

Tu, hòu, gran mèste Detchenique,
E tu, Robert, lo fin nabot,*167
Deu mau qui pertot espernica,
Hardits, que vieneratz en bot.

Eh, toi,, grand maître Detchenique, - et toi, Robert, le fin neveu, - vous viendrez à bout, courage, - du mal qui nous égratigne.

E, deu "Laurai" duncò "Guirosa",
E de "Lapiga" à "Campsuson",
Deus qui an la tinta a la frimosa
Tireratz pluma e peluson.

Et du "Lauray" à "Guirouse", - et de "Lapigue" à "Campsuson", - à ceux qui ont la figure teinte - vous enlèverez plumes et duvets.

Au miei d'un monde qui's desconha
Dab las possadas deu diablèr,
Sauratz sortir de bariconha*168
Los en·holiats dens l'avuglèr.

Au milieu d'un monde qui se détraque - avec les incitations diaboliques, - vous saurez sortir du ravin - les folles victimes de l'aveuglement.

E tu, peís de bona traca
On jo de víver èi tan grasit,
Au plan damoré't a l'estaca :
Sauva l'aunor deu menh Doasit !

Et toi, pays de bonne qualité - où il m'a tant plu de vivre, - reste attaché au bien : - sauve l'honneur de mon Doazit !

167- Missionnaires de Buglose.
168- Ravins.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

A la glòria deu Jan Darcet, lo sabent chimista
vadut a Doasit lo 7 de seteme 1725
mort a París lo 13 de heurèr 1801.
(P. 223)
 
 

    A la gloire de Jean Darcet, le savant chimiste 

    né à Doazit ou Audignon(?) le 7 septembre 1724 

    mort à Paris le 13 février 1801 

      

    Traduction de l'auteur :

En 'queth peís on tot verdeja
On, shens nat trum lo blu deu cèu cordeja,
De sovenirs lo còr jamei blasit
Glòrias, quan poish, que canti de Doasit.

    En ce pays qui garde ses vertes frondaisons, et où le bleu du ciel se profile sans nuages, mon coeur, toujours vivant de souvenirs, chante quand il le peut les gloires de Doazit.

Tèrra de choès, aquí qu'an volut vàder
Braves gents de tot peu qui meritan l'aubada.
E mèmes, se deví descluishar lo verset
Que bruslerí d'abòrd hum d'encens au Darcet.

    Sur cette terre de choix, ont voulu naître des gens de toute condition, qui méritent l'aubade ; mais si je devais entonner le verset, je brûlerais tout d'abord mon grain d'encens à Darcet.

Aqueth nom deu sabent com la bròja floreta
Tostemps clarós qu'arreverdeish :
Doasit pòt hà'n punheron-punhereta
E còr valent, que'u benedeish.
 

    Ce nom de nos anciens*169, telle la jolie fleur des champs, refleurit toujours pour nous, dans sa lumineuse clarté ; Doazit peut se le passer de main en main, et le bénir, l'âme vaillante.

69- Le texte traduit comporte une variante : "Aquét nom dous Anciéns..."

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]  

Au Hrair
(P. 223)

29 de julh 1948


Jubilèu deus sons vint-e-cinc ans de pretrisa.
(1923-1948)
 

     
    A mon frère.
    29 juillet 1948
    Jubilé de ses vingt-cinq ans de prêtrise.
    (1923-1948)
     
     

Dejà vint-e-cinc ans... Com lo temps passa viste !
Tartàs, Sent Paul, Callen, Pèira, Tòssa, Havars...
Uei, qu'ès de la revista,
On, gaujós, a Buglòsa en pelegrin te'n vas.

    Déjà vingt-cinq ans... Comme le temps passe vite !
    Tartas, Saint-Paul, Callen, Peyre, Tosse, Habas...
    Aujourd'hui, tu es de la revue, où, joyeux, à Buglose en pèlerin tu t'en vas.

Manòbre deu bon Diu, qu'as hèit mantua socalha,
Hroment qu'as ensacat e plenhat lo solèr ;
E, mèmes de flocalha
Qu'as embelit lo camp, com un bon jornalèr.

    Manoeuvre du bon Dieu, tu as fait plus d'un labour, tu as ensaché du froment et rempli le grenier ; et tu as même embelli ton champ de bouquets, comme un bon journalier

Rapelé't !... L'Isidòr, lo Simeon e los Barbes,*170
Los Dulaus, los Hontangs, e jo, praube pihèc,
Tau mèste qu'am hèit garbas
Shens crànher de gahar croishidura o tohèc.

    Rappelle-toi ! Isidore, Siméon et les Barbe,
    Les Dulau, les Hontang, e moi, pauvre vieux bougon, pour le Maître nous avons fait des gerbes sans craindre d'attraper des courbature ou de s'enrhumer.

Hala au jun, com nosauts ! Maugrè lo vent qui conha
E qui at arrolha tot, au cèu lhèva los braç ;
E de la bariconha*171
Tot çò qu'èra engorgat sortira d'embarràs.

    Tire sous le joug, comme nous ! Malgré le vent qui cogne et qui entraîne tout, lève les bras au ciel ; et tout ce qui était embourbé
    dans la fondrière sortira d'embarras.

Deus òmis en·holiats hora aus pès la maliça,
E tant pis per la crotz... Lo mèste atau qu'at vòu.
Tu, la man au calice,
Vè te'n cercar coratge en díser : "Introibo".

Foule au pied la malice des hommes rendus fous, et tant pis pour la croix... Le Maître le veut ainsi.
Toi, la main au calice, Va chercher du courage en disant : "Introibo" (j'entrerai).

Diu que't hèci la graça a l'aujor de l'ostia,
Longtemps de portar haut deu son nom lo flambèu ;
Lavetz, en valentia,
Que't poiràs repausar... mei bèth serà ton cèu.
 

Que Dieu te fasse la grâce au rayonnement de l'hostie, de porter haut et longtemps le flambeau de son nom ; alors, avec "vaillance" tu pourras te reposer... plus beau sera ton ciel

170- Nos parents prêtres et missionnaires.
171- La fondrière.

[Sommaire Doazit]
[Raphaël Lamaignère]
[retour au début]