Ua Camada dens lo Borg de Doasit qu'i a Quaranta ans
================
Extraits des POÉSIEs de
RAPHAËL LAMAIGNÈRE

Notes de l'auteur.
Mise en écriture normalisée, et traduction, de Philippe Dubedout
 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]



- Ua Camada dens lo Borg de Doasit qu'i a Quaranta ans
- Lo temps de d'auts còps
- La Camada
- Entà finir
- Lo "La Ramè"
- Unh'auta deu "La Ramè"
- Lo charlic
- Ua bròja deu Charlic
 
 
 
[Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]

Ua Camada dens lo Borg de Doasit qu'i a Quaranta ans
*
(1 200 vèrs) 

Hèit fin de l'an 1945 e hicat la crotz lo 2 de janvièr 1946

Lo La Ramè (44 vèrs) 
Lo Charlic (46 vèrs) 
(1 290) 
*******************

Une promenade dans le bourg de Doazit, il y a quarante ans
*
(1 200 vers)
 
Fait à la fin de 1945
 
et terminé le 2 janvier 1946
 
 
La Ramé (44 vers)
 
Charlic (46 vers)
 
(1 290 vers)

Lo temps de d'auts còps
(P. 106)

Le temps d'autrefois

Que'm hè gai de tornar quaranta ans en arrèr 
Víver dab los Doasits, tranquille au menh larèr. 
On son los de'queth temps ? On son, per la carrèra ?*6 
La mort, l'un après l'aut, com ua nega posoèra 
Que'us a tots esclarits... Per Aulès e preu Mus*7 
A l'estàn*8 de la crotz, uei, qu'espian tà capsús*9.

Ça me fait plaisir de revenir quarante ans en arrière 
Vivre avec les Doazitiens, tranquille à mon foyer.
 
Où sont-ils ceux de cette époque ? Où sont-ils, (ceux qui étaient) dans la rue ? La mort, l'un après l'autre, comme une noire sorcière les a tous éclaircis... A Aulès et au Mus, à l'étai de la croix, aujourd'hui ils regardent vers l'est.

Mes, l'imatge e lo nom que'us èi dens la memòria, 
E de'us aver comptats com amics que'm hèi glòria. 
Eths que son arribats... Qu'am enqüèra a morir... 
Eths qu'an hèit lo camin... Que l'am a pehorir*10
*

Mais leur image et leur nom, je les garde en mémoire, et je me fais gloire de les avoir comptés comme amis. 
Eux sont arrivés... Nous avons encore à mourir...
 
Ils ont fait le chemin... Nous l'avons à fouler.

Que'm sovien que preu borg, deu temps deu menh joenèr, 
Que vivèm tots en patz, deu "Pit" au "Pijonèr"*11
Jamei ni pair ni mair, ni cosin ni monone 
Entre eths ne s'aurén hèit grimaisha o pam de mona. 
Que's sabèn amusar tanben shens nat domau, 
E n'i coneishèn pas lo venim deu caishau. 
Nos, los còishes, qu'avèm bon peu, bona eishaliva, 
E qu'èram escapius*12, quan l'escòla finiva.

Il me souvient que dans le bourg, du temps de ma jeunesse, 
Nous vivions tous en paix, du "Pit" au "Pigeonnier".
 
Jamais ni père ni mère, ni cousin ni oncle, entr'eux ne se seraient faits grimace ou pied de nez (empan de singe). Ils savaient aussi s'amuser sans dommage, et on n'y connaissait pas les langues de vipères (le venin des dents).
 
Nous, les enfants, avions bon poil, bonne salive, et nous étions portés à fuir, quand l'école finissait.

Jo, qu'anavi, hardit, un còp plan vrespejat, 
Har virolar lo cerc suu planèr deu "Serbiat"*13
D'auts còps preu "Pariben"*14, lo long de l'arrelhòta 
Que m'enviavan har pèisher, a noste, la vacòta.

Moi, j'allais, hardi, après avoir pris un bon goûter, faire rouler le cerceau sur le terrain plat du "Serbiat". 
D'autres fois, chez moi, on m'envoyait faire paître la vache, au "Pariben", le long du ruisseau.

Mes, quan vienè dijaus, tà pojar suu "Tarrèr"*15 
Jo, deus mei trafalhants*16 n'èri pas lo darrèr. 
Aquí, preu miei deus chacs, deus bròcs, de las agèras, 
Que hesèm gorlerar topins, e cafetièras. 
E puish, tots adarron, e shens paur deus verbaus, 
Qu'anàvam segotir los pruèrs preus casaus. 
Enfènh, entà finir la nosta arreguisnada 
Tots, au vira-porquèr hesèm la coquinada.

Mais quand arrivait jeudi, pour monter sur le Ram, moi, des plus turbulents, je n'étais pas le dernier. 
Là, au milieu des piqûres, des épines, du lierre, nous faisions dégringoler pots et cafetières.
 
Et puis, en suivant les uns des autres, et sans peur des procès verbaux, nous allions secouer les pruniers dans les jardins.
 
Enfin, pour terminer notre escapade, (ruade)
 
Tous, nous nous amusions à faire des cabrioles.

A la glèisa pr'aquò qu'èram pro sajolòts, 
E mème pietadors com petits anjolòts. 
Que s'ac calè tanben, pr'amor que lo vecari 
Que ns'auré confirmats shens tòrça a la pregària.

A l'église, par contre, nous étions assez sages, et même dévot comme de petits anges. 
Il le fallait aussi, sinon le vicaire nous aurait confirmés sans même interrompre la prière.

Mans juntas, a sèt ans que servivi dejà 
Duas messas tot matin shens jamèi pleitejar. 
Qu'i ganhavi dus sòus en per la mia setmana, 
Dus sòus - lo dit au cuu*17 - pesats a la romana. 
E shens mème deishà'us lo temps de s'eslorir, 
Que'us anavi de tira au "Ninòt"*18 esclarir. 
Los còishes, de dus sòus uei que herén la halha 
De tant qu'an espudit aquera petitalha...

Mains jointes, à sept ans, je servais déjà deux messes chaque matin, sans jamais discuter (sans pouvoir rechigner). J'y gagnais deux sous pour ma semaine, deux sous - le doigt au cul - , pesés à la romaine. Et sans leur laisser le temps de moisir, j'allais aussitôt les éclaircir (les dépenser) au "Ninot". 
Aujourd'hui, les enfants négligeraient deux sous (ils en feraient un feu) tant ils ont en dégoût ces si petites pièces...

N'aví pas que dètz ans, e dejà dab antrènh 
Que cantavi solet "Requiem" au lutrènh. 
Entà papà malaut, per caut o per ventada, 
Que'm hesí dab lo Brun*19 ua petita sautada.

Je n'avais que dix ans, et déjà avec entrain je chantais seul "Requiem" au lutrin. 
Pour papa malade, par temps de chaleur comme de grand vent, je me faisait un petit salaire avec l'abbé Brun.

Qu'èi tostemps devant jo las messas deu matin 
On las gents, lo dimenge, s'apiolavan shens fin*20
Hemnas au capuishon, òmis dab la gran' blosa, 
Deu "Lubat" a "Manec", e deus "Clòts" a "Guirosa"*21
Que vèi lo vielh curè au tuc de l'"Aspergès", 
En passant arrosar lo monde a tot travèrs. 
Quant èran ? Jo n'ac sèi ; mes, tots en ribambèla 
Au bon Diu que hesèn ua bèra cliantèla.

J'ai toujours en mémoire (devant moi) les messes du matin où les gens, le dimanche s'entassaient sans discontinuer. Femmes au capuchon, hommes à la grande blouse, du "Lubat" à "Manecq", et "dous Clots" à "Guirouse", je vois le vieux curé au moment de la bénédiction, en passant, arroser les gens de part en part. Combien étaient-ils ? Je ne sais ; mais tous en ribambelle ils faisaient une belle clientèle au bon Dieu.

Tostemps plan adobat, e bròi cueit com l'arpàs, 
De cadèira qu'avèm tà l'amna lo repàs. 
-"Que som, los mens chers hrairs, en un temps de batalha 
"On de l'iraga, ací, lo Diable hè samialha. 
"E lo Combes*22, pareish, qu'auré mème trobat 
"Compairs e companhons entà'ns har lo sabat. 
"Que s'i poirén trompar ! Qu'am la meussa*23 tilhuda, 
"E dens lo noste còr la fe n'es pas peu-muda... 
"Contra nos, hèi, messiurs, que pòdetz har cordèth, 
"Mes, a minjar curès qu'i deisharatz la pèth..."

Toujours bien assaisonné, et bien cuit comme la pâtée, le repas de l'âme nous arrivait de la chaire. 
-" Nous sommes, mes chers frères, dans une époque de bataille, où, ici, le diable fait semaille d'ivraie. Et Combes, paraît-il, aurait même trouvé des compères et des compagnons pour nous faire le sabbat. Ils pourraient s'y tromper ! Nous avons la rate coriace, et dans notre coeur, la foi n'a pas varié... Contre nous, soyez-en sûr, messieurs, vous pouvez vous y mettre tous, mais, à force de manger du curé, vous y laisserez la peau..."

Tot dimenge, lo Brun, dab lo còp de hossina, 
Que'ns cavilhava au cap la paraula divina... 
De'queth temps, qu'ac poish díser, arreish n'èra mosquiu 
Lo Brun qu'avè parlat, tant valè lo bon Diu. 
Mes, uei se lo Vital*24 tirava enqüèra cama 
Que crei que heré plan de préner unh auta gama. 
*

Chaque dimanche, Brun, à coup de pioche, nous chevillait en tête la parole divine... 
De ce temps là, je peux le dire, personne n'était susceptible ; Brun avait parlé, ça valait autant que si ç'avait été le bon Dieu.
 
Mais aujourd'hui, si Vital était encore là (s'il marchait encore), je pense qu'il ferait bien de prendre un autre registre. 
 
*

Las daunas que vienèn deu "Banòs" au "Pelòt"*25
Devant noste jogar tot dimenge, en pielòt : 
L'un còp, qu'èra au "cent-un"*26, l'aut còp a la "siseta". 
Qu'aurén ganhat austant de deishar l'amuseta, 
E de partir cantar "Dixit","Magnificat", 
Miélher que de cuicar com aucas au marcat...

Les femmes venaient du "Banos" au "Pelot", en groupe devant chez nous, chaque dimanche pour jouer : une fois, c'était au jeu de mariage, l'autre fois à la "siséte".
Elles auraient gagné autant à laisser leur amusement, et à aller chanter "Dixit", "Magnificat", plutôt que de criailler comme oies au marché...

Quan au nos permèr pair Diu balhà la paraula 
Gelosa com ua canha, un jorn qui èran a taula, 
La hemna que'u disó : "Deu ton lencoet, garçon, 
"N'as pas jamei sabut arren tirar de bon. 
"Que me'n carqui, se vòs ; e, doman, la fumèla 
"Que'n saurà, siis tranquille, aviar la manivèla !"

Quand Dieu donna la parole à notre premier père, sa femme, jalouse comme une chienne, lui dit, un jour qu'ils étaient à table : "De ta langue, garçon, tu n'as jamais rien su tirer de bon. Je m'en charge, si tu veux ; et, demain, la femme saura, sois tranquille, en faire aller la manivelle !"

Las cartairas deu borg que's devèn rapelar 
Qu'èran hilhas d'ua mair qui-e sabè batalar. 
Qu'avèn un bon pihèc, e nada n'èra mèca*27
Mèmes, qu'aurén rendut confusa la cagèca*28
E mantun que disè, quan èran au planshòt : 
"Lo qui'us trencà lo hiu n'estó pas nat manchòt !"

Les joueuses de cartes du bourg devaient se rappeler qu'elles étaient filles d'une mère qui savait se servir de sa langue. Elles avaient un bon caquet, et aucune n'était bègue ; elles en auraient même rendu confuse la chouette. Et plusieurs disaient, quand elles étaient au lavoir : "Celui qui leur coupa le frein de la langue ne fut nullement manchot !"

Qu'aimavan, ci preu là, lo petit jus de vinha, 
Aqueth jus, près de tròp, qui pòrta a tots la guinha, 
E qui, deu barricòt purgat de tot bostolh, 
A l'un da la varièra, a l'aut fièbre e gargolh.

Ils aimaient, à l'occasion(?), le petit jus de vigne, ce jus, qui, pris de trop, porte à tous la guigne, et qui, de la barrique purgée de tout bouchon, donne à l'un des vertiges, à l'autre fièvre et gargouillement.

Pintaires de tot peu que'us comptavan a piòlas, 
- E mème, suu marcat, coada de beriagòlas -, 
Blanc, roi o pigalhat, tot que'us èra de bon, 
Duncò deishà's gahar, cauque còp, au sedon. 
Quan atau civadats avèn cauhat la tura, 
Adaise que hesèn lo mus a la hredura...

Buveurs de tous poils, on les comptait en masse, - et même, par dessus le marché, bon nombre de buveuses -. Blanc, rouge ou rosé, tout leur était bon, jusqu'à se laisser prendre parfois au collet (se laisser prendre par surprise). Lorsque ainsi stimulés ils avaient chauffé le goulot (le gosier), ils se moquaient bien de la froidure...

Un còp la carca plenha, au "Tortigue", au "Banos"*29
Au "Plassenh" au "Ninòt", que cantavan com hòus. 
E puish, l'erbèr content, e la cleca quilhada 
Que prenèn lo serenh per devath la huelhada.

Une fois la charge pleine, au "Tortigue", au "Banos", au "Plassin" au "Ninot", ils chantaient comme des fous. Et puis, l'estomac content, et la tête dressée, ils prenaient le frais sous le feuillage.

Gran popard deu broquet qu'èra lo "La Ramè"*30
Qui-e's trufava pas mau deu só, com deu brumèr, 
E qui dens l'arrelhòt, o devath la gotèra, 
Passava dus, tres jorns a cubar la pintèra...

Grand suceur du robinet était "La Ramè", qui se moquait bien du soleil tout autant que de la brume, et qui, dans la rigole, ou sous la gouttière, passait deux, trois jours à cuver sa cuite...

Que disen que lo Cèu que velha suus beriacs... 
Qu'ac creirí taus Doasits, quan shens plagas ni macs, 
Lo diluns au matin, au rebomb de l'aubeta 
E's quilhavan de pès, shens brolhar la moleta... 

On dit que le Ciel veille sur les ivrognes... Je le croirais pour les Doazitiens, lorsque sans plaies ni bosses, le lundi matin, au retentissement de la sonnerie de matines, ils se tenaient debout, sans être indisposés...

 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

La Camada

(P. 109)

 

  
Suu pitèr de la rota, e de haut aporat, 
Lo teit deu "Còi" plan alustrat*31
Au borg que dava entrada, 
Un còp còsta horada. 
Aquí, lo vielh Firmenh, ragotet*32 e hardit 
Entau son Baptiston qu'ensacava l'ardit. 
Qu'avè, tà tot anar, tau hred, la calorassa, 
Suu capuish un berret tot arronhós de crassa. 
-" Tè, ce'm disè mamà, que crei qu'au bugadèr 
"Que'n tirarén de grep un pam dens l'aradèr"*33 
E que nse'n arridèm, per dehens, shens malice, 
Quan lo vedèm passar dab la soa cascantissa. 
Qu'èra lo temps urós 
Dont èri moquirós. 

Au coy. 
- Pierre (ou Firmin) Dupouy, propriétaire exploitant (o 1835) ; Jean-Baptiste Dupouy, son fils (o 1869).
 
 

Sur le piton surplombant la route, et haut perché, le toit du Coy, bien éclairé par le soleil, donnait entrée au bourg, une fois franchi le chemin creux de la côte. 
Là, le vieux Firmin, gros, trapu et hardi pour son petit Baptiste mettait l'argent de côté.
 
Il avait pour toute façon d'être, pour le froid, la grande chaleur, sur la tête un béret tout incrusté de crasse.
 
-"Tè, me disait maman, je crois que dans la grosse toile de la cuve à lessive on retirerait une épaisseur de crasse d'un empan"
 
Et nous en riions, entre nous, sans méchanceté, quand nous le voyions passer avec sa saleté.
 
C'était le temps heureux où j'étais encore morveux.
 
 


  
  
Deu "Còi" permèr vesin, qu'èra lo "Lamorana", 
Lo Capdeviòla, en blosa grana, 
Qui-e portava, carcat, penut darrèr lo còth, 
Lo sac de facturòt. 
Dempuish mei de vint ans, que halava la biaça 
Deus "Tresquèrs" au "Portau", deus "Pins" a la "Nivassa"*34
E qu'avalava prova, arparat suu baston, 
Shens jamei har de tròp "santé" dab lo pinton. 
-"Vien béver un còp, Felix ! 
-"Non ! que t'arremercii, 
"Ce responè, pr'amor a noste la Maria 
"Au ser que'm serviré lenca e saussa de mus, 
"Dab un sermon au cap, fricassat au son jus." 
E, seguit per los cans, en flisquetant la cleda 
Mei ne'u tornavan véder. 

A Lamourane.. 
- Pierre Capdeviolle, dit Félix, facteur (o ca 1846) ; Jeanne Beyris, sa femme, dite Marie (o ca 1856).
 
 

Premier voisin du "Coy", était "Lamourane", Capdeviolle, en grande blouse, qui portait, chargé, pendu derrière le cou, le sac de facteur. 
Depuis plus de vingt ans, il traînait sa besace du "Tresqué" au "Pourtau", "dous Pins" à la Nibasse, et il avalait de la poussière, appuyé sur son bâton, sans jamais faire de trop "santé" avec la bouteille.
 
- "Viens boire un coup, Felix !
 
- "Non, je te remercie, répondait-il, parce que chez nous, Marie, ce soir, me servirait langue et sauce de museau (soupe à la grimace), suivis d'un sermon, fricassé à son jus."
 
Et, suivi par les chiens, en fermant le loquet du portillon, nous ne le revoyions plus.


  
A "Lamaret", suu costicòt hangut 
Près deu camin batut, 
E qui-e tau Mus e's vira 
Que vivè la "Pechira". 
Qu'anava en çò deus auts ganhà's lo tròç de pan 
Dab lo dalh, lo carriòt, o la pica a la man. 
Que'u davan la clacalha e, suu prètz, ua botelha 
D'on tirava lo shuc tà guarí's la grehelha. 
Obrèr, mèste, paisan, lavetz qu'èran amics... 
Uei, ne coneishen pas que pelièrs e bernics... 

A Loustau du bourg, ou Lamaret. 
- Jeanne Dané, o 1829, dite Pethiire 
 
 

A "Lamaret", sur le raidillon boueux près du chemin battu, qui tourne vers le Mus, vivait la "Péthiire". 
Elle allait chez les autres se gagner le morceau de pain avec la faux, la brouette, ou la pioche à la main.
 
On lui donnait de quoi manger, et pour le même prix, une bouteille d'où elle tirait le jus pour guérir son râle.
 
Ouvrier, maître, paysan, alors étaient amis...
 
Aujourd'hui on ne connaît plus que malice et fâcheries.
 
 

  
  
Lo Lannebras e la soa Madelina, 
- Ua bona Catalina -, 
Au mei har tots los dus au mestí, shens moscalh, 
Que tiravan trabalh. 
Era, per cauques sòus, qu'anava lavadora 
Au clòt deu "Pariben" o preu gua de "Sandora". 
Qu'èra tota mendròta e magra com un sit ; 
Mes qu'avè lo lencoet de pendardèr sarcit. 
Eth, lhevat de matin, suu mulet que partiva 
Ta ganhà's de que víver, 
Per sec o per plogèr 
Abilhat en molièr. 
Jamei ne destornà la saca dens l'arrelha, 
Maugrè los bons gorrups, deu borg a Marcaviela*35... 

Au Bertomiu, ou Barriquè.  
- Jean Lannebras, meunier charroyeur (1901), fossoyeur (1906), (o 1850)(son père, Pierre Lannebras était aussi meunier) ; Jeanne ou Anne Labarrère, sa femme, dite Madeline (o 1851).
 

 
Lannebras et sa Madeline, - une bonne cancanière - acharnés tous deux à leur métier, sans émouchette, ils abattaient du travail.
 
Elle, pour quelques sous, allait lavandière au trou d'eau du "Pariben", ou au lavoir de "Sandoure".
 
Elle était toute fluette, et maigre comme un pipit ; mais elle avait le bout de la langue bourré de malice.
 
Lui, levé de bon matin, partait sur son mulet gagner de quoi vivre, par temps sec ou temps de pluie habillé en meunier.
 
Jamais il ne renversa son grand sac dans la rigole malgré les bonnes gorgées, du bourg à Marquebielle....
 
 

  
  
De l'aut costat de rua, en çò deu "Martinon" 
Qu'èran tres, anidats en un bròi cabanon : 
Brave monde se n'èra, 
Mes, shens copar vaishèra. 
Lo Bachi, bèth omiàs, mème un chic esmalit*36 
Que tirava rabòt e sèga a l'establit. 
La hemna, l'Alidà, prima*37 com sangarleta*38
Qu'avè, çò que pareish, bona e fina paleta ; 
Bravolòta, pr'aquò, serviciala tanben, 
E tostemps tau bon Diu pleguedissa*39 au dever. 
La hilha, la Maria, ua charmanta mainada 
Entau plan-har dejà que's muishava parada. 

A Jancemin, ou Martinon.  
- Jean-Baptiste Lafitte, menuisier (o 1840, fils de Martin Lafitte dit Martinon) ; Jeanne ou Marthe Deyres ou Deyris, sa femme, dite Alida (o 1861) ; Marie Lafitte leur fille (0 1883)
 
 

De l'autre côté de rue, au "Martinoun" ils étaient trois, nichés dans un joli cabanon : 
Braves gens s'il en était, bien qu'ils eussent pu en être davantage (sans casser de vaisselle).
 
Baptiste, bel homme, même un peu malicieux faisait aller rabot et scie à l'établi.
 
Sa femme, Alida, mince comme une lézardine, avait, paraît-il, la langue bien pendue (bonne et fine palette) ; brave, malgré tout, serviable aussi, et toujours pour le bon Dieu souple au devoir.
 
Le fille, Marie, une charmante enfant se montrait déjà prête pour le bien-faire.

  
  
Tot au hons deu canèr, 
L'èrt quilhat, hartanèr*40
Qu'avèm lo Laurencenh dab sa mair la Larquièra : 
Eth, au mange valent, èra, a l'òbra matièra*41
En cèrcas de mestí, 
Tà benlèu que partí 
Préner plec e tornura au morle de la vila. 
Que'n portà l'èrt mossur dab lo vèrbe facile... 
E puish, que s'acapà lo nid shens nat combat, 
Dab ua bèra gojata, ua hilha deu "Lubat"*42
Au temps deus grans trabalhs que vienè duncò noste 
Ganhà's a l'arrajòu los ardits e la crosta. 

A Milhet. 
- Laurent Larquier, propriétaire exploitant (o 1868) ; Claire Lafitte, sa mère (o 1828) ; Adélaïde Busquet, sa femme, née au Lubat (o 1883).
 
 

Tout au fond de la venelle, l'air hautain, suffisant, nous avions Laurent, avec sa mère, dite la Larquière : 
Lui, vaillant au manche, elle, matinale à l'ouvrage.
 
A la recherche de travail, il partit bientôt prendre pli et tournure au moule de la ville.
 
Il en rapporta l'air monsieur avec le verbe facile...
 
Et puis, il monta ménage (son nid) sans encombre, avec une jolie fille, une fille de "Lubat".
 
A l'époque des grands travaux, il venait jusque chez nous pour gagner sous l'ardeur du soleil, un peu d'argent et le couvert.
 
 

  
  
A costat, la "Samperle", ua vielha Janeton 
Que deishava au molièr l'aigueta deu tuton. 
Un cop hèita au broquet la carca plan rasèra, 
Qu'arribava en chancant condà'ns plaga e misèra. 
Mes, papà bon farçur, 
Tau com lo confessur, 
Dens lo clòt de l'aurelha e dab un èrt de's fícher, 
"Janeton, ce'u disè, qu'atz hèit de la monisha !..."*43 
- "Caré't, ce'u responè... N'ès pas qu'un trafalhant ! 
"Que n'i a d'autas com jo, mes ne'n parlan pas tant. 
"Un gorrupòt, varieson*44 que m'esvita, 
"E que'm torna dar vita..." 
Òh ! n'ac aurén pas dit, quan l'entenèn piular 
Espatracada a tèrra, o devant lo solar... 

A Cazalis. (partie sud de Milhet). 
- (?) Margueritte Capdeviolle, o 1835, ou Jeanne Dupouy, o 1830)
 
  

A côté, la "Samperle", une vieille Janneton qui laissait l'eau (du goulot de la cruche) pour le meunier. 
Une fois la charge faite à ras bord, au robinet (de la barrique), elle arrivait en boitant, nous raconter ses plaies et misères.
 
Mais, papa, bon farceur, tel un confesseur, dans le creux de l'oreille et avec un air de se fiche, "Jeanneton, lui disait-il, vous vous êtes saoulée !..."
 
- "Tais-toi, lui répondait-elle.. Tu n'est qu'un tracassier ! Il y en a d'autres comme moi, mais on n'en parle pas tant. Une petite gorgée m'évite le vertige, et me revigore..."
 
Oh! on ne l'aurait pas dit, quand on l'entendait crier, affalée par terre, ou devant le seuil...
 
 

  
  
Lo vielh mossur Dagés, hèit a la gran' mesura, 
Que tracava deu pè fotèsas e tesuras. 
Qu'èra estat maire un temps ; e tot, au son lairet, 
Que calè per Doasit que marchassi de dret. 
Shens crénher suu camin ni lop ni cama-cruda*45  
A noste que vienè, tot seòt, d'ua corruda. 
Qu'aperava papà deu bròi nom d'Edmondus 
E que vedèn pr'aquí qu'èran d'acòrd tots dus. 
Amassas, en fumant, que hesèn politica ; 
Mes, ueit òras tringlant, adiu-tu la critica ! 
"Au revéder ! A doman !" 
Se'ns hesè de la man... 
Lavetz, un còp ranjats topins, sarta e coquèla, 
Un còp pregat en rond, au moc de la candela 
Qu'anàvam suu plumion 
Estujà'ns lo corpion... 
Madama Leoncià, richa d'aunor, de glòria, 
N'avè pas qu'un defaut : lo d'estar tròp vantòria. 
Que portava un bèth nom 
Dab lo cap plan d'aplomb. 
E, sii escut o petit sòu 
Arren ne'u hesè dòu. 
Bontat e caritat sus èra que portava, 
E lo malur deus auts tostemps qu'arregüeitava : 
Qu'i corrèn de pertot, deu Gave e de l'Ador, 
E que guariva a tots plagas, maus e dolor. 

A Moun 
- Alexandre Dagès, maire de Doazit de 1883 à 1888.(o ca 1829) ; Marie (ou Léoncia) Hiart, sa femme (o 1833)
 
 

Le vieux monsieur Dagés, taillé à la grande mesure, poussait du pied vétilles et bricoles. 
Il avait été maire un temps ; et sur son ordre (aboiement), il fallait que tout, à Doazit marchât droit.
 
Sans craindre sur les chemins ni loup ni croque-mitaine, chaque soir, il faisait quelques pas jusque chez nous.
 
Il appelait papa du joli nom d'Edmondus, et l'on voyait par là, qu'ils étaient d'accord tous les deux.
 
Ensemble, en fumant, ils faisaient de la politique ;
 
Mais, à huit heures tapantes, adieu la critique !
 
"Au revoir ! A demain !"
 
Nous faisait-il de la main...
 
Alors, une fois rangés pots, poêle et casserole, après avoir prié en rond, à la leur d'un bout de chandelle, nous allions sur le lit nous cacher le croupion...
 
Madame Léoncia, riche d'honneur, de gloire, n'avait qu'un défaut : celui d'être trop flatteuse.
 
Elle portait un joli nom avec la tête bien d'aplomb.
 
Et que ce soit écu ou petite monnaie rien ne lui faisait deuil.
 
Elle portait sur elle bonté et charité, et elle surveillait sans en avoir l'air le malheur des autres :
 
On y courrait de partout, du Gave et de l'Adour, et elle guérissait à tous, plaies, maux et douleurs.
 
 

  
Au lòtge deus "Nanons" qu'avèm lo Jan Clabère, 
Un bordalés tenhèr tau com la lua navèra. 
E, suu vielh canhaguèr*46 
En plaças de loguèr 
Clara e hauta maison que lusiva au vilatge, 
Dab fin e bròi plumatge. 
La hemna, la María, ua hilha deu Larquièr, 
Entà tots au quartièr, 
Dab lo mot qui-e plesenta 
Tostemps qu'èra arridenta. 
Entaus malauts qu'avè, com sur de caritat, 
Man doça, amistosèr, còr sarcit de bontat. 

Au Percuraire ou Péchi, Clabère.  
- Jean Clabère (o 1867). Marie Larquier, sa femme (o 1865).
 
 

Au logement des "Nanouns", nous avions Jean Clabère, un bordelais aussi tendre que la nouvelle lune. 
Et, sur le vieux logement en désordre en guise de loyer, une claire et haute maison brillait au village, avec fin et beau plumage.
 
Sa femme, Marie, une fille de Larquier, pour tous au quartier, avec le mot qui plaisante, était toujours souriante.
 
Pour les malades, elle avait, comme une soeur de charité, main douce, amitié, coeur empli de bonté.

 
  
Veuda d'un "Marguerit", passam à la "Busqueta".*47 
Vienuda de París, que portava en saqueta 
Bèths escuts omprejats 
E loís d'aur estujats. 
Parelh com lo gahús espaurida e sauvatja, 
Jamei sonque a la nueit ne ronlava au vesiatge ; 
E lavetz, estujada en lo mante de drap, 
Lo peiròu sus lo braç, lo bonet blanc suu cap, 
Sii au "Ninòt", sii a l'Adèla*48 
Especi, sau, sucre o canèla, 
Com qui-e l'acorsa, en galopar, 
Que partiva crompar. 
Tà virà's los volurs, los praubes, la coishalha, 
Que's barrava dehens a bèth torn de sarralha. 
Nosatis, per despieit, qu'anàvam shens esclòp 
Segotí'u lo flisquet en húger a tot galòp. 

A Mariote, ou Justes(-est), ou Busquet, Ducamp, Parisien. 
- Louise Tessier ou Teyssier (o 1833), veuve de Pierre Busquet.
 
 

Veuve d'un homme sorti de "Marguerit", passons à la "Busquéte". 
Venue de Paris, elle avait en caisse (dans un petit sac) de beaux écus mis à l'ombre et des louis d'or bien cachés.
 
Tout comme le hibou, apeurée et sauvage, elle ne se promenait dans le voisinage que la nuit :
 
Et alors, cachée dans son manteau de drap, le panier sur le bras, le bonnet blanc sur la tête, soit au "Ninot", soit chez Adèle, comme poursuivie, en galopant, elle partait acheter poivre, sel, sucre ou cannelle.
 
Pour éviter les voleurs, les pauvres, les garnements, elle s'enfermait dedans à double tour (à beau tour de serrure).
 
Nous, pour la narguer, nous allions sans sabots secouer le loquet de sa porte, en fuyant au grand galop.
 
  
 

  
  
  
Lo Capdet deu "Banòs", dens lo crampòt d'en face 
Per hred o per gohassa, 
Semèla que batè 
Com mèste sabatèr. 
L'un e l'aut en passant que'u condava ua istoèra, 
Un brut de maque, ua canalhèra. 
E puish, darrèr lo ferneston 
Qu'anava béver lo pinton, 
Har los essais a las manilhas 
O despitar lo nau de quilhas. 
Las hemnas, dab lo mange e shens nat seguilhon, 
Que se'us vienèn cercar, la nueit, suu cotilhon. 
- "Ah! qu'ès aquí, pelièr ?.. Passé'm devant, fripolha ! 
"Per ma fe ; qu'ès lusent ! macorràs, gran arsolhe !" 
Qu'èra atau lo coplet... E lo praube beriac 
Per fòrça boha-brac, 
A tastas, suu camin, preu miei de l'escurada, 
Que's cercava, esbarrit, tà casa la virada. 
Vadut vielhòt, lo noste mastroquet 
Deishant solièr tà shucar lo broquet, 
Que s'èra dat a préner la pistacha, 
Chaque còp shens grimaisha. 
Lo son Jausèp, lavetz, lo hilh qui èra curè, 
Entà hà'u chanjar d'èrt, que'u tirà deu larèr. 
Mes, un matin, lo pair shens nada politessa 
Que partí tot bernic, e shens lo dar l'adreça. 
Clòts, arrius, lanas, bòscs, dus ans que remudàn : 
Enlòc, tè, ne'u trobàn... 

Au Banos. 
- Jean Dupouy (o 1843), cordonnier, puis aubergiste, tenait aussi un quiller pour les quilles de neuf. Marie Dubroca, sa femme (o ca 1854). Le Révérend Père Joseph Dupouy, son fils, ordonné prêtre en 1901, prêtre de Betharram.
 
 

Le cadet du "Banos", dans la chambre d'en face, par froid ou grande chaleur, battait la semelle en tant que maître savetier. 
  
Chacun en passant lui racontait une histoire, une querelle de mendiant, une affaire malhonnête, et puis passait derrière le fenestron pour boire une bouteille, faire les essais à la manille, ou faire tomber le "neuf de quilles".
 
  
Les femmes, avec un manche et sans importuns autour, venaient les chercher, la nuit, en jupon.
 
-"Ah! tu es là, triste sire ?... Sors d'ici, fripouille ! Par ma foi, tu es luisant ! débauché, grand arsouille !"
 
  
C'était le couplet habituel...
 
Et le pauvre éméché, par force le souffle court, à tâtons, sur le chemin, dans l'obscurité, cherchait, perdu, la tournée de chez lui.
 
  
Devenu vieux, notre aubergiste, abandonnant les souliers pour sucer le robinet, s'était habitué à prendre la cuite, chaque fois, sans grimace.
 
Alors, son fils Joseph, qui était curé, pour le faire changer d'air, le sortit de cette maison.
 
  
Mais, un matin, le père sans aucune politesse, partit fâché, et sans lui laisser d'adresse.
 
Mares, ruisseaux, landes, bois, furent remués pendant deux ans :
 
Nulle part on ne le trouva...
 
 

  
Deu bèc de la mairia, un còp messa finida 
Qu'entenèm tot dimenge ua vutz hòrta e solida : 
Qu'èra lo "Larremon", lo noste aparitur 
Qui-e'ns legè los avís d'un ton de senatur. 
Quan au tòc deu tambor, seriós e començava, 
Chacun çò que'u tanhè dab suenh que s'amassava. 
E puish, còp sec, lo Baptiston 
Suu nas que'ns dava lo hriston. 
Lavetz, entau Lavie on Marià tisocava 
Qu'anavan aus possats hartar cibet de lèbe, 
Horrupar vin deu blanc, préner un jus de cafè, 
E tringlar, tà finir, dab lo veiròt à pè. 
Com aquò dab dètz sòus, ua petita peceta, 
Tots, après la misseta 
Qu'anavan en amics, shens nat hum de complòt, 
Un bon moment passar, plan seduts au taulòt. 

A Mariote, ou Justes(-ouest), ou Larrémoun.  
- Jean-Baptiste Lassalle, propriétaire exploitant (o 1853)
 
 

Du haut (du balcon) de la mairie, une fois la messe terminée nous entendions chaque dimanche une voix forte et solide : 
c'était "Larrémoun", notre appariteur qui nous lisait les avis d'un ton de sénateur.
 
Quand au coup de tambour, sérieux il commençait, chacun récupérait ses affaires avec soin.
 
Puis, tout d'un coup, Baptiste nous envoyait (sur le nez) sa manne (d'informations).
 
Alors, chez Lavie, où Maria attisait le feu, on allait dans la bousculade manger civet de lièvre, boire du vin blanc, prendre un jus de café, et pour finir, trinquer avec le verre à pied.
 
Ainsi, avec dix sous, une petite piécette, tous après la messe, allaient en amis, sans arrière pensées, passer un bon moment, bien assis autour d'une table.
 
  
 

  
  
Au "Brethes", bèth monhòc*49, qu'avèm la Caterina 
Qui-e vienè sus la rua pelar la peberina, 
Los onhons e los pòs, los alhs e lo caulet 
Tau topin de mijorn, en hant l'arrisolet. 
Com aquò que sabè tots los cans qui-e passavan 
E, lo codic en l'èrt, los gats qui-e s'acorsavan. 
Brava hemna austement 
E de bon sentiment. 
Sèi par jo com podè, la bana cap-quilhada 
A casa tot menhar shens nada esmandrilhada*50
- "Avisatz, ce'u disí... Se caid, adiu, pegar !"*51 
- "Ò, se s'esnasa*52, amic, que te'u herèi pagar..." 
Aus morts d'Aulès en enfilada*53 
Lo Celestenh que dava la palada. 
Qu'èra garde tanben. Mes, jamei nat verbau 
Aus pendards ne balhà, de tant que'us volè mau... 

Au Touron. 
- Catherine Brethes (o 1858) ; Jean ou Célestin Plassin, son mari, propriétaire exploitant (o 1857).
 
 

Chez "Brethes", toute ramassée, nous avions Catherine, qui venait sur la rue peler le thym, les oignons et les poireaux, les aux et les choux pour le pot de midi, en faisant des sourires. 
De cette façon, elle savait tous chiens qui passaient, et, la queue en l'air, tous les chats qui se poursuivaient.
 
Brave femme sinon, et de bon sentiment.
 
Je ne sais pas comment elle pouvait, la cruche dressée sur la tête, arriver chez elle sans la faire chuter.
 
- "Attention, lui dis-je... si elle tombe, adieu, cruche !"
 
- "Oh, si elle se casse, ami, je te la ferai payer..."
 
Aux morts d'Aulès les uns après les autres, Célestin donnait le coup de pelle.
 
Il était garde aussi. Mais il ne donna jamais aucun procès verbal aux vauriens, tant il leur voulait du mal..
 
 .

  
  
  
  
Nos, qu'avèm au "Junat" la tusca de familha 
D'on, un jorn, e sortín cinc flòcs en penderilha : 
Lo Grégoire, lo Loís, l'Isidòr, lo Simeon, 
Dus regents, dus curès, e puish preu miei, l'Emond. 
Aqueste que's trobà, plan hèita a la soa tralha, 
A Malhèras, peís on canta la shigalha, 
En çò deus Persilhons, ua hemna d'esparenh, 
pro plan amonedada, entà tiéner lo benh. 
E lo bon Diu, de la man benedissa 
Parelh au pair quan balha la bonissa, 
Que'us envià dens lo nid en de bròis capcerons, 
Tot dret vienuts deu cèu, tres petits auserons. 
Qu'èram dejà granòts, e tot que'ns reüssiva, 
Qu'avèm dens lo tiroère amassat de que víver, 
Quan, per un ser, la mort jumpada per lo trang, 
E'ns prenó lo papà d'un crachement de sang. 
Lo vueit qu'estó tarrible ; e, d'ara enlà soleta 
La mamà que's devó resignà's e sométer. 
De cap Aire, lavetz, que'm largàn suu camin 
Tà véder se podí hà'm la man au latin. 
L'Elèna que partí preu Mont tà hà's regenta, 
E hicà's tà mei tard cauques sòus a la renta ; 
Lo petit Loís, lo hrair, dab l'oncle de Mailís 
Que se n'anà servir messas com aprentís. 
Atau, l'un après l'aut, que gaham la volada 
En deishant nosta mair suu malur amolada*54
Entad èra tanben, las clòchas que sonàn... 
E, los pès en abans, 
Au clòt que la portàn har la soa dromidera 
A costat de papà, dens la mème cantèra. 

Au Junat..  
- Isidore Lamaignère, prêtre (o 1853) ; Louis Lamaignère, instituteur (o 1855) ; Grégoire Lamaignère instituteur (o 1859) ; Siméon Lamaignère, prêtre (o 1866) ; Edmond Lamaignère (o 1856, + 1898), marié à Catherine Persillon (o 1862 à Maillères, + 1921), qui eurent : Raphaël Lamaignère, prêtre (o 1887) ; Hélène Lamaignère, institutrice (o 1889) ; Louis Lamaignère, prêtre (o 1896).
 
 

Nous, nous avions au "Junat" la souche de famille, d'où, un jour, sortirent cinq bourgeons sur la même branche (bouquets en pendant) : 
Grégoire, Louis, Isidore, Siméon, deux instituteurs, deux curés, et puis, au milieu, Edmond.
 
Celui-là trouva, bien faite à sa pointure, à Maillères, pays où chante la cigale, dans la famille Persillon, une femme économe, assez bien pourvue, pour tenir la propriété.
 
Et le bon Dieu, de sa main bénisseuse, comme un père quand il donne une friandise, leur envoya dans le nid, dans de jolis coussins de berceaux, tout droit venus du ciel, trois petits oisillons.
 
Nous étions déjà grands, et tout nous réussissait, nous avions dans le tiroir amassé de quoi vivre, quand, un soir, la mort bercée par le glas, nous prit papa d'un crachement de sang.
 
Le vide fut terrible ; et désormais seule, maman dût se résigner et se soumettre.
 
Vers Aire, alors, on me largua sur le chemin pour voir si je pouvais me faire la main au latin.
 
L'Hélène partit à Mont-de-Marsan pour se faire institutrice, et se placer pour plus tard quelques sous à la rente ;
 
le petit Louis, mon frère, avec l'oncle de Maylis, s'en alla servir les messes comme apprentis.
 
Ainsi, l'un après l'autre, nous prîmes la volée en laissant notre mère recroquevillée sur son malheur.
 
Pour elle aussi, les cloches sonnèrent...
 
Et les pieds en avant, on la porta dans la fosse pour son dernier sommeil, à côté de papa, dans le même sillon.
 
 

 

  
  
Permèr vesin de noste, e tostemps suu son banc, 
Qu'avèm lo Bòrdalana, un vielhòt, tot peu blanc. 
Aquí, tot en chinant, que passava las havas, 
Los césers, los tanòcs, los onhons, las arrabas. 
Que vivè dab lo hilh, la Ròsa, l'Elisà*55, parlam 
Qui-e, com eth, e sabèn los escuts suspesar. 
Entà Sent-Pandelon, unh aut hilh, pòcha estreta, 
Que s'apiolava ardits au hons de la tireta ; 
E, com tot aganit, 
Qu'èra un vilèn fenit. 
Quan vienè missejar, que'u hugèm en lo véder 
Pr'amor qu'entà nosauts, jamei n'avè moneda. 
E papà que'u disè : "N'as pas honta, piphan, 
"De carcular dus sòus, quan passas un còp pr'an ?.." 
- "Tè, qu'es vertat, Emond.. Mes, parlam d'auta causa... 
"Tà l'aut còp, siis segur, que'us tornarèi la pausa." 
Lo "Becut" de Tarèu que's sabè divertir, 
E mème, suu marcat, quan lo calè mentir. 
En aquilhant la cama, 
Que montava la gama ; 
Clarineta o piston, 
Tot que jogava shens carton. 
Se, per malur, largava la mitralha 
Que l'entenèn gemir duncò mieitat "Pisnalha"*56
E que crei qu'au concors, shens lo har nat mesprètz, 
D'artista musicien qu'auré ganhat lo prètz. 
Que'm rapèla qu'un jorn, - que crei qu'èra pr'ua hèsta - 
Eslasat sus lo banc en trènh de har la sièsta, 
Qu'atrapà bròi com cau la Margòt de "Calhè", 
En lo servint suu plat un torn de canalhèr. 
- "Mainada, ce'u disó, tiré'm lo dit, se't vaga, 
"E que't darèi la paga..." 
E lo nos bombardièr, que te'u hesó bornir 
Un pet qui-e, com jamei, dens lo borg retrení. 
Que sortim eishentats... "E donc, pair Bòrdalana, 
"Que dirén, per ma fe, que v'atz forçat la cana !.." 
E dejà la gojata, atrapant lo retard 
Que prenè lo galòp dens lo hum deu petard... 

Au Tarèu, ou Bordelanne.  
- Jean-Baptiste Bordelanne, cordonnier (o ca 1822) ; Suzanne (ou Rose) Cérès, sa femme (o ca 1823) ; Léon Bordelanne, buraliste, leur fils (o 1854) ; Elisa ou Anne Lalaude, sa femme (o 1863)
 
 

Premier voisin de chez nous, et toujours sur son banc, nous avions Bordelanne, un petit vieux aux cheveux blancs. 
Là, tout en prisant du tabac, il passait les haricots, les petits pois, les rafles de maïs, les oignons, les betteraves.
 
Il vivait avec son fils, Rose, Elisa, qui, comme lui, savaient soupeser les écus.
 
A St-Pandelon, un autre fils, poche étroite, entassait de l'argent au fond de son tiroir ;
 
et comme tout avare, c'était un vilain fini.
 
Quand il venait à la messe, nous le fuyions en le voyant, parce que pour nous, il n'avait jamais de monnaie.
Et papa lui disait : "Tu n'as pas honte, piphan (atténuation contractée de Diu vivant ?), de rechigner pour deux sous, alors que tu passes une fois par an ?.." 
- "Tè, c'est vrai, Edmond.. Mais, parlons d'autre chose... La prochaine fois, sois-en sûr, je me rattraperai."
 
L'Ogre de Tarèu, savait se divertir, et même, par dessus le marché, quand il lui fallait mentir.
 
En dressant la jambe, il montait la gamme ; clarinette ou piston, il jouait de tout sans partition.
 
Si par malheur, il larguait la mitraille, on l'entendait gémir jusqu'à moitié Pisnaille.
 
Et je crois qu'au concours, sans lui faire d'offense, il aurait gagné le prix d'artiste musicien.
 
Il me souvient qu'un jour, - je crois que c'était pour une fête - étendu sur son banc en train de faire la sieste, il attrapa bien comme il faut Margot de Caillé, en lui servant sur le plat un mauvais tour.
 
- "Fillette, lui dit-il, tire-moi le doigt, si tu as un moment, et je te donnerai la paye.."
 
Et notre bombardier, lui fit retentir un pet qui résonna comme jamais, dans le bourg.
 
Nous sortîmes effrayés... "Et alors, père Bordelanne, on dirai, ma foi, que vous vous êtes forcé le rectum !.."
 
Et déjà, la fillette, rattrapant son retard prenait le galop dans la fumée du pétard...
 
 

  
  
En çò deu "Pandelèr", lo Loís, dab la soa Loísa 
Jamei n'avèn sabut çò que mau volè díser. 
Aus camps de la "hont-grana"*57 a pena só lhevat 
Chacun hesè lo son combat. 
Eth, qu'avè coèr tenhèr com era la pèth fina 
E tot dus bona mina, 
Dab mot tostemps plasent 
Shens jamei nhac de dent. 
Jo, dab l'Irmà, la hilha, au temps de las vacanças, 
Au "cent-un", au lòto, que hesí las avanças, 
Mes, tot còp qu'èra un hat*58
Qu'i prení lo cohat*59
Lavetz, viste, en dus sauts, shens tambor ni trompeta 
Que partivi, confús, barrà'm dens la crampeta... 
Unh aut hilh, l'Onorè, 
Dab la Leocadia*60, a Montaut, com curè 
Dens los camps deu bon Diu tostemps dab escadença*61
Que getava a tot punh lo choès de la semença. 

A Joanicon, ou Lafitte, Pandelè.  
Louis Lafitte, propriétaire exploitant (o 1837) ; Louise Deyries, sa femme (o 1839) ; Irma, Léocadie, Honoré

  

Au Pandelè, Louis avec sa Louise, jamais n'avaient su ce que mal voulait dire. 
Aux champs de la " houn-grane " (grande fontaine), sitôt soleil levé, chacun était à son travail.
 
Lui, avait le cuir aussi dur, qu'elle la peau fine, et tous deux bonne mine, avec toujours un mot plaisant sans jamais de coup de dent.
 
  
Moi, avec Irma, la fille, au temps des vacances, je faisais les avances au jeu de mariage ou au loto, mais chaque fois, c'était une fatalité, j'y recevais la tape, alors, vite, en deux sauts, sans tambour ni trompette, je partais confus, m'enfermer dans ma chambre.
 
  
Un autre fils, Honoré, curé, à Montaut avec Léocadie, jetait à tout poing le meilleur de la semence dans les champs du bon Dieu, toujours avec réussite.
 
 

  
  
A "Jordenh", que vivè la petita Liron 
Doça com anheron. 
Dejà vielhòta e piosa 
Que carrejava, urosa, 
Sovent per los dus bots 
La sofrença e la crotz. 
Brave monde, tanben, lo Matíu, la Lucia, 
Arrossegant trabalh shens nada fantesia. 
Tres mainadas qu'avèn, un petit qui'us morí, 
Bròi com un anjolet dejà prèst a florir. 

Au Minan, ou Jourdain.  
- Catherine Dupouy, dite Liron (o ca 1840), tante de Mathieu Lafitte ; Mathieu Lafitte, propriétaire exploitant (o 1870) ; Lucie Dupouy, sa femme (o 1873) ; leurs filles : Thérèse (o 1900), Marie (o 1901), Mathilde (o 1904).
 
 

A Jourdain, vivait la petite Liron, douce comme un agneau. 
Déjà vieille et pieuse, elle portait heureuse, souvent par les deux bouts, la souffrance et la croix.
 
Braves gens aussi, Mathieu, Lucie peinant au travail sans aucune fantaisie.
 
Ils avaient trois filles, et un petit qui leur mourut, beau comme un petit ange déjà prêt à s'épanouir.

  
  
Dens ua maison hauta e clareta, 
Duas damisèlas a coheta 
Qu'avèn lo nid au "Dubernet" 
Dab bèths escuts au cabinet. 
Qu'èran sòrs deu Dagés. Entà benlèu, l'ainada, 
l'Elena, chic a chic que vadó capvirada. 
Au mens cent còps per jorn, l'èrt tostemps agaçat, 
Que vienè suu solar, lo canhòt au braçat. 
E que disè tot hòrt, mème ranguèna : 
- "Il est mignon, tantine Madeleine !"*62 
Se nos nse n'arridèm de 'quò, 
Aus auts que dava lo maucòr. 
L'auta sòr, la Paulina, 
Escrincada e brogina, 
Que suenhava malauts 
Com hèn preus espitaus. 
Dab la soa "aiga blanca"*63, e tisana borenta 
Qu'ac hesè tot partir, plagas e mau de vente. 
Lo monde qu'i corrèn, tant de lonh que de près, 
De Morgans, de Haget, deu Mont, de Pomarès. 
Sii a chivau, sii a saumeta 
De temps en temps, richa o praubeta 
A noste que vienè demandà'ns tà la nueit 
dab lo gahon de sopa, un petit cuenh de lheit. 
Un jorn de "Fête-Diu" - que me'n sovien enqüèra ! - 
Que m'arribà beròja istoèra. 
N'aví pas que dètz ans ; e, com un estordit, 
En sonant au cluchèr que'm deishai préner un dit. 
A l'òra deu "segond", dab un pelièr de còishe*64 
Que me'u hesoi gahar preu batalh de la clòcha. 
Austanlèu, com un pic, que'm hicai a bramar, 
E papà, shens obrèrs, a noste que'm plumà. 
Atau, mei de sheis mes qu'i guardai la troçanha 
En tot sofrint e tostemps plànher. 
Mes, la Paulina, un jorn, que me'u hesó guarir 
Quan començava a se'm poirir.*65 

Au Segnou, ou Dubernet, Gaillard, Mairie actuelle  
Hélène Dagès (o 1833) ; Pauline Dagès (o 1835).

 

Dans une maison haute et claire, deux demoiselles à coiffe, avaient le nid au "Dubernet", avec de beaux écus dans l'armoire. 
Elles étaient soeurs de (Alexandre) Dagès. Bientôt, l'aînée, Hélène, peu à peu devint folle.
 
Au moins cent fois par jour, l'air toujours agacé, elle venait sur le seuil, le chien dans les bras.
 
Et elle répétait tout fort la même rengaine :
 
- "Il est mignon, tantine Madeleine !"
 
Si nous, nous riions de cela, aux autres, ça leur faisait mal au coeur.
 
L'autre soeur, Pauline, bien mise et joliette, soignait des malades comme on fait dans les hôpitaux.
 
Avec son "eau-blanche", et de la tisane bouillante, elle faisait tout disparaître, plaies et mal de ventre.
 
  
Les gens y couraient, tant de loin que de près, de Morganx, de Hagetmau, de Mont-de-Marsan, de Pomarez.
 
  
Soit à cheval, soit à dos de mule de temps en temps, (une personne de sa clientèle) riche ou désargentée, venait chez nous, nous demander pour la nuit, avec une louche de soupe, un petit coin de lit.
 
  
Un jour de fête-Dieu - je m'en souviens encore ! - il m'arriva une drôle d'histoire.
 
Je n'avais que dix ans ; et comme un étourdi, en sonnant au clocher, je me laissai coincer un doigt. A l'heure de la seconde sonnerie de cloches, (une heure avant la messe. Première sonnerie 2 heures avant, et 3ème sonnerie 1/4 d'heure avant la messe. Il fallait monter au clocher pour le carillon), avec un coquin de gosse, je me le fis prendre par le battant de la cloche.
 
Aussitôt, je me mis à bramer comme un pic, et papa, sans ouvriers, chez nous me pluma.
 
Ainsi, plus de six mois j'y gardait le pansement, tout en souffrant, toujours gémir.
 
Mais Pauline, un jour, me le fit guérir, quand il commençait à pourrir.
 
 

  
  
Au "Pieròt", en vagants, nosauts, lo coishardumi, 
Qu'espiàvam trabalhar lo Dagés a l'enclumi. 
Qu'èra lo mèste haur, 
Un bèth òmi, ventut, austan hòrt que nat taur. 
Que l'aperavan : lo Monòta, 
Un bon amic de la ribòta.*66 
Eth, per darrèr com lo Becut 
Qu'avè fòrça e vertut. 
Quan vienè lo besonh, cama dreta lhevada, 
Que corrè, sus la rua, amorçar la plombada : 
E plan que se'n carcava, e shens nat ligader, 
Mes, dab bon borider... 
Quan hesè tot gemir, la defunta Zabèla*67
Que's hicava a'u cridar. 
" Que'm copas la cervèla, 
"Ce'u responè... Caré't ! Moca lo candelon ; 
"Jo, que'm saurèi dar torn preu miei deu pantalon !..." 
Un jorn que m'arribà, dab la grana estenalha, 
Lo martèth, la cisalha, 
Tà darrigà'm deu cap un tambor tot crebat 
Qui-e m'aví hèit passar de dessús en devath. 
Que mancà scaborrà'm... E, tres jorns de seguida, 
Que'n damorai shens len, shens har nada sortida. 
La hilha que tienè restaurant plan montat 
On l'aram*68 deu fornèu de lonh èra vantat. 
Los gormands qu'i vienèn sonque entà har fristolha, 
Shens s'aucupar de mei s'èra enqüèra patrolha. 
L'òmi, lo Dumartènh, 
- Un bon républiquènh - 
Adaise de cretièn que portava l'aubarda*69
E lo fròc d'un curè que'u virava la harda... 

A Labeyrie, ou Pierrot, Dumartin.  
- François Dagès, forgeron (o 1826) ; Elisabeth Lafitte, sa femme (o 1833). Marie Dagès, leur fille (o 1858) ; Pierre Dumartin, son mari, forgeron, aubergiste (o 1856).
 
 

Au "Pierrot", en désoeuvrés, nous, la marmaille, nous regardions travailler Dagès à l'enclume. 
C'était le maître forgeron, un bel homme, ventru, aussi fort qu'aucun taureau.
 
On l'appelait : le Mounote, un bon ami de la bonne chère.
 
Lui, par derrière, comme le Bécut, avait force et vertu.
 
Quand lui en venait le besoin, jambe droite levée, il courrait sur la rue amorcer la plombée :
 
et il s'en chargeait bien, et sans aucune retenue, mais avec bon levain...
 
Quand il faisait tout gémir, la défunte Elisabeth, se mettait à lui crier après.
 
"Tu me coupes la cervelle, lui répondait-il... Tais-toi ! Mouche la chandelle ; moi, je saurai me débrouiller dans mon pantalon !.."
 
Un jour il arriva, avec la grande tenaille, le marteau, la cisaille, pour m'arracher de la tête un tambour crevé que je m'y était fait passer de haut en bas.
 
Il faillit me décapiter... 
 
Et, trois jours de suite, j'en restai le souffle coupé, sans jamais sortir.
 
  
La fille tenait restaurant bien équipé dont le fumet du fourneau était vanté de loin.
 
Les gourmands y venaient juste pour gueuletonner, sans plus se soucier de l'heure du couvre-feu (l'heure où passe la patrouille).
 
  
Son mari, Dumartin, - un bon républicain - ne peinait pas beaucoup sous les obligation d'un chrétien ( il en portait facilement le bât) ; et le froc d'un curé lui coupait l'appétit...
 
  
 

  
  
Au Branzeau, qu'èran tres, 
Monde brave e cortés. 
Lo mossur qu'èra estat longtemps mèste d'escòla, 
Shens jamei - tant de bon ! - destraujà's la bossòla. 
Mes, que calè tirar de dret dens los brancards, 
Sinon quèra lo punh quilhat sus los pendards. 
Qu'obriva espiceria, on la soa damisèla, 
La Julià, dab escuts metè moneda en pièla. 
Que sabè pesar fin en jumpant lo platèu, 
E carcular de cap shens espiar suu tablèu. 
Qu'anavi, lo dimenge, un còp servit la missa, 
Demandà'u per dus sòus tres shucs de regaliça, 
Un carmel, un cibòt, ua suspresa, un shiulet... 
E puish, en saludant, que hesí virolet. 
Lavetz, sus lo bancòt, dab lo Loís e l'Elena, 
Qu'ac partatjavi tot, d'un èrt de capitène. 
A penas se'n prení ; que'us davi los bons tròç : 
Lo medoth entad eths, entà jo tots los òs. 
L'un còp preus bòscs deu Mus, l'aut còp per "Codicana", 
Preus tojars de "Meron", deu "Clerc", o de "Pelana",*70 
Qu'anavi, lo dijaus, en plaça d'estudiar, 
Lecassinas*71 e cets cercar dab la Julià. 
Lo ser, que m'envitava a minjar la caroada, 
Dab un ueu sus lo plat e dus nhacs de salada. 
E, l'endoman, l'abbè*72, mahanhós e crispon, 
Que m'enviava entau cot espugar la lecçon. 
A bèths còps, jo tanben, qu'anavi dab lo Jule*73  
Portar purga e pilulas 
Aus malauts d'Audinhon, de Mailís, de Sent Cric, 
En tiéner deu chivau las bridas e l'apric. 
E que hesí, pareish, de l'omiòt e deu mèste, 
Quan ns'espiavan passar, per darrèr la fernèsta. 

A Labeilhone, ou Branzeau.  
- Pierre-St-Cyr Branzeau, instituteur (o ca 1832) ; Jeanne Julia Branzeau, sa fille (o 1858) ; Jules Branzeau, son fils, médecin (o 1860).
 
 

Chez Branzeau, ils étaient trois, de braves gens courtois. 
Le monsieur avait été longtemps maître d'école, sans jamais - heureusement ! - se détraquer la boussole.
 
Mais il fallait filer droit dans les brancards, sinon, c'était le poing levé sur les vauriens.
 
Il tenait une épicerie, où sa demoiselle, Julia, entassait écus et monnaie.
 
Elle savait peser juste, en balançant le plateau et calculer mentalement sans regarder sur l'abaque.
 
J'allais, le dimanche, après avoir servi la messe, lui demander pour deux sous, trois bâtons de réglisse, un caramel, une toupie, une surprise, un sifflet...
 
Et puis en saluant, je faisais demi-tour.
 
Ensuite, sur le banc, avec Louis et Hélène, je partageais le tout, d'un air de capitaine.
 
Je ne gardais presque rien ; je leur donnais les bon morceaux :
 
le meilleur (la mie) pour eux, pour moi tous les os.
 
Tantôt dans les bois du Mus, tantôt vers "Coudicane", dans les landes de "Meron", du "Clerc", ou de "Pelane", j'allais, le jeudi, au lieu d'étudier, chercher des cèpes et des girolles avec Julia.
 
Le soir, elle m'invitait à manger une tranche, avec un oeuf sur le plat, et deux bouchées de salade.
 
Et le lendemain, l'abbé, de mauvaise humeur et irritable, m'envoyait au coin pour étudier ma leçon.
 
Souvent, moi aussi, j'allais avec Jules porter purge et pilules aux malades d'Audignon, de Maylis, de St-Cricq, en tenant les brides et la couverture du cheval.
 
Et je jouait, paraît-il, au petit homme et au maître, quand on nous regardait passer de derrière la fenêtre.
 
 

  
  
Suu teit de "Pelarton", 
Amic de l'arditon 
Lo Busquet que vivè parelh com un ermita 
Dab Caterina, cap a vita. 
Tot qu'èra, a casa, escuranhós, 
Tot vielh, tot arronhós. 
Quan eth sortiva dab la vaca, 
Tan valè juste un praube maque. 
Plan que hesè !... Los eretèrs 
Que trobarén mei de dinèrs... 
Quan la hemna au carmalh suspenè la padèra, 
Tot viste, disnar cueit qu'estupava l'estèra ; 
E quan après sopar 
E m'anavi crompar 
Un pintonòt de lèit dens la mia botelhòta, 
Jamei nosta vielhòta 
Bòrd pishant ne metè 
En vueitant lo salè. 

Au Pelhenegue, ou Peluson, Bertrand. Ninot, Tatine, Pelarton.  
- François Busquet propriétaire exploitant (o 1839) ; Catherine Bustarret, sa femme (o 1847).
 
 

Sur(?) le toit de Pelarton, ami des sous, Busquet vivait comme un ermite, avec Catherine, faisant face à la vie. 
Tout, dans la maison était sombre, tout vieux, tout crasseux.
 
Quand il sortait avec la vache, on aurait dit un pauvre miséreux.
 
Il faisait bien !... 
 
Les héritiers y trouveraient davantage d'argent...
 
Quand la femme suspendait la poêle à la crémaillère, sitôt le déjeuner cuit, elle éteignait le feu (les copeaux de bois) ; 
 
et quand après dîner je m'en allais acheter un demi-litre de lait dans ma bouteille, jamais notre petite vieille ne remplissait à ras bord en vidant sa mesure.
 
 

  
Au "Pelòt", la Paulina, ua hemna fina lama, 
Qu'anava costurèra, au petit tròt de cama. 
Tot matin, ce disèn, ajulhada au hriston, 
Que partiva entau Brun portar lo paqueton. 
- "Mon père, s'èi comprés, que vs'an hèit la repassa... 
"La goja deu vesin, ger, qu'a hèit la holassa..." 
- "Çò qu'es ?... Parlatz mei hòrt !.. Que vadi drin eishord..." 
- "Ah ! mon père, lavetz, tiram viste au mei cort ; 
"E qu'anarèi totara, un còp dens la matiada 
"Dab vos, au cot deu huec, passar la mia hariada..." 
Vecari, sacristènh e surs tot ad arron, 
D'arríder que's hesèn, gratis, un ventoron... 

A Domec, ou Pélot, ancienne poste.  
- Pauline Labeyrie (o 1841).
 
 

Au Pélot, Pauline, une femme habile (fine lame), allait à pied, travailler comme couturière, au petit trot. 
Tous les matins, disait-on, agenouillée au confessionnal, elle partait voir l'abbé Brun, pour porter son paquet (d'informations).
 
- "Mon père, si j'ai bien compris, on vous a mis au courant du principal (la grosse farine)... La fille du voisin, hier, a fait la folasse..."
 
- "Qu'y a-t-il ?... Parlez plus fort !...Je deviens un peu sourd..."
 
- " Ah ! mon père, alors, allons au plus court ; et j'irai tout à l'heure, dans la matinée, avec vous, au coin du feu, passer en revue le détail (ma fine farine)..."
 
Vicaire, sacristain, et soeurs tous à la suite, se faisaient gratis, un ventre de rire.
 
 

  
  
A l'estrem deu "Hontet"*74, l'Angèla deu Tortigue 
De passants beuranhèrs*75 que hesè plenh' botiga. 
Los de Haget, los de Mugron 
Qu'i gahavan lo gron. 
E tots los amaturs, taben, de bona chèra 
Que'n sabèn lo camin tà pagà's i hartèra. 
Dimenge com diluns, nodat autorn deu còth 
Que portava un velós color de moricòt*76
Cap greishut de pomada 
E tostemps pomponada, 
Qu'escopiva francés, patoas, tot en un còp, 
En servint aus cliants, cafè, sopa o siròp. 
Quan passavi pr'aquí, la dent a la mestura, 
Que'm dava un arresim, ua pera, o confitura. 
E puish, que descendí, content, dab lo meiram*77
Guardar vaca e chivau preu hons deu noste camp. 
E que'm disè : "Siis sage ! 
"E qu'auràs ua image !..." 
L'Ernèst, lo hilh ainat, qu'èra un gran caçador 
Qui auré corrut d'un trèit duncò passat l'Ador. 
Quan sentívam preu nas un hum qui-e bon flairava 
- "Ah! lo gus, ce disèm, uei qu'a gahat la lèbe !" 
Lo Gaston, hilh segond, magròt e haut gainut, 
Suu gran libre, au lutrènh, que hesè l'entenut. 
E quan entau "Dixit" prenè l'oficleïde, 
Tots, au "Donec ponam", que davan la bornida. 

Au Cassou, ou Tortigue.  
- Angélique (ou Angèle) Tortigue (o 1849) ; Ernest et Gaston Béguery, ses fils.
 
 

A l'extrémité du "Hontet", Angèle Tortigue remplissait sa boutique avec les pochards de passage. 
Ceux de Hagetmau, ceux de Mugron y attrapaient la cuite.
 
Et aussi, tous les amateurs de bonne chère en connaissaient le chemin pour s'y payer un gueuleton.
 
Dimanche comme lundi, noué autour du cou elle portait un velours de couleur brune.
 
Tête grasse de pommade et toujours pomponnée, elle parlait (crachait) français et patois tout à la fois, en servant aux clients, café, soupe ou sirop.
 
Quand je passais par là, mangeant du pain sec, elle me donnait une grappe de raisin, une poire, ou de la confiture.
 
Et puis je descendais, content, avec le bétail, garder vache et cheval au fond de notre champ.
 
Et elle me disait : "Sois sage ! et tu auras une image !..."
 
Ernest, le fils aîné, était un grand chasseur qui aurait couru d'une traite jusqu'après l'Adour.
 
Quand nous sentions par le nez une odeur qui sentait bon - "Ah! le gus, disions-nous, aujourd'hui il a attrapé le lièvre !"
 
Gaston, le deuxième fils, maigre avec de longues jambes, sur le grand livre, au lutrin, il faisait l'entendu.
 
Et quand pour le "Dixit"" il prenait l'ophicléide, tous, au "Donec ponam", faisaient tout retentir.
 
 

  
  
Au miei deu borg qu'èran las Surs,*78 
Nas estujat darrèr los murs. 
Aquí, dab la Martà, madama Sent-Nazère 
De dauna deu carmalh que portava la sèra. 
L'ua, regenta en permèr, brava e doça entà tots ; 
L'auta, presta tostemps tà f...ísher dus atots. 
La Martà, shens jamei véder escut o pistòla 
Qu'ensenhava ABC, e "pater" a l'escòla. 
Atau, dempuish trenta ans, sietada au mème emplec 
A totas las mamàs qu'avè balhat lo plec. 
Devant l'auta, chacun que hesè plaça neta, 
E mei qu'èra un dragon qu'ua sur dab la corneta. 
A la glèisa, coishòts, vecari, sacristènh, 
Tot qu'ac hesè bornir, pire qu'un chef de trènh. 
Malur au qui-e gausava a desparts tiené'u tèsta ! 
Entà'u mocar qu'avè ripòsta vista prèsta... 
Pr'ua messa de Nadau 
Tot apelhat de nau 
Que m'èri, sèi pas com, esquiçat la sotana. 
- "Tenez ! ça c'est pour vous, ce'm disó, 'spèce d'âne !" 
E que'm do dus cohats... Jo, que'u hesoi lo pam. 
- "Que som quites", ce'u dic... E que f...ishoi lo camp. 
Unh aut còp, que l'aví salit un cuenh de napa. 
Que m'arriba austanlèu, dab lo punh que m'arrapa, 
E que m'envià tà pèisher, un quart d'òra, a genós. 
- "Disparaissez ! ce'm dit ; vous n'êtes qu'un hontós !" 
E lavetz, dab malice, 
Jo per darrèr lo soïsse, 
- "Tè, hòu, ce'u responoi ; tè, hòu, gran Nazairàs !" 
E, tot en destalant, que l'aloncai lo nas... 
Mes, que tornam amics... Que'm dava tròç d'ostias, 
Un moc de candelon, dus tronhòcs de bogias ; 
E, l'escòla finida, a noste, au cot deu huec, 
Jo que'n disí la messa, en hà'n lo viraplec. 
De la caisha a tanòcs, a tota la marmalha, 
Pendent que la mamà lutzava a la henalha, 
Que prechavi, hardit, que davi los avís 
Tot parelh com lo Brun, quan pojava en surplís. 
Los vesins que'm disèn : "Qu'anaràs lonh, mainatge ! 
"Que n'estossis curè, que seré gran domatge !" 
E ne's trompavan pas... Qu'èi hèit çò qu'èi podut, 
E, gràcias siin a Diu, que m'i soi escadut. 

Au Couvent. ou Ecole des filles, (partie de l'ancienne maison Rotger)  
- Soeur Marie-Martha, institutrice ; Suzanne Solue-Laborde dite Soeur St-Nazaire, ménagère (o 1857).
 
 

Au milieu du bourg, étaient les Soeurs, nez caché derrière les murs. 
Là, avec Martha, madame St-Nazaire portait la charge (la selle) de maîtresse du fourneau (de la crémaillère).
 
L'une, institutrice en chef, brave et douce envers tous ;
 
l'autre, toujours prête à fiche deux bonnes gifles.
 
Martha, bénévolement enseignait ABC, et "pater" à l'école.
 
Ainsi, depuis trente ans, assise au même emploi, elle avait donné le pli à toutes les mères.
 
Devant l'autre, chacun faisait place nette, c'était plus un dragon qu'une Soeur à cornette.
 
A l'église, elle faisait se remuer enfants, vicaire, sacristain, pire qu'un chef de train.
 
Malheur à celui qui osait par derrière lui tenir tête ! Pour le moucher, elle avait riposte vite prête...
 
Lors d'une messe de Noël, tout habillé de neuf, je m'étais, je ne sais comment, déchiré la soutane.
 
- "Tenez ! ça c'est pour vous, me dit-elle, espèce d'âne !"
 
Et elle me donna deux gifles... Moi, je lui fis un pied de nez.
 
- "Nous sommes quittes", lui dis-je... Et je décampai.
 
Une autre fois, je lui avais sali un coin de nappe. Elle arrive aussitôt vers moi, avec le poing elle m'accroche, et elle m'envoya paître, un quart d'heure à genoux.
 
- "Disparaissez ! me dit-elle ; vous n'êtes qu'un honteux !"
 
Et alors, avec malice, moi, caché par le suisse, - "Tè, ho, lui répondis-je ; tè ho, grand Nazaire !"
 
Et tout en détalant, je lui fis la grimace...
 
Mais nous redevînmes amis... Elle me donnait des morceaux d'hosties, un bout de chandelle, deux petits morceaux de bougies ; et l'école terminée, chez nous, au coin du feu, je m'en servais pour dire la messe, en en faisant le simulacre.
 
De la caisse où l'on met les rafles de maïs, à toute la marmaille, pendant que maman lorgnait par une fente, je prêchais, hardi, je donnais les avis, tout comme l'abbé Brun quand il montait en surplis.
 
Les voisins me disaient : "Tu iras loin, garçon ! que tu ne fusses curé, serait grand dommage !"
 
Et ils ne se trompaient pas... J'ai fait ce que j'ai pu, et, grâces soient à Dieu, j'y ai réussit.
 
 

  
  
  
  
  
Tot en faça, a man dreta, 
La cleca guilhereta, 
Los còishes, los coishards, de "Manèc" au "Cendrèr" 
Que vienèn a l'escòla en çò deu Sent-Andrè. 
Hèit au morle en fabrica, 
Magre e long com ua hica, 
Que'ns sabè maserar 
Se ne volèm tirar. 
Quan au trabalh halava, 
Nat moscard ne volava. 
Qu'èram aquí, lavetz, cauques bons numeròs : 
Lo Lòste, lo Codet, lo Pinton, lo Garròs, 
Lo Guilhem, lo Tonat, lo Tretze, lo Trapeta, 
Lo Carrèr, lo Meron, l'Artur, lo Lagraveta, 
Lo Lafitòt d'Arton, 
E l'Ernèst deu Taston. 
Mes, nat n'auré pensat a dançà'u lo quadrilhe, 
Pr'amor qu'aurem sabut d'on nse vienè l'estrilha. 
Mèste regent, pr'aquò, 
Mau que'ns serviva lo fricò. 
Aus perèrs deu casau que'ns hesè tirar mossa, 
Tot parelh en ivèrn qu'aus mes de la lua rossa. 
E quan lo só d'estiu com lo huec e cadè, 
Que ns'enviava entau fresc estallà's au costèr. 
Aquí, lo cuu per tèrra e bocats dens la prova, 
Que hesèm a la pòca, au saut, au còp d'escoba. 
E pendent aqueth temps, per darrèr lo flisquet, 
Lo poson que tirava a l'entorn deu broquet. 
Sovent, diluns matin, destraujat de la velha, 
Qu'enviava la madama entà'ns díser a l'aurelha : 
- "Monsieur n'a pas dormi... vous voudrez l'excuser. 
"Moi, je tiendrai sa place, et je vais aviser..." 
E quan, laganha a l'uelh, suu vespòt e'ns tornava, 
Que'ns disè : "Bras croisés !"... E puish, que'ns colhonava. 
Pensatz, s'èram contents, nosauts, de tirar len 
Quan tornava diluns, lo diluns deu regent !.. 

A la Prabende, ou Adrian, Forgeron ou Hau, Sansoube, Ecole des garçons, Salle des fêtes. 
- Bernard St-André, instituteur (o 1857) ; Catherine Castaings, sa femme (o 1864).
 
- Les élèves : (nés entre 1884 et 1888) Jean-Baptiste Cascailh de Lhoste ; Coudet ; Pascal Beyris de Pinton ; Pierre Busquet de Garros ; Guilhem, Tounat, Jean-Baptiste Dubroca du Tretze ; Trapette ; Jean Croutz de Caré ; Arnaud Dubroca de Meron ; Arthur ; Théodore Bréthes de Lagrabette ; Vincent Lafitte d'Arton ; Jean-Ernest Diris du Taston.
 
 

Tout en face, du côté droit de la rue (dans le sens de la promenade), la crête guillerette, les gosses, les enfants, de "Manecq" au "Sandré" 
venaient à l'école, chez M. St-André.
 
Fait au moule en usine (un instituteur typique), maigre et long comme un piquet de pailler, il savait nous dresser si nous ne voulions pas tirer (travailler).
 
Quand il peinait au travail, pas une mouche (un taon) ne volait.
 
Nous étions là, alors, quelques bons numéros :
 
Lhoste, Coudet, Pinton, Garros, Guilhem, Tounat, Tretze, Trapette, Caré, Méron, Arthur, Lagrabette, Lafitot d'Arton, et Ernest du Taston.
 
Mais aucun n'aurait osé lui danser le quadrille, parce que nous aurions su d'où nous venait l'étrille.
 
C'était un bon instituteur, mais, il était assez mauvais pour le reste (il nous servait mal le fricot).
 
Il nous faisait sortir la mousse aux poiriers du jardin, tant en hiver qu'aux mois de la lune rousse.
 
Et quand le soleil d'été tombait comme du feu, il nous envoyait au frais, s'allonger sous l'appentis.
 
Là, le cul par terre et vautrés dans la poussière, nous jouions à la "poque" (aux billes), au saut, au coup de balai.
 
Et pendant ce temps, derrière la porte loquetée, il sortait le poison, autour du robinet de barrique.
 
Souvent, le lundi matin, malade de la veille, il envoyait sa femme nous dire à l'oreille :
 
- "Monsieur n'a pas dormi... vous voudrez l'excuser. Moi, je tiendrai sa place, et je vais aviser..."
 
Et quand, les yeux chassieux, en fin d'après-midi il nous revenait, il nous disait : "Bras croisés !" ... E puis il plaisantait.
 
Pensez, si nous étions contents, nous, de souffler un peu, quand arrivait lundi, le lundi de l'instituteur !...
 
 


D'auts còps, ce m'an jo dit, qu'èran tres bèras "Grâces"... 
Mes, nos qu'avem ací las tres lèdas amassas ; 
E preu borg de Doasit que hesèn lo triò, 
Que pòdetz créder quiò. 

  
Autrefois, m'a-t-on dit, elles étaient trois belles "Grâces"...
 
Mais, nous, nous avons ici, les trois laides ensemble ; et dans le bourg de Doazit elles faisaient le trio, vous pouvez croire que oui.
 
 

  
  
Au hons d'un colidòr, que's trobava l'Aneta, 
Qui aimava com los vielhs a har la cançoneta. 
Suu petit cadeiròt, en avançant lo mus, 
En s'escopint suus dits que virava lo hus. 
Prauba d'èra, dessús n'avè que perrecalha, 
E, dens lo cabinet, arren tà la shicalha !... 

  
A Rotger, ou Angoumau, Darcahute. 
 
- Anne Castagnet, couturière (o ca 1821).
 
  

Au fond d'un corridor, se trouvait Annette, qui aimait comme les vieux faire ses radotages. 
Sur sa petite chaise, en avançant les lèvres, en se crachant sur les doigts, elle faisait tourner le fuseau.
 
Pauvre d'elle, elle n'était vêtue que de chiffons, et, dans le placard, elle n'avait rien pour manger !...
 
 

  
  
  
A costat, la Ducamp veuda d'un medecin 
Que vienè sus la rua avalar lo bocin. 
Ua troçanha suu cap, crassuda com un piente, 
Dab la Sofia aquí, que's minjava la renta. 
Nos, en nse'n mascanhant, e meishants com pihècs, 
N'avèm pas qu'un plaser : plenhar-la de gahècs... 

Au Sartou, ou Pirou, Ducamp, Sombrun.  
- Magdeleine Mirande, veuve du docteur Rigobert Ducamp, (o ca 1834) ; Sophie Ducamp, leur fille (o ca 1862). 
 
 

A côté, Mme Ducamp, veuve d'un médecin, venait sur la rue avaler un morceau. 
La tête troussée dans un linge, crasseuse comme un peigne, avec Sophie, là, elle mangeait sa rente.
 
Nous, en nous moquant, méchants et espiègles, nous n'avions qu'un plaisir : la remplir de fruits de la bardane...
 
 

En haut, en ua crampeta, 
Que vivèn dus : Pampe e Pampeta. 
Eth, qu'èra sale ; era, un gresot 
Dus pedolhós au mème sot. 
Eth, qu'èra estat, un temps, lo guarde, 
Era, ua hemnòta desbrolharda ; 
Mes, chic a chic dab lo vielhèr 
Qu'avèn pres èrt de canalhèr. 

En haut, dans une petite chambre, ils vivaient à deux : Pampe et Pampette. 
Lui était sale ; elle, crasseuse ; deux pouilleux dans la même soue.
 
Lui, avait été garde (champêtre), un temps, elle, une petite femme débrouillarde ; 
 
mais peu à peu, en vieillissant, ils s'étaient encanaillés

  
  
Au conhic deu "Tambor", qu'avèm un' auta Paulina 
Dab sa mair, la Daunina. 
Que tienè de costura un petit atalièr 
On tot vagant deu borg vienè har deu pelièr. 
Que l'entenèn de lonh aviar lo shapatoère 
E sisclar*79 mei enqüèra. 
Deu curè com deu maire, aquí, shens nat patron, 
Que talhavan l'abit, tot com lo baveron. 
E quan per las calors preu borg tot sonejava, 
A l'ompra, la cagèca enlà que cuicava. 

Au Tambour, ou Lajus.  
- Pauline Domecq (o ca 1862) ; Jeanne Lacouture, sa mère (o ca 1832).
 
 

Au coin du "Tambour", nous avions une autre Pauline, avec sa mère, Daunine. 
Elle tenait un petit atelier de couture où tous les désoeuvrés du bourg venaient faire les coquins.
 
On l'entendait de loin engager ses bavardages, et rire, encore plus loin.
 
Là, du curé comme du maire, et sans utiliser de patron, on y taillait l'habit ou la bavette (ils s'y faisaient critiquer).
 
Et quand, par les chaleurs, tout somnolait dans le bourg, à l'ombre, là bas, la chouette poussait ses cris.
 
 


  
Jo, per devant "Merac" que'm tiri lo chapèu : 
Aquí, maison barrada, estupat lo fornèu... 

Au Lèbe. ou Plantier, Poységur, Meyrac, Bordelane. 
 

Moi, devant Mérac, je retire mon chapeau : Là, maison fermée, éteint le fourneau... 
 

  
  
  
Lo Sevrènh*80 deu "Ninòt", aubergista, espicièr, 
Qu'èra tanbenh lo bolangèr. 
Dab la Marià, la hemna, au trabalh enquishada, 
Que s'amassava sòus tà naurir la nishada : 
Lo Leopòl, l'Artur, l'Eloïsa, l'Idà, 
L'Adrien, la Margò - en trènh de's maridar -, 
Puish, de tots lo mei triste, 
Lo praube Jan-Baptista. 
Pr'un vèspe de Ramèus, preu petit caminòt,*81 
Qu'anai abans "Tantum" cuélher huec au Ninòt. 
Los omiards que pintavan, 
E los gojats, partits*82, entre eths que plesentavan. 
- "Vien ací, ce'm ditz l'un ; que't vau balhar carbons ; 
"Aquestes, que van àrder*83 e que seràn deus bons." 
E, d'un rebat de man, que'm plenhà l'encensoère, 
Pendent que la Margò escopiva au moishoère... 
Que torni dens lo cur ; e, tanlèu suu tapís, 
Un hum a tot copar que se'm sòrt de l'utís. 
Qu'estó pertot la tossiquèra, 
L'estorneguet e la moquèra... 
Las chantrusas, las surs, que s'i gahàn la tos ; 
Las hemnas, los coishòts, que'n perdèn las colors ; 
E lo Brun a l'autar com un taish qu'alentava, 
Pendent que lo Lapègue au pienò s'esventava... 
"Sèi pas jo, ce'm disí, 
"Açò com va finir !..." 
Shens aténder de mei, qu'anai versar la brasa, 
E, de paur deus tonhats, que bramai com un ase. 
- "Çò qu'as hèit ?.. Vam !.. A tu !.." ce'm disó lo curè, 
- "Ne soi pas jo, nani... Preu Ninòt qu'atz l'obrèr..." 
Que passà com aquò... Que me'n tornai tranquille, 
Shens aver - tant de bon ! - amassat blaus e pilla... 
Benlèu, qu'ac sabón tot... Lo triste garnement, 
Que m'avè suus tisòcs barrejat un piment. 

A la Galope, ou Au Messager, Duman, Canton, Ninot, Lavie.  
- Jean Lavie, dit Séverin, boulanger (o 1840) ; Marie Mauléon, dite Maria, sa femme (o 1855). Leurs enfants : Léopold (o 1877), Ida (o 1880). Arthur, Eloïse, Adrien, Margot, Jean-Baptiste.
 
 

Séverin du Ninot, aubergiste, épicier, était aussi le boulanger. 
Avec Maria, sa femme, acharnée au travail, il amassait des sous pour nourrir la nichée : Léopold, Arthur, Eloïse, Ida, Adrien, Margot - en train de se marier -, puis, le plus triste de tous, le pauvre Jean-Baptiste.
 
  
Par un après-midi de Rameaux, par le petit chemin j'allai avant "Tantum" chercher du feu au Ninot.
 
Les hommes pintaient, et les jeunes gens, échauffés par le vin, plaisantaient entr'eux.
 
- "Viens ici, me dit l'un ; je vais te donner des charbons ; ceux-ci vont brûler avec ardeur et ce seront de bons charbons."
 
Et d'un revers de main, il me remplit l'encensoir, pendant que Margot crachait dans son mouchoir... 
 
Je reviens dans le choeur ; et, sitôt sur le tapis, une terrible fumée sort de l'ustensile.
 
Ce fut partout tousserie, éternuements et mouchages...
 
Les chantreuses, les Soeurs, furent prises de toux ; les femmes, les enfants, en perdaient les couleurs ; et l'abbé Brun, à l'autel, soufflait comme un blaireau, pendant que le vicaire Lapègue, au piano s'éventait...
 
"Je ne sais pas, me dis-je, comment tout ceci va finir !..."
 
Sans attendre davantage, j'allai verser la cendre, et de peur de prendre des coups, je bramai comme un âne.
 
- "Qu'as-tu fait ?... Allons !.. A toi !.." me dit le curé.
 
- " Ce n'est pas moi, non... Au Ninot, vous avez le responsable..."
 
Ça passa comme ça... Je m'en revins tranquille, sans avoir - heureusement - reçu ni bleus ni bosses...
 
Bientôt, nous sûmes tout... Le triste garnement, m'avait, sur les braises, versé un piment.
 
 

  
  
Lo Françoès de "Larriu", dab sa mair la Maria 
E dab la sòr, dab la Zelia, 
A la tireta, en trabalhant, 
Que metè sòus au cap de l'an. 
Mes, que sabè, pareish, plan ahrescà's la dala, 
Béver au veire, au veiròt, e mème a la godala ; 
Pr'aquò, shens feniantèr 
Semèla que batè. 
Lo matin, au soquet, tot bròi que sharisclava*84
Mes, benlèu, se la set preu còth e l'estranglava, 
Suu shuc deu botelhon 
D'un mèrle tot navèth qu'avèm l'echantilhon. 

A Josse, ou Larriu. 
- François Lafitte, cordonnier (o 1879) ; Marie Beyris, sa mère (o 1855) ; Zélie Lafitte, sa soeur.
 
 

François de Larriou, avec Marie, sa mère, et avec sa soeur, avec Zélie, en travaillant, il mettait des sous dans son tiroir à la fin de l'année. 
Mais il savait, paraît-il, bien se rincer la dalle, boire au verre, au petit verre, et même à l'assiette;
 
Autrement, sans feignantise il battait la semelle.
 
Le matin, sur son siège, il sifflait comme un merle ;
 
Mais bientôt, si la soif à la gorge l'étranglait, au sucement de la bouteille, nous avions l'échantillon d'un merle bien différent.
 
 

 

  
  
Tot au cuenh de la plaça, 
Gran amatur de caça 
Per camps, lanas e bòscs, 
Qu'èra mossur Farbòs. 
Marchand drapièr dab la Busqueta*85 
Qu'avè pecetas en saqueta. 
Capvath lo Mont, Haget, Tartàs, 
Per tots camins, au tròt, au pas, 
Haut apitat suu quate-arròdas 
Que carrejava las soas mòdas. 
Mes, de l'autar permèr vesin 
Jamei ne prenè lo camin... 

A Claverie du bourg, ou divers autre noms, selon les appartements : Au Hau, Lacabe, Benquet, Madamette, Boubée, Busquet, Manatoune, Farbos,.... 
- Jean Farbos, marchand drapier (o 1867) ; Victorine Busquet, sa femme (o ca 1877).
 
 

Tout au coin de la place, grand amateur de chasse, à travers champs, landes et bois, c'était monsieur Farbos. 
Marchand drapier avec Mme Busquet, il avait des sous de côté.
 
A Mont-de-Marsan, Hagetmau, Tartas, par tous les chemins, au trot, au pas, haut perché sur son "quatre-roues" il transportait ses modes.
 
Mais, de l'autel premier voisin, jamais il ne prenait le chemin...
 
  
  
 


A la glèisa de Doasit*86
 
Ò glèisa de Doasit on m'an portat en vàder,
Jamei, benlèu vielhòt, jo ne t'èi desbrombada.
Qu'ès la grana Maison on, com aus acorsats,
Tant e tan son passats.
 
Que t'aimi dab los vius qui carrejan la tralha,
Chaque dimenge ennau, pietadora auseralha,
E qui, grans e petits, se'n vienen tots portar
Còr vitèc a l'autar.
 
Ò glèisa de Doasit, près deu ton tabernacle
Que's devè començar lo rèbe, lo miracle,
Qui d'un petit cretièn com jo partit d'arren
Prêtre, un jorn, e'm heré.
 
Que t'aimi, quan jo vei las vertuts arrevíver
E, reina deus larèrs, la fe damorar viva ;
Missionaris*87, curès, trenta-tres en palhat
Suu camp qu'an cabelhat.
 
Ò glèisa de Doasit de dret tostemps tinglada
Maugrè los meishants èrts e deus ans la cinglada,
Pòrta au còr penitent cadut suu costicòt*88
De la patz lo flocòt.
 
Que t'aimi dab los morts qui dròmen dens l'arrega
A l'ompra de la crotz on tot dolent e prèga ;
Tu, que'us as benedits, balhé'us donc au mei lèu,
Plaça au garbèr deu Cèu.

A l'église de Doazit.
 
 
  
O, église de Doazit où l'on m'a porté en naissant, jamais, bientôt vieux, je ne t'ai oubliée.
 
Tu es la grande Maison où, avec empressement, tant et tant sont passés.
 
  
  
Je t'aime avec les vivants qui portent leurs pas (vers toi) chaque dimanche de fête, pieuse assemblée, et qui, grands et petits, s'en viennent tous porter à l'autel un coeur plein de vie.
 
  
O église de Doazit, près de ton tabernacle devait commencer le rêve, le miracle, qui d'un petit chrétien comme moi, parti de rien, ferait un jour un prêtre.
 
  
  
Je t'aime, quand je vois les vertus revivre, et, reine des foyers, la foi rester vivace ;
 
Missionnaires, curés, trente-trois en tout, ont fleuri sur le champ.
 
  
  
O église de Doazit, toujours bien droite malgré le mauvais temps et l'assaut des ans, porte au coeur pénitent tombé sur le chemin de la vie, le bouquet de la paix.
 
  
  
Je t'aime avec les morts qui dorment dans le rang, à l'ombre de la croix où prient les affligés ;
 
Toi, tu les as bénits, donne leur donc au plus tôt, une place au gerbier du Ciel.
 
 

  
  
Lo Felix de "Pinton" com la prauba auseralha 
Qu'avè hujut de casa entà's cercar brigalha. 
A l'endòs deu cluchèr, dens un cuenh deu "Benquet", 
Que tirava guinhòrra, en cantant, suu soquet. 
Mes, lhèu pr'amor deu nom, lo Nhafre que pintava, 
E lo veire rasèr jamei ne l'eishentava. 
- "Ah! brigand, ce'u disèn, que t'ès plan botelhat!" 
- "Caratz-ve, sivoplet ; n'èi pas sonque auelhat"... 
Ta plan, lo malurós, que'n prenó la catarra, 
E que'n morí tot joen, mei praube que nat coarre. 

A Claverie du bourg (voir plus haut). 
- Arnaud-Félix Lauqué, sorti de Pinton, cordonnier (+1906), dit lo Nhafre (le Cordonnier)
 
 

Felix de Pinton, comme les pauvres oiseaux, avait fui de chez lui pour chercher quelques miettes. 
Contre le clocher, dans un coin du "Benquet", il travaillait péniblement, en chantant, sur son siège.
 
Mais, peut-être à cause du nom, le Cordonnier pintait, et le verre plein ne lui faisait jamais peur.
 
- "Ah! brigand, lui disait-on, tu t'es bien enivré!"
 
- "Taisez-vous, s'il vous plaît ; je n'ai fait qu'ouiller"...
 
Si bien que le malheureux en eut une catarrhe, et il en mourut tout jeune, plus pauvre qu'aucun miséreux.
 
 

Dens la mème cahuta, en crampa shens solèr, 
Qu'èra ua petita vielha a l'uelh dret cornalèr. 
Que l'aperavan Manatona, 
Pegolhassa, mes bona. 
Au trang de l'angèlus que partiva au trabalh, 
E que's gahava a tot, au palòt com au dalh. 
Qu'anava per lo borg har totas las gresadas*89
Plantar pòs e caulets, preparar las brasadas. 
Que la prenèm a noste ; e, per quate o cinc sòs 
Tot lo jorn au casau que's croishiva los òs. 

Dans la même cahute, en chambre sous les toit (sans grenier), habitait une petite vieille à l'oeil en coin. 
On l'appelait Manatoune, un peu nigaude, mais bonne.
 
A la sonnerie de l'angélus elle partait au travail, et elle se prenait à tout, à la pelle comme à la faux.
 
Elle allait dans le bourg faire tous les nettoyages, planter des poireaux, des choux, préparer les lessives.
 
Nous la prenions chez nous ; et pour quatre ou cinq sous toute la journée au jardin elle s'y rompait les os.
 
 

  
  
Qu'anàvam cauque còp, - ua dròlla de mamia ! - 
Véder entau "Tarigòish" la prauba Leonia. 
A travèrs lo costèr, pèi-nuda suu beton, 
Tostemps espeluhida e bavira*90 au menton, 
Que virava, barava, en cridant com ua hòla, 
Barrada a doble torn, jorn e nueit, en caujòla. 
"Mainatges, tornatz-ve'n, 
"L'escòla que v'aten", 
Ce'ns disè la soa mair, la vielha Victorina. 
E que viràvam cort... de paur de la badina. 
Mèste haur preu quartièr, lo Jantí, dab antrènh 
Tot matin en forjant que'ns hesè lo refrènh. 
Enter temps, lo dimenge, entà'ns rénder service 
A costat de papà que cantava a l'ofice. 
Mes, quan tà har cordèth vienè lo Sent-Genès*91
Qu'ac f...ichèn tot de parts, de pinlas, a l'envèrs. 
Dab lo Lapèga bon cantaire, 
Lo Bordanava*92, un musicaire, 
Latin, francés, hesèn bornir 
E dens lo cur tot retrenir. 
Lo Tarigòish, reglat com Becut e Monòta 
Qu'aimava sus la rua viéner largar la nòta. 
E lavetz, qu'aurén dit suu tossit de darrèr, 
Qu'èra ua cama de vèrn qui-e's henè preu Tarrèr. 
"Vam véder, ce'u disí... Vam ! 'nh auta tonerrada !..." 
E que me'n dava dus, tres, quate en eslurrada. 
Jo que me n'arridí... Mes, la soa Terinà 
Que s'entenè, dehens, tot' sola, marronar. 

A Laberoge, ou Tarigoch.  
- Léonie ; Victorine, sa mère. - Jean-Grégoire Dagès, dit Jeanty, forgeron (o 1854), fils de Jeanne Lespiauc (o 1831) ; Catherine Dubernet, dite Térina, sa femme (o 1871).
 
 

Nous allions quelque fois, - une drôle de mamie ! - voir au Tarigoch la pauvre Léonie. 
Sous l'appentis, pieds nus sur le béton, toujours ébouriffée et la bave au menton, elle tournait et retournait, en criant comme une folle, fermée à double tour, nuit et jour, dans sa cage.
 
"Allez-vous en, les enfants, l'école vous attend", nous disait sa mère, la vieille Victorine.
 
Et nous partions aussitôt... de peur de la badine.
 
  
Maître forgeron du quartier, Jeanty, avec entrain, tout les matins en forgeant, nous faisait le refrain.
 
Entre temps, le dimanche, pour nous rendre service, à côté de papa il chantait à l'office.
 
Mais quand pour nous aider venait Saint-Genès, ils foutaient tout à l'envers, sans dessus dessous.
 
Avec Lapègue bon chanteur, Bordenave, un musicien, ils faisaient retentir latin et français, et dans le choeur, tout vibrer.
 
Tarigoch, réglé comme Bécut et Mounote, aimait venir sur la rue pour larguer la note.
 
Et alors, on aurait dit sur la toux du derrière, que c'était une jambe de vergne qui se fendait sur le Ram.
 
"Voyons, lui disais-je... Allons ! Un autre coup de tonnerre !..."
 
Et il m'en faisait deux, trois, quatre en enfilade.
 
Moi j'en riais... Mais, dedans, sa Térina s'entendait maronner toute seule.
 
 

  
  
Qu'èri partit tot joen dab la tanta Carmèla, 
Ua charmanta fumèla 
Qui avè tirat deu Barbe un bèth punh de dinèrs, 
E, dab l'aunor deu nom, qualitats tot après. 
Los pedits au larèr, l'ivèrn, que'm racontava 
Qu'ua nueit on dens lo cèu la lua e s'entutava, 
Que l'avè semblat véder ua ompra au près deu putz, 
E qui-e, de la soa pelha, esbarrejava ua lutz. 
- "Mainada, ce'u disó, hè lo plan e siis brava ; 
"Tà servir lo bon Diu ne't hiquis pas la trava. 
"E Sent Pierre, mei tard, devant lo portinet 
"Que't desvarrolharà, shens t'espiar lo carnet..." 
E, dempuish, que tienó, dreta com la d'un cierge 
L'eslama deu dever, ta complàser a la Vierge. 
Com las daunas deu temps qu'avè lo gran folard, 
E tostemps tà sortir, l'ombrèla o lo riflard 
Que nodava lo peu suu moishoère en lustrina, 
E lo chale en satin, long com ua pelerina. 
N'auré pas hèit un pas shens portar lo cabà ; 
Mes jamei ne metè dus escalhs a flambar. 
Qu'èri lo son cherit... Que'm dava la bolhia, 
Ahragas e peishics au jus d'aiga de via. 
Tot an, a la sason deu pòrc, de l'aucaton 
Au topin que'm hesè la saussa d'escauton. 
Lavetz, jo, trafalhant, en lo dant la shagòta*93
"Qu'ètz brava, be, totun ! ce'u disí, Carmelòta !." 
Un còp sopat, l'estiu, qu'anàvam sus la rua 
Préner dab los vesins lo fresc au rai de lua. 
Shens ne pèrder un bocin, deu cadeiron abans, 
Qu'escotavi parlar, sajolòt, la tatàn. 
Mes, quan a l'arrelòtge anava sonar l'òra, 
"Mainatge, ce'm disè, qu'as pro cholat dehòra..."*94 
E, de tira, entau jaç, tau com un lapinòt 
En dus sauts que prení lo petit caminòt. 
Un vèspe, preu salon, que s'avisà de càder, 
E que's copà la cueisha en 'quèra barracada. 
Que'n morí vista après, 
E lo long deus ciprès 
Un ser de divés-sant qu'anam dab lo Lapèga*95
Shens un truc de batalh portar la dens l'arrega. 

A Pierrette. ou Carmelle, Pradet.  
- Jeanne Barbe, dite Carmelle (o 1826), grand-tante de Raphaël Lamaignère.
 
 

J'étais parti tout jeune avec la tante Carmelle, une femme charmante qui avait sorti du Barbe une belle poignée de sous, et avec l'honneur du nom, les qualités aussi. 
Les doigts de pied près du feu, l'hiver, elle me racontait qu'une nuit où dans le ciel, la lune se cachait, il lui avait semblé voir une ombre près du puits, dont la robe diffusait une lumière.
 
- "Fillette, lui dit-elle, fais le bien et sois brave ; pour servir le bon Dieu ne te mets pas d'entraves. Et Saint Pierre, plus tard, devant la porte (du ciel) t'ouvrira (enlèvera le verrou) en toute confiance (sans regarder ton carnet)..."
 
Et depuis, elle tint la flamme du devoir droite comme celle d'un cierge, pour être agréable à la Vierge.
 
Comme les maîtresses de maison de son époque, elle portait le grand foulard, et toujours pour sortir, l'ombrelle ou le parapluie, elle nouait ses cheveux dans le mouchoir en lustrine, et le châle en satin, long comme une pèlerine.
 
Elle n'aurait pas fait un pas sans porter le cabas ; mais jamais elle ne mettait deux morceaux de bois à flamber en même temps.
 
J'étais son préféré... Elle me donnait la bouillie, des fraises et des pêches au jus d'eau-de-vie.
 
Chaque année, à la saison de la tuaille du cochon, des oies, elle me faisait, dans un pot, de la bouillie de maïs.
 
Alors, moi, turbulent, en lui faisant les chatouilles, "Vous êtes brave, oui, quand même ! Carmelote !, lui disais-je."
 
Après souper, l'été, nous allions sur la rue prendre le frais avec les voisins, au clair de lune. Sans en perdre une miette, depuis ma petite chaise, bien sage, j'écoutais parler la tata.
 
Mais, quand l'heure allait sonner à l'horloge, "Petit, me disait-elle, tu es resté assez accroupi dehors..."
 
Et aussitôt, pour aller au lit, comme un petit lapin, en deux sauts, je prenais le petit chemin.
 
Un après-midi, dans son salon, elle eut la mauvaise idée de tomber, et se coupa la cuisse dans cette embardée.
 
Elle en mourut vite après, et le long des cyprès un soir de vendredi-saint, nous allâmes avec Lapègue, sans sonnerie de cloche (sans un coup de battant), la porter dans la fosse.
 
 

  
  
De soïsse, lo Fescaus qu'avè près lo mèstí : 
Un òmi dab lo quau tots podèn compatir. 
Eth, ad arreish jamei n'avè hèit la morala, 
E que mercava plan com dens ua catedrala. 
Que sabè har tinglar l'espada au casaquin, 
Lo bròi pantalon blu, lo chapèu de satin. 
E quan lo curè Brun descendè dab l'ostia, 
Eth, la man au plumet, que croishiva l'esquia. 
Se, lo pòt de travèrs, e'ns hesè lusir l'uelh 
Que'ns disèm que calè tiéner dret lo cabelh. 
Mes, un còp messa dita, 
Au darrèr deu Polita, 
En ranjant lo missau 
Que l'anàvam har nhau*96
"Qu'atz chança, ce'ns disè, qu'adara sii amorre*97
"Mes, unh aut còp, praubons, que'vs gaharèi shens córrer." 
Un jorn de carnaval, que'm tira los lagasts*98 
Per m'estar haut coeifat deu son gran chapelàs. 
N'i tornai pas dus còps... E de la soa replica, 
Ua setmana de reng que'n guardai la colica. 
La hemna, la Ninòta, un petit fumelòt, 
Qu'anava entau curè hòder lo casalòt. 
A bèths còps, dab Frasia*99, era que petrilhava 
E, per cantèr, que bornijava. 
Atau chaqu'ua dab bon piulet 
Disè lo chapelet... 
"Ne las escotis pas aqueras bròi charmantas, 
"Ce'm hesè lo Vital... Tostemps las mèmas cantas !... 
"Estudia au caièr, 
"Shens hum de destraugèr !..." 
Mes, fautas que hesí sus la version latina, 
De tan qu'èri curiós d'enténer la platina... 

A Coudas , ou Poysegur, Fescaux, Adèle.  
- Hippolyte Fescaux, dit Polyte, menuisier (o 1836) ; Marguerite Larrieu, sa femme, dite Ninote (o 1834).
 
 

Fescaux avait pris le métier de suisse : 
un homme avec lequel chacun pouvait s'entendre.
 
Il n'avait jamais fait la morale à personne, et il marquait bien comme dans une cathédrale.
 
Il savait bien porter avec classe l'épée au casaquin, le joli pantalon bleu, le chapeau de satin.
 
Et quand le curé Brun descendait avec l'hostie, lui, s'inclinait (pliait le dos), le chapeau à plumet à la main.
 
Si, la bouche de travers, il nous faisait luire l'oeil, nous nous disions qu'il fallait tenir la tête droite.
 
Mais une fois la messe dite, au derrière de Polyte, en allant ranger le missel nous lui faisions la grimace.
 
"Vous avez de la chance, nous disait-il, que j'ai les mains occupées, mais une autre fois, pauvres de vous, je vous attraperai sans courir."
 
  
Un jour de carnaval, il me gronda (il me sortit les tiques) pour m'être avantageusement coiffé de son grand chapeau.
 
Je n'y revins pas deux fois... Et de sa réplique, j'en gardai la colique pendant toute une semaine.
 
Sa femme, Ninote, un petit bout de femme, allait chez le curé pour bêcher le jardin.
 
Souvent, avec Phrasie, elle s'exaspérait, et, par côté, elle grognait.
 
Ainsi, chacune avec un bon caquet disait le chapelet (maronnait)...
 
"Ne les écoute pas, à ces grandes charmantes, me disait Vital... toujours les mêmes rengaines !... Etudie sur ton cahier, sans te laisser distraire !.."
 
Mais, je faisais des fautes sur la version latine, tant j'étais curieux d'entendre le bavardage...
 
 

  
L'Adèla que tienè petit magazinòt 
On trobavan de tot, e mens car qu'au Ninòt : 
Blu, sablon e ligueta, 
Dentèla e saboneta. 
Aquí, lo medecin, lo chantre, lo barbièr, 
Lo regent, lo talhur, lo haur, lo cordonièr, 
Tots que passavan a l'usclada, 
Au fin sedaç de la nhacada. 
Quenh atge avè ? N'ac sèi. 
Mes, soissanta ans o mei. 
- "Carmèla, disetz-me, se n'ètz pas ua bestiòla 
"Com se hè que lo cap de 'quera gran' gariòla*100 
"E'm pareishi tan vielh 
"Dab un peu tant arnelh ?" 
- " Mainatge, qu'es vertat ! Qu'a tots los ans en cluca ; 
"Mes, puish qu'ac vòs saber, tè, que pòrta perruca. 
"Pr'amor de 'quò qu'a lo joenèr... 
"Ès donc servit, gran cançonèr ?..." 

A Coudas. (même maison que dessus).  
- Adèle Ferrien, épicière (o1835).
 
 

Adèle tenait un petit magasin où l'on trouvait de tout, et moins cher qu'au Ninot : 
du bleu, du savon, des cordons, de la dentelle, des savonnettes.
 
Là, le médecin, le chantre, le barbier, l'instituteur, le tailleur, le forgeron, le cordonnier, tous passaient à la casserole, au fin tamis des coups de dents.
 
Quel âge avait-elle ? Je ne sais.
 
Mais, soixante ans ou davantage.
 
- "Carmelle, dites-moi, si vous n'êtes pas sotte, comment se fait-il que la tête de cette grande femme déséquilibrée me paraisse si vieux avec une chevelure si ardente ?"
 
- "Petit, tu as raison ! elle a accumulé les ans ; mais puisque tu veux le savoir, tiens, elle porte perruque. C'est pour cela qu'elle a la jeunesse... Es-tu satisfait, cancanier ?.."
 
  
 

  
  
A la maison deu cuenh, los "Porics", las "Poricas"*101 
Amassas que vivèn com praubes caga-aricas*102
Marioneta la mair, shens un crin au chinhon, 
Lo Jantí, la Julià, lo Firmènh, la Monhon*103
Madama Capdeviòla 
Qu'avè quitat la piòla*104 
E lo praube maçon shens pan au vaisherèr, 
Alhors qu'avè cercat de que hà's un porèr. 
Tots, que l'aimavan cru, qu'estossi blanc o roge, 
Hesossi bèth o ploja ; 
E quan avèn l'erbèr*105 content 
Entre eths que's davan còp de dent. 
La Monhon, tot vespòt, preu borg que caminava 
E deu "Còi", braç crotzats, deçoment, que tornava. 
Qu'avè per devath pelha, en penent au sacòt, 
Un cinc pintons de vin tirats au barricòt. 
Que'u disèn en arríder : "Atz boçat la caneta ?" 
E lo cap baish, shens cançoneta, 
Que halava de pos, tà tirà's deu poishiu 
Deu miei deus cotilhons lo pes embarrassiu... 

Au Pouric 
- Marie Lafitte, dite Mariounéte (o ca 1821) ; Margueritte Lafitte, sa soeur, dite "la Mougnoun" (o ca 1831) ; Jean Capdeviolle, dit Jeanty, maçon, fils de Mariounéte (o 1855) ; Firmin Lafitte, fils naturel de la Mougnoun, et cousin de Jeanty (o 1862) ; Julia, femme de Jeanty.
 
 

A la maison du coin, les "Pourics", les "Pouriques", vivaient ensemble comme de pauvres avares : 
Mariounéte la mère, sans un crin au chignon, Jeanty, Julia, Firmin, la Mougnoun.
 
Madame Capdeviole avait quitté la piaule (de son mari), et le pauvre maçon sans pain dans le buffet, avait cherché ailleurs de quoi se faire un poulailler (de quoi loger).
 
Tous, l'aimaient cru (le vin), qu'il fût blanc ou rouge, qu'il fît beau ou qu'il plût ; et quand ils avaient l'estomac content ils se donnaient entre eux des coups de dents.
 
La Mougnoun, tous les après-midi, se promenait dans le bourg et depuis le Coy, elle s'en revenait doucement, bras croisés.
 
Elle avait sous la robe, en suspend du sac, une bouteille de deux litres et demi de vin tiré à la barrique.
 
On lui disait en riant : "Vous avez bouché la bouteille ?"
 
Et, la tête basse, sans faire d'histoires, elle avançait rapidement, pour aller s'enlever du milieu des jupons, le poids embarrassant.
 
 

  
  
Pregàrias potejant, o manejant las bròcas, 
A la pòrta d'après qu'èran las duas "Bellòcas". 
Deu sièti deu salon 
Preus traucs deu ferneston, 
Que comptavan suus dits gents e cans qui-e passavan, 
E mèmes, ce disèn, la vacas qui-e hemsavan... 
Chaqu'ua qu'èra un pigaish*106
Qui-e plan tienè la rua de Baish.*107 
La Jenní qu'èra tòrta e Clemença malheta, 
Dab, en sus deu vielhèr, lo mau de la boheta. 
La capdèta, en chancant, a mens de temps plogiu 
Tot matin que vienè recéber lo bon Diu. 
E lo vespe, un moment, lo libre devath l'aisha*108 
Que tornava partir tà la cadèira baisha. 
Aquí, l'un après l'aut, qu'enfilava shens fin 
Oremus e paters en francés, en latin. 
L'auta, preu rematisme au fautulh claverada 
Cauças, tricòts, gilets, a lonca punterada 
Qu'empeudava*109 tendent, en tirar deu gusmeth 
Hiu, lan, coton e cordonet 
Bròi parat de dentèlas, 
De flors e de candelas, 
Chaqu'ua qu'avè lo son autar, 
Lusent com tot, shens lo vantar. 
Qu'entravi cauque còp ; e, per darrèr la vitra 
De l'Evangèli Sent que'm legèn un chapitre. 
Que'm disèn d'estar sage, agunhós, shens badalh, 
E tostemps deu plan-har de portar lo flocalh. 
Puish, deu cabinetòt, la Jenní que'm tirava, 
Un sucre... E, haut ! Bonjorn !... Que hugí com la lèbe... 

Au Roumentè, ou Lestage du bourg, Ducasse, las Belloques.  
- Clémence ou Marie Belloc (o 1824) ; Jenny ou Jeanne Belloc, sa soeur (o ca 1815).
 
 

Marmonnant des prières, ou tricotant, à la porte d'après, étaient les deux Belloques. 
Depuis le siège du salon, par les trous d'une petite fenêtre, elles comptaient sur leurs doigts, les gens et les chiens qui passaient, et même, disait-on, les vaches qui chiaient...
 
Chacune était un parasite bien accroché qui tenait la rue de Bas.
 
Jenny était boiteuse et Clémence avait une déviation des hanches, avec, en plus de la vieillesse, la dyspnée.
 
La cadette, en boitant, à moins qu'il ne pleuve, venait chaque matin recevoir le bon Dieu.
 
Et l'après-midi, pendant un moment, le livre sous l'aisselle, elle repartait pour l'église (pour la chaise basse).
 
Là, l'un après l'autre, elle égrenait sans fin des orémus et des paters, en français et en latin.
 
L'autre, clouée sur le fauteuil par les rhumatismes, ravaudait sans interruption des bas, des tricots, des gilets, à longues séries de points, en sortant de la pelote fil, laine, coton et cordonnet.
 
Joliment décoré de dentelles, de fleurs et de chandelles, chacune avait son autel, beau comme tout, sans le vanter.
 
J'entrais quelquefois ; et, par derrière la vitre (des lunettes) elles me lisaient un chapitre du saint évangile.
 
Elles me recommandaient d'être sage, acharné au travail, sans bâillement, et de toujours porter le flambeau (la houppe) du bien-faire.
 
Puis, Jenny sortait du petit buffet, pour moi, un sucre... Et, allez ! bonjour !... Je fuyait comme le lièvre...
 
 

  
  
Vesin, lo Casalèr que lotjava au "Calon" ; 
Qu'èra un bèth omiarin, mes lo nas chic tròp long. 
Preu miei deus musiciens de haut que cordejava 
E dab lo zim-bom-bom, hardit, qu'arpatejava. 
Shens jamei hà's pregar, 
E shens paur d'engorgar*110 
N'avè pas tau pinton besonh de l'enguisèra, 
Qu'estossi pela-pòrc, o noça o baptisèra.*111 
Que'u disèn : "Doble ban ! Qu'as l'èrt tot perborit !" 
- "Que's pòt... Mes, en tot cas, que soi escalorit !" 
E quan la prauba Ròsa en obrint la porteta 
e'u vedè tornar hart en hant la candeleta, 
Ne'u demandava pas un còp dens la maison, 
S'avè plan malhucat au tòc deu diapason. 

A Pecouloum, au Caloun, Mon Désir.  
- Félix Lassalle, horticulteur, dit Casalè (o 1845) ; Rose ou Catherine Domecq, sa femme (o 1849).
 
 

Voisin, Casalè logeait au Caloun : 
C'était un bel homme, mais le nez un peu trop long.
 
Au milieu des musiciens il participait grandement, et avec son zim-boum-boum, il se démenait, égourdi.
 
Sans jamais se faire prier, et sans peur de s'engorger Il n'avait pas pour boire, besoin de l'entonnoir à gaver, que ce fût tuaille de cochon, noce, ou repas de baptême.
 
On lui disait : "Double ban ! Tu as l'air bien échauffé !"
 
- "Ça se peut... Mais, en tout cas, je n'ai pas froid !"
 
Et quand la pauvre Rose en ouvrant la porte le voyait revenir plein, en titubant (comme la flamme de la chandelle), elle ne lui demandait pas, une fois dans la maison, s'il avait bien frappé en mesure.
 
 

  
  
Lo Lauquèr que venè mantes, berrets, culòtas, 
E fripas de devath tà las damiselòtas. 
A la glèisa, pr'aquò, ne hicava los pès ; 
E qu'auré lhèu grasit de la véder a l'envèrs. 
Las bajaulas*112 suu nas que legè la "Dépêche"*113 
En se trufant tot hòrt deus curès e deu prêche : 
- "Los feniants !... ce disè. Que seré miélher pr'eths 
"Que plantassin caulets !" 
Farçur, lo Bordelana*114 atau de la soa crampa 
Qu'aimava deu bestièr segotí'u la garrampa : 
- "Hèi, vos, lo cançonèr, quan volhim que v'auram 
"E que'vs convertiram..." 
E qu'estó... Pr'un matin, hèit lo gran ramonatge, 
Que'u portàn ent'Aulès dab messa de cantatge : 
- "As-tu vist, hòu, garçon, com lo nos vecariòt 
"E te l'a maserat, aqueth praube poriòt !..." 
La soa sòr, l'Octavina, 
Sola, en ronlar per la cosina, 
Diu que n'arremercià 
Au lòc, com l'aut, de l'en·hastiar.

Au Pognon, ou à Bidale.  
- Bernard Lauqué, tailleur d'habits, (o 1846) ; Octavine Lauqué, sa soeur (Marie, o 1848 ?)
 
 

Lauqué vendait des manteaux, des bérets, des culottes, et des dessous pour les demoiselles. 
Mais il ne mettait pas les pieds à l'église ; et il aurait peut-être apprécié de la voir renversée.
 
Les besicles sur le nez il lisait la "Dépêche" en se moquant tout fort des curés et des sermons :
 
- "Les feignants !... disait-il. Il vaudrait mieux pour eux qu'ils plantassent des choux !"
 
Farceur, le vicaire Bordenave aimait, depuis sa chambre lui secouer ainsi la crampe de la bêtise :
 
- "Hè, vous, le cancanier, quand nous voudrons, nous vous aurons et nous vous convertirons..."
 
Et ainsi fut... Un matin, après avoir fait le grand ramonage (la confession), on le porta à Aulès avec messe chantée :
 
- "As-tu vu, garçon, comme notre petit vicaire l'a dompté, à ce pauvre poulet !..."
 
Sa soeur, Octavine, seule, en tournant dans sa cuisine, en remercia Dieu, au lieu de le harasser, comme l'autre.
 
 

  
  
Curè, Polita e la Frasia 
Vivèn los tres en companhia. 
Era, gran' cosinèra a l'entorn deu carmalh 
Qu'auré garnit un plat dab lo mendre escarralh. 
Mes, tot en tornejant que s'i deishava càder 
Tà rossir los adobs ua petita becada. 
Qu'anavi, lo dimenge, e mème aus jorns obrèrs 
Envitat preu Vital*115 gostar los son aprèsts. 
E tot qu'èra tant bon, adara qu'ac poish díser, 
Qu'i hesí chaque còp pecat de gormandisa. 
Lo Polita*116 croishit preus ans, magre e mendròt 
Brasoquèr*117 que's cauhava au petit cadèiròt. 
Qu'i tienè la Minoisha*118 en lo parar la hauta, 
Shens mancar deu servir leitina a plenha gauta. 
N'èra pas dab la sòr tostemps deus mei galants 
E los dus que's hesèn compliments chic charmants. 
Lavetz, quan entenè lo brut, la nhica-nhaca, 
Lo pastor que vienè trolhar*119 devant la placa, 
Hicar òrdre aus plumats 
E predicar la patz. 
Eth, qu'avè hèit l'escòla au vielh colètge d'Aire*120
E puish, deu galopaire 
A Bassercles, Donzac, a Saubusse tanben,*121 
Estacat com curè valent, au ligader. 
Qu'avè la pèth arnelha (aquò qu'es de costuma) 
E, tostemps peu de dret, que'u lusiva la pluma. 
Tabacaire fenit, m'enviava entà "Merac" 
A jorn passat, crompà'u cocuron de tabac. 
Que'u durava dus jorns... Ah ! com bròi punherava ! 
E, com un ase bren, tà plan eth que borrava ! 
De la vita, jamei, n'avè vist medecin 
Ni jamei de cachet desglosit un bocin... 
Qu'avèn unh auta sòr, l'Annà, richa, eleganta, 
Qui-e, de Tarbes vienè, sovent, har la vaganta, 
E deu hisson tanben, sus la rua, preu quartièr, 
Tot en trempant dab suenh lo dit au benitièr. 
Un jorn, qui èra en complòt devant la "Pebergèra"*122 
De la crampa, l'abbè que'u tirà la vermièra. 
Aqueste, fatigat, que tornava deu "Pau"*123
Signar lo paperòt en un praube malaut 
- "Que vorrí, ce'u disó, repausà'm ua minuta, 
"E que'vs demandarí de rentrar dens la tuta..." 
Arren... Que'us torna díser : - "E'vs vatz benlèu carar ?..." 
Enqüèra arren... Lavetz, deu cèu que devarà 
Suu cap de l'enlencuada ua doisha d'aiga fresca... 
Que podó destalar... Mes, qu'ac sabó, l'avesque !... 
Au noste Brun, atau, que l'enviavan abbès 
De tot calibre, e bons, e trufandèrs. 
Mes, com lo qui-e's mefida 
Que'us sarrava la brida : 
Lahargou, Casterà, Dumartenh e Ducòs, 
Lapèga e Bòrdanava, e mossur lo Desclaus, 
Lo cap-virat de Labeiria, 
Garralon e Minjòt, tà finir la seria. 
Un jorn, lo Lahargou 
A taula, que'u digó : 
- "L'esprit, a cinquanta ans, que s'engorga e que baisha, 
"E mei que mens que s'esplumaisha..." 
- "Òh! la, ce'u responó, que'm soi apercebut 
"Que lo vòste, mossur, n'a pas tan atendut..." 
Mei tard, entà Mailís partit dab la maleta,*124 
Lo Brun que cluishà l'uelh dens ua crampa soleta ; 
E, seguit preus Doasits, un matin de divés, 
Que l'anàn enclotar dens l'arrega d'Aulès. 

Au Presbytère, ou Ferré, Dupuy.  
- Vital Brun, curé, (o 1839) ; Hippolyte Brun, son frère (o 1824) ; Euphrasie Brun, sa soeur (o 1826) ; Anna Brun, autre soeur.
 
 

Le curé, Polyte et Phrasie vivaient les trois ensemble. 
Elle, grande cuisinière autour de la crémaillère aurait garni un plat avec le moindre reste.
 
Mais tout en remuant elle y laissait tomber pour rissoler les assaisonnements, une petite roupie.
 
J'allais le dimanche, et même les jours ouvrés, invité par Vital, goûter ses préparations.
 
Et tout était tellement bon, maintenant je peux le dire, que j'y faisait chaque fois pêché de gourmandise.
 
Polyte, courbé par les ans, maigre et fluet, aimant bien le coin du feu, se chauffait sur une petite chaise.
 
Il y tenait Minouche dans son giron, sans oublier de lui servir du lait à pleine gueule.
 
Il n'était pas toujours des plus galants avec sa soeur et les deux échangeaient des compliments peu charmants.
 
Alors, quand il entendait le bruit, la dispute, le pasteur venait piétiner devant la plaque, mettre de l'ordre aux chamailleries et prêcher la paix.
 
  
Lui, avait fait l'école au vieux collège d'Aire, et puis avait fait l'instable a Bassercles, Donsacq, à Saubusse aussi, attaché comme un vaillant curé, à ses engagements.
 
Il avait le teint éclatant (ou la figure rougie ?), - ça c'est habituel - et, toujours bien peigné, il avait le cheveu luisant.
 
Grand amateur de tabac, il m'envoyait à "Mérac" un jour sur deux, lui en acheter un paquet.
 
Il lui durait deux jours... Ah ! comme il y puisait bien !
 
Et, il bourrait, aussi bien qu'un âne du son !
 
Il n'avait jamais vu un médecin de sa vie ni jamais sucé un morceau de cachet.
 
Ils avaient une autre soeur, Anna, riche, élégante, qui venait souvent, de Tarbes, faire la désoeuvrée et aussi la langue de vipère, sur la rue, dans le quartier, tout en trempant avec soin le doigt au bénitier.
 
Un jour qu'elle était en complot devant la "Pébergère", depuis sa chambre, l'abbé lui sortit la vermine.
  Celui-ci, fatigué, revenait du "Pau", signer le papier (donner l'extrême-onction ?) à un pauvre malade 
- "Je voudrais, lui dit-il, me reposer une minute, et je vous demanderais de rentrez dans la maison..."
 
Rien... Il leur redit : -"Allez-vous bientôt vous taire ?..."
 
A nouveau rien... Alors, descendit du ciel sur la tête de la bavarde, une douche d'eau froide...
 
Il put dételer (et se reposer)... Mais, l'évêque le sut !...
 
Ainsi, on envoyait à notre Brun, des vicaires de tout calibre, des bons et des farceurs.
 
Mais, méfiant, il leur serrait la bride :
 
Lahargou, Castera, Dumartin, et Ducos, Lapègue et Bordenave, et monsieur Desclaus, Labeyrie l'illuminé, Garralon et Minjot, pour finir la série.
 
  
  
Un jour, Lahargou,
 
à table, lui dit :
 
- "L'esprit, à cinquante ans, s'enlise et baisse, et même il se déplume..."
 
- "Oh ! là, lui répondit-il, je me suis aperçu que le votre, monsieur, n'a pas tant attendu..."
 
  
Plus tard, parti pour Maylis avec la valise, Brun ferma l'oeil dans une chambre esseulée ; et suivi des Doazitiens, un vendredi matin, on alla l'inhumer dans le cimetière d'Aulès.
 
 

  
  
Las tantas deu Lalaude*125 en ua maison propieta 
Com tant d'auts que vivèn en escarrant l'assieta. 
La Maria, aflijada e plenha de trabucs 
Que passava shens fin pregàrias a pelucs*126
Qu'èra aimabla, graciosa, 
Arridenta, amistosa ; 
E quan jo la vedí darrèr lo contravent 
Que cresí qu'èra ua sur sortida deu convent. 
La sòr, la Marcelòta, 
Qu'avè bona parlòta. 
Tot matin, entau borg que s'anava esventar, 
Arcuélher la novèla, e novèlas portar. 
Ne sabè pas çò qu'èra 
Lo mau de l'arrauquèra ; 
E, chic o mic 
A tots que dava lo penhic. 
En setmana a la messa, 
Lo dissabte a confèssa 
Ta lèu trucat "mea culpa" 
Venim tornava destrempar. 
Mes, quan dab lo bon Diu reprenè conferença 
A genós, suus carrèus, que hesè penitença. 
Que reparava atau 
Deu pecat lo domau. 

A Bidau, ou Marchand  
- Marcelle Diris, dite La Peberyière (de Péberger), (o 1828) ; Marie Diris, sa soeur (o ca 1835).
 
 

Les tantes de Lalaude, dans une maison proprette, vivaient comme tant d'autres en raclant le fond de l'assiette. 
Marie, affligée et assaillie de malheurs égrenait sans fin des prières.
 
Elle était aimable, gracieuse, souriante, amicale ;
 
Et quand je la voyait derrière le contrevent, je croyais que c'était une soeur sortie du couvent.
 
Sa soeur, Marcelote, avait un bon caquet.
 
Tous les matins elle allait s'aérer dans le bourg, recueillir la nouvelle et des nouvelles porter.
 
Elle ne savait pas ce que c'est que d'être enrouée ;
 
et peu ou prou, elle égratignait tout le monde.
 
  
En semaine à la messe, le samedi à confesse, sitôt frappé le "méa culpa", elle sécrétait à nouveau son venin.
 
  
Mais quand elle reprenait ses conférences avec le bon Dieu, à genoux sur les carreaux, elle faisait pénitence.
 
  
Elle réparait ainsi le dommages du pêché.
 
 

  
  
Lo Dezest de "Lassale" 
Dab lo pic e la pala, 
Tot jorn aus camps de "Largelèr"*127 
Que se'n anava carretèr. 
Dab lo son Jan*128, dab la Celesta*129
Ivèrn, estiu, molhant la vèsta 
Que s'apiolava au sacotòt 
Lo rond d'argent de l'escutòt. 
Que'us disèn aganits, sarrats, caga-tachetas*130 
Duncò crénher en minjant d'esbrecar las forchetas. 
Lo Jan, lo praube d'eth, secalhòt*131, magre e prim 
Qu'avè passat contract dab lo jus d'arresim. 
Mes, per un jorn noviau*132, devath ploja e ventòrra 
Que'u devèn trobar mort, arrecueit de vinòrra. 

Au Grand Pistole, ou Cazalet, Lassale.  
- Jean Dezest, propriétaire exploitant (o ca 1847) ; Justine Lassalle, dite Céleste, sa femme, (o ca 1854) ; Jean dezest, son fils (o ca 1850).
 
 

Dezest de "Lassale", avec le pic et la pelle, s'en allait charretier, tous les jours aux champs de Largelé. 
Avec son fils Jean, avec Céleste, hiver, été, mouillant la veste, il entassait dans sa bourse le rond d'argent de l'écu.
 
On les disait avares, pingres, radins, jusqu'à craindre en mangeant d'ébrécher les fourchettes.
 
Jean, pauvre de lui, sec, maigre et fin, avait passé contrat avec le jus de raisin.
 
Mais, par un jour de noces, sous la pluie et le vent on devait le trouver mort, archi-cuit de vinasse.
 
 

  
Lo Paul Lavie, un petit retreitat 
Dab la "Chichí" que lotjava a costat. 
Com l'auseròt, après aver hèit viatge 
Qu'èra tornat au nid shens maquilhatge. 
Long com un pan, magre com un secalh 
Qu'avè guardat gran èrt e bèth plumalh. 
Devant Sebastopòl au huec de la batalha 
Qu'avè deus enemics hèit la grana mortalha. 
Que'n portava a l'olhet*133 lo riban plan ganhat 
Shens ne tirar, com d'auts, mendre hum d'arganhat*134
La hemna, la Chichí, sòr de la Pandelèra, 
Que'n shucava de bon autorn de la padèra. 
E qu'avè, plan segur, de grèisha sus l'esquiau 
De que sus bassacula apressar deu quintau. 

Au Hau de Méron, ou Petit Pistole, Bedout, Jacon.  
- Paul Lavie ; Chichí.
 
 

Paul Lavie, un petit retraité, avec Tchitchi logeait à côté. 
Comme l'oiseau, après avoir voyagé, il était revenu au nid sans fard.
 
Long comme un pain, maigre comme un sarment, il avait gardé grand air et beau plumage.
 
Devant Sébastopol, au feu de la bataille, il avait massacré les ennemis.
 
Il en portait à la boutonnière le ruban bien gagné, sans en tirer, comme d'autres le moindre soupçon d'arrogance.
 
Sa femme, la Tchitchi, soeur de celle du Pandelè, en suçait sans faire semblant autour de la poêle.
 
Et elle avait, bien sûr, assez de graisse sur la croupe pour, sur la bascule, approcher du quintal.
 
 

  
  
A Pedaulès, on huec mei ne humava 
Dempuish longtemps lo gahús que cocava. 
Mes, que disèn qu'ua lutz au truc de mieja nueit 
Tot ser, devath lo teit, 
Preu grèr que's passejava en hant la virolèra, 
E que la vedèn tots de "Condrina" a "Broquèra". 
Que n'aví de sudor lo cuer tot ahroncit 
Quan los anciens me'n hesèn lo recit. 
Aquí, las nostas surs, un còp chanjat de pelha,*135 
Madamas que tornàn eishamiar com l'abelha : 
La Pennes en permèr, l'uelh viu, shens calanquèr, 
E la Nazaire après, l'èrt tostemps pataquèr. 
Tot parelh com abans, quan hesè la portièra, 
- La Solut, ce disèn - que damorà pelièra. 
Tots los desentenuts hèits a l'arrebohin*136 
Que guardan mème crin !. 
Totun, per Pedaulès a fòrças de prièras 
Que sabó, la carrònha ! escornar las sorcièras... 

A Pedaulès 
- Geneviève Pennes, institutrice (o 1857) ; Suzanne Solue-Laborde dite Soeur St-Nazaire, ménagère (o 1857).
 
 

A Pédaulès, où il n'y avait plus de foyer, depuis longtemps nichait le hibou. 
Mais on disait qu'une lumière, sur le coup de minuit, chaque soir, sous le toit, se promenait dans le grenier en tournant et virant, et tout le monde la voyait, de Condrine à Brouquère.
 
J'en avais de sueur la peau toute fripée quand les anciens m'en faisaient le récit.
 
  
Là, nos Soeurs, après avoir changé d'habit, "Madames" revinrent essaimer comme l'abeille :
 
Mme Pennes en premier, l'oeil vif, énergique, et Mme Nazaire ensuite, l'air toujours agressif.
 
Tout comme avant, quand elle était concierge, - on l'appelait la Solut - elle resta peu commode.
 
Tous les mal embouchés, faits à rebours gardent même crin !
 
Toutefois, à Pedaulès, à force de prières, elle sut, la garce ! écorner les sorcières...
 
  
 

  
  
Au Barbe, la Franchòta, ua hemna de renom 
De la vita benlèu qu'èra arribada au som. 
Que'm sembla de la véder a l'òra de la missa 
Lo dimenge arribar dab la grana pelissa. 
Lo monde que's tracava en la deishant passar, 
E que'us disè bonjorn a tots, shens se pressar. 
Lo hilh, tirant l'esclòp ta cauçar la botina 
Que partí tà Haget dab hemna e gojatina ; 
E navèth metaièr dens la grana maison 
Que tienó garnison. 
Tot an, devant l'ostia, en haut apitranglada 
Qu'anàvam entau Barbe ajulhà'ns en cordada. 
Jo, de blanc abilhat, dab petits alirons 
Que hesí l'anjolet au bèc deus esparrons.*137 
L'an d'après, tà chanjar, la man a l'anereta 
Que sonavi de pos dab la bròja esquireta. 
Los òmis, los gojats, en rengs de batalhons 
Que marchavan au pas, au trang deus carilhons. 
Las hemnas en tropèth, chantrusas e maiòtas 
Per darrèr que vienèn har coda a las devòtas. 
E tota la coishalha aus òrdres deu Fescaus, 
En lampant los drapèus que seguiva la cauç. 
Hardits, los musiciens dab lo pair Lartigòla,*138 
Los uelhs sus lo carton o sus la paperòla, 
Pendent que lo curè montava benedir, 
Que davan ua bohada a har tot eishordir. 
- "Présentez !..." ce disè lo "Casòta" o lo "Lire" ; 
E quinze grenadièrs au permèr son d'esquira, 
Lo fesilh plan hrobit que hesèn lo salut, 
Lo cap quilhat, l'èrt resolut... 

A Joandic, ou Lieutenant, Barbe.  
- Françoise Lailheugue, dite Franchote (o 1831),veuve de Grégoire Barbe.
 
 

Au Barbe, la Franchote, une femme de renom, était bientôt arrivée au sommet de sa vie. 
Il me semble la voir à l'heure de la messe, le dimanche arriver avec la grande pelisse.
 
Les gens se poussaient pour la laisser passer, et elle leur disait bonjour à tous, sans se presser.
 
Son fils, changeant ses sabots pour des bottines, partit à Hagetmau avec femme et enfant :
 
et un nouvel occupant tint garnison dans la grande maison.
 
  
Chaque année, devant l'hostie, haut perchée, nous allions jusqu'au Barbe, nous agenouiller en procession.
 
Moi, habillé de blanc, avec de petites ailes, je faisait l'ange en haut du reposoir.
 
L'année suivante, pour changer, la main à l'anneau, je sonnais rapidement avec la jolie clochette.
 
Les hommes, les jeunes gens, en rangs de bataillons marchaient au pas, au son du carillon.
 
Les femmes en troupeau, chantreuses et grands-mères,
 
venaient par derrière, à la suite des dévotes.
 
Et tous les enfants, aux ordres du suisse, en levant les drapeaux, suivaient la souche (de la procession).
 
Hardis, les musiciens avec le père Lartigole, les yeux sur le carton ou le papier (la partition), pendant que le curé montait bénir, jouaient un morceau à tout assourdir.
 
- "Présentez !..." disait "Cazote", ou "Lire" ; et quinze grenadiers, au premier son de la clochette, le fusil bien fourbi, faisaient le salut, la tête droite, l'air résolu...
 
  
 

  
  
Gran mèste regissur deu castèth de Lacaze 
Lo "Fabre" dab orgulh qu'arrondiva la frasa. 
Entà choasir lo vin aus barricòts deu chai 
N'avè pas nat besonh d'amic ni de compair. 
La Marià, l'Armantina, 
E la mair Celestina 
Que cosèn pelhotòts, 
Mantes, devantalòts. 

A Lafourcade, ou au Fabre.  
- Célestine ou Marie Larmanas ou Larmanou, lisseuse (repasseuse), mère (o 1845) ; Armantine ou Armandine Lanevère, fille, couturière, tailleuse (o 1880) ; Maria (?) ; Bernard Lannevère, tonnelier, régisseur du château de Candale, (o ca 1842).
 

Grand maître régisseur du château de Lacaze (Candale), le "Fabre" avec orgueil arrondissait la phrase. 
Pour choisir le vin aux barriques du chai, il n'avait nul besoin d'ami ni de compagnon.
 
Maria, Armantine, et la mère Célestine cousaient de petits habits, manteaux et tabliers.
 
 

  
  
En faça, lo Lespiauc que fabricava doèlas, 
Barricas e tonèths, pipas de tots modèles. 
Ne l'espudiva pas... Mes, lo mèste "Tropièr"*139 
Que's sabè governar : Jamei n'èra pompièr. 
E la Maria "Tropièra" 
Que n'èra tota fièra. 
Qu'èri plan dab lo hilh, que'm sovien, lo Germènh, 
Qui-e vienè lo dimenge escríver suu calpènh 
Quan me deví cantar, - praube vutz de crabòta -, 
Lo "Libera" d'Aulès*140, shens tròp saber la nòta 
Qu'i ganhavi cinc sòus... E puish, preus camps d'arrós*141 
Que tornàvam a noste en córrer, e tot urós. 

A Marsan, ou Thomas, Dulau, Gaulin, Jacon, Troupier.  
- Jean-Baptiste Lespiauc, tonnelier (o 1836) ; Marie Ferrère, couturière, sa femme (o 1855) ; Germain Lespiauc, leur fils, tourneur (o 1886).
 
 

En face, Lespiauc fabriquait des douves, barriques et tonneaux, pipes de tous modèles. 
Il ne lui répugnait pas... mais, le maître Troupier savait se tenir : Jamais il n'était ivre.
 
Et Marie du Troupier en était toute fière.
 
J'étais en bon termes avec le fils, il me souvient de Germain, qui venait le dimanche écrire sur son calepin quand je devais chanter - pauvre voix chevrotante - le "Libéria" d'Aulès, sans trop connaître la musique.
 
J'y gagnait cinq sous... et puis, par les champs couverts de rosée nous rentrions chez nous en courant, tout heureux.
 
  

  
  
Lo Baptista deu "Pit" en jornada qu'anava, 
Pr'amor que la mestura a casa que mancava. 
N'avè pas, lo praubàs, qu'un semblanç de castèth, 
Mes que'u podèn deishar lo pic o l'arrestèth. 
La Daunina tanben qu'èra determinada, 
E tostemps preus vesins de trabalh escanada. 
A bèths còps que vienè preus nostes camps deu hons, 
Carcar hen, arredalh, e ganhà's l'arditon. 
Tot lo quartièr d'Aulès au temps de la gelada 
Que s'arrestava au "Pit" tà préner l'irolada ; 
E quan lo só d'aost estariva lo plèish 
De la calor tanbenh qu'i pausava lo hèish. 

A Guichot, ou au Pit. 
- Jean-Baptiste Fauthous, journalier (o 1838) ; Cécile Labadie, dite Daunine, sa femme (o ca 1851).
 
 

Baptiste du Pitt, allait travailler comme journalier, parce que la méture manquait chez lui. 
Il n'avait, le pauvre, qu'un semblant de château, mais on pouvait lui confier la pioche ou le râteau.
 
Daunine aussi était déterminée, et toujours surchargée de travail par les voisins.
 
Souvent elle venait dans nos champs du fond, charger du foin, du regain, et se gagner quelques sous.
 
Tout le quartier d'Aulès au temps des gelées, s'arrêtait au Pitt pour se chauffer ; et quand le soleil d'août séchait les haies, il s'y arrêtait aussi pour poser le fardeau de la chaleur.
 
 

 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

  
Entà finir
.

 
Pour terminer

Maison après maison, qu'èi finit la camada, 
Amics, shens tròp de pena e, que crei, shens tumada. 
A long punt, dab ditau, qu'èi cosut un coplet 
Qui-e tira com un guant devant chaque portrèt.

Maison après maison, j'ai fini mon parcours, amis, sans trop de peine et, je crois, sans heurt. 
A longs points, avec dé à coudre, j'ai cousu un couplet qui va comme un gant a chacun des portraits.

Com v'at pòdetz pensar, qu'èi dat mantua costura, 
Trencat, apedaçat, virat plecs e doblura. 
Mes, se'm tròbatz hardit e mème meishantòt, 
Que sauratz que n'èi pas maliça au paquetòt.

Comme vous pouvez le penser, j'ai fait plus d'une couture, tranché, rapiécé, tourné plis et doublure. 
Mais, si vous me trouvez hardi, et même eu peu méchant, vous saurez que je n'ai aucune malice.

Qu'èi bastit tot açò shens nada vantardisa 
Dab çò qu'aví longtemps sarrat dens la valisa. 
E qu'èi volut tanben, tà virà'm l'anugèr, 
Ací de l'ancien temps montar navèth chantièr...

J'ai bâtit tout ceci sans vantardise, avec ce que j'avais depuis longtemps serré dans ma valise. 
Et j'ai voulu aussi pour me désennuyer, reconstituer la vie dans le bourg d'autrefois...

Quaranta ans !... E dempuish, los òmis e la guèrra 
Pet a pet e dus còps qu'an destraujat la tèrra. 
Entertant, com los auts, qu'èi ronlat, virolat, 
E ne m'an pas servit ortolans a tot plat.

Quarante ans !... Et depuis, les hommes et la guerre coup sur coup et deux fois ont détraqué la Terre. 
Entre temps, comme les autres, j'ai roulé, j'ai vécu, et on ne m'a pas servi des ortolans à tous les plats.

Uei que soi scarranshit ; lo nas que se m'alonca, 
E que vadi cussoat tot com ua vielha tronca. 
Benlèu, jo que'm carrà, puish qu'atau Diu qu'ac vòu, 
Anà'm jàser au clotòt, shens véder l'arrajòu.

Aujourd'hui je suis tout courbé ; mon nez s'allonge, je deviens vermoulu, comme un vieux tronc. 
Bientôt, il me faudra, puisqu'ainsi Dieu le veut, aller gésir dans le trou, sans voir briller le soleil.

Amics, rapelatz-ve, quan tot e's descapita 
Qu'a Doasit los anciens n'avèn pas la perpita.

Amis, rappelez-vous, quand tout se décapite, qu'à Doazit, les anciens n'avaient pas la pépie.

2 de janvièr 1946

R. Lamaignère

Curè de St-Aubin.

2 janvier 1946

R.Lamaignère

curé de St-Aubin.

  [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

 
Lo La Ramè
(P. 131)

  
La Ramè.

Que l'aimava tot cru, lo defunt La Ramè...
E que'm rapèla plan deu temps on èri còishe
Que vienè deu "Ninòt"*142, per bèth o per brumèr
Jasé's dens l'arrelhòt, un còp hèit la bambòisha

Il l'aimait tout cru, le défunt La Ramé... Et il me souvient bien du temps où j'étais gosse qu'il venait du Ninot, par beau temps ou dans la brume s'allonger dans la rigole, après avoir fait bombance.

Eth, en soissanta dètz qu'èra partit sordat
E de cap aus Prussiens qu'avè hèit a la hula ;
E mème a Gravelòte au jorn deu gran combat
Dab Bazaine qu'avè recaptat la pilula.

Lui, en soixante dix était parti soldat et face aux Prussiens il s'était battu ; et même à Gravelotte le jour du grand combat avec Bazaine il avait pris la pilule

Tornat entà Doasit, que chanjà de mestí :
Qu'anava ligar henh, que venè tabaquèras.
Mes, que s'ac minjà tot, lo teit e lo vestir,
Sentilhon deu broquet, duncò las perrequèras.

Revenu à Doazit, il changea de métier : Il allait lier du foin, il vendait des tabatières. Mais il se mangea tout, le toit et les vêtements, attiré par l'odeur du robinet (de barrique), jusqu'à ses hardes..

"Siis sage, La Ramè ! pren-te guarda au vin blanc !"
Ce'u disèn a bèths còps... Mes, eth, de la bohiga
Abans de se'n tornar tau son "Château Tremblant"*143
Qu'anava preu "Hontet" har lo plenh au "Tortigue"*144.

"Sois sage, La Ramé ! Méfie-toi du vin blanc !" lui disait-on souvent... Mais, lui, avant de s'en retourner à son "Château Tremblant", allait par le passage du Hontet, faire le plein de sa gourde au Tortigue.

Un matin, que tornà, chancant, dab lo gargolh.
-"Qu'ès aquí, citoyen, ce'u ditz la soa vesia...
"Qu'ès roi com un limac e hart com un pedolh ;
"Qu'i deisharàs la pèth, pelieràs, au "Lavie" !

Un matin, il revint, boitant, avec le gargouillis au ventre. 
- "Tu es là, citoyen, lui dit sa voisine... tu es rouge comme une limace et soûl comme un pou ; tu y laisseras la peau, vaurien, chez Lavie !"

-"Caré't ! ce'u responó... Lo vielh Noè, m'an dit,
"Qui prenè la pistaisha en esbrostant la vinha,
"Qu'estó per lo bon Diu sauvat e benedit
"Quan los auts s'estorcèn dens l'aigueta malinha."

- "Tais-toi ! lui répondit-il... Le vieux Noé, m'a-t-on dit, qui prenait la pistache en effeuillant la vigne, fut sauvé et bénit par le bon Dieu, alors que les autres se débattaient dans l'eau maligne."

-"Qu'es tot çò qu'as a'm díser ?" -"Òh !... Puishque lo bon Diu
"Que sauvà lo Noè shens tant de shapatoère,
"Hè com eth !.. De la lenca acapé't lo ton hiu ;
"Jo, deu blanc, deu palhet, que'n shucarèi enqüèra..."

- "C'est tout ce que tu as à me dire ? " 
- "Oh !... Puisque le bon Dieu sauva Noé sans tant d'histoires, fais comme lui !... retiens le fil de ta langue ; moi, du blanc et du rosé, j'en sucerai encore..."

 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

 
Unh'auta deu "La Ramè"
(P. 132)

  
Une autre de " La Ramé "

Lo La Ramè per lo "Tresquèr"*145
Ua nueit, en se'n tornant que hesè de l'auquèr*146.
Ne cranhè pas, eth, d'abituda,
Cauhat a blanc, la Cama-cruda*147.

La Ramé dans le Tresquè, une nuit, en s'en retournant, avançait en titubant. 
Il ne craignait pas, lui, d'habitude, chauffé à blanc, le croque-mitaine.

Mes, aqueth ser hòrt que priglava
E, suus camins, tot que tremblava.
Los eslambrets en huec qu'enlusivan lo cèu
E qu'ac flambavan tot, d'Augerin a Marèu*148.

Mais ce soir là, il faisait beaucoup d'orage et sur les chemins, tout tremblait. Les éclairs en feu illuminaient le ciel et embrasaient tout, d'Augerin à Marèou.

Tà benlèu que hesó tan gran pet de tonèrre
Que lo praubàs, de cuu que'n gorlerà per tèrra.
Que s'amassa com pòt
E que ditz tot capòt :

Bientôt, il fit un si grand coup de tonnerre que le pauvre homme, dégringola le cul par terre. 
Il se relève comme il peut et il dit tout confus :

- "Aidatz-me donc, ò bona Vierge,
"Que'vs bruslarèi un cierge.
"Balhatz-me lutz, se tant voletz,
"Mes, sivoplet, pas tant de pets !"

- "Aidez-moi donc, ô bonne Vierge, je vous brûlerai un cierge. Donnez moi de la lumière, puisque vous y tenez tant, mais, s'il vous plaît, pas tant de bruit !"

 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

Lo charlic
(P. 133) 

Alexis Romain Laborde, dit Charlic, né le 8 février 1831 à Lassie.

Après lo La Ramè, parlam shens desoblic
Deu noste vielh Charlic.

Après La Ramè, parlons sans oubli, de notre vieux Charlic. 

Eth tanben deu son temps qu'èra un gran personatge.
Que vienè per lo borg har lo pelerinatge,
Lo gran peiròu preu braç, lo barròt a la man,
E cuelhé's, tot diluns, mestura o tròç de pan.

Lui aussi, de son temps, était un grand personnage. Il venait au bourg faire le pèlerinage, le grand panier au bras, le bâton à la main, et chercher chaque lundi, de la méture ou un morceau de pain.

Jo que me'u vei enqüèra,
Senhor de la macoèrra
Avançar, tot croishit,
Tot magre, escarranshit.

Je le vois encore, seigneur de la gueusaille avancer, tout courbé, tout maigre, cagneux. 
 

Sèi pas se, quan vadó, l'avèn cercat lo chafre ;
Mes, dab un praube gus, qui aperavan lo "Nhafre",
Qu'èra de la frairia on tant de valentins,
An un peu dens la man, e corren preus camins.

Je ne sais si, quand il naquit, on lui avait cherché le surnom ; Mais, avec un autre pauvre type, qu'on appelait le "Gnafre"(le cordonnier : Félix Lauqué), il était de la même confrérie où tant de petits vaillants, ont un poil dans la main, et courent par les chemins.

En ivèrn com l'estiu, vestit de la shamarra,
La tabaquèra au punh tà calmà's la catarra,
Clic-clòc que se n'anava en passant per lo Mus,
Preu "Praubon", "Laubardèr", duncò'u haur deu "Demus"*149.

En hiver comme l'été, vêtu de la chamarre, la tabatière au poing pour se calmer la catarrhe, clic-cloc, il s'en allait en passant par le Mus, vers "Prauboun", "Laubardè", jusqu'au forgeron de "Demus".

Eth, com lo La Ramè que'u portava shens biaça,
E quan tornava a casa un còp hèita l'amassa,
N'avè pas lo camin pro large devant eth,
E qu'i dromiva mème autant plan shens cohet.

Lui, comme La Ramè, le portait sans besace (le vin), et quand il rentrait chez lui, une fois fait la récolte (de coups à boire), il n'avait pas le chemin assez large devant lui, et il y dormait même aussi bien sans bonnet.

Passava pas jamei shens demandà'n a noste,
E papà que'u disè quan lo dava la crosta :
- "Pelièr !" - "Caré't, Emon ! Deu borg duncò'u "Galan"
"Qu'i n'i a mantun com jo, e ne'n parlan pas tant !"

Il ne passait jamais sans en demander chez nous, Et papa lui disait quand il lui donnait à manger : -"Vaurien !"  
- "Tais toi, Edmond ! Du bourg jusqu'au "Galan", il y en a plus d'un comme moi, et on n'en parle pas tant !"

A l'escòla, jamei, n'èra anat ent'apréner,
E portant, tot per còr qu'ac retienè shens pena.
Se l'avètz demandat : "Charlic, quan soi vadut ?"
Tostemps que s'i seré sus lo jorn escadut.

Il n'était jamais allé à l'école pour apprendre, et pourtant, il retenait tout par coeur sans peine. 
Si vous lui aviez demandé : "Charlic, quand suis-je né ?" Toujours il serait tombé sur le jour exact.

Ent'aquò qu'i hesè mila còps au son maire,
Mème a l'avesque d'Aire,
Qui an auta causa a har
E d'aut monde a gahar.

Pour ça il faisait mille coups à son maire, même à l'évêque d'Aire, qui ont autre chose à faire et d'autres gens à attraper.

Mes, lo Charlic sustot, qu'adorava las clòchas ;
E tot dimenge dab los còishes
Que prenè la corruda ent'arribar permèr,
Shens s'eslentar jamei.
 

Mais, Charlic, surtout, adorait les cloches ; - et chaque dimanche avec les enfants - il courrait pour arriver le premier, - sans s'essouffler jamais.

Sonque estossi per viatge,
Tot lo jorn en pipiatge
Atau que l'aurén vist
A Buglòsa, a Mailís.

A moins qu'il ne fût en voyage, - tout le jour à parloter - on l'aurait ainsi vu - à Buglose, à Maylis.

Que'u trobàn per batèras
Defunt, après pintèras,
Capvath lo "Pariben",*150
Lo peirolòt au vent.

On le trouva à la saison des battages - défunt, après beuverie, - vers le "Pariben", - son panier au vent.

 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

Ua bròja deu Charlic
(P. 134)
Histoèra vertadèra
*

 
Une belle du Charlic 
Histoire vraie

Au Brun, noste curè, lo Charlic vagabond
Per caritat, demanda ua trancha de jambon
- " Que'm harà lo cuer tenheron
"E, vente plenh, serèi luron !"
- "Ah ! qu'ès abinle, bròi garçon,
"Entà'm recitar la leçon.
"Vèn véder la Frasia, e truca au portilhon,
"Mes, dab era avisé't de har lo moscalhon !"

Charlic vagabond, demande à notre curé Brun, une tranche de jambon, par charité.
- "Ça me rafermira la peau, et le ventre plein, je serai luron !"
- "Ah ! tu es habile, garçon pour me réciter la leçon. Va voir Phrasie, et frappe au portillon, mais avec elle prend garde à ne pas l'irriter !"

- "Mamisèla, adishatz !" ce ditz, tot bravolon...
"De la part deu Vital, que vieni, cama-long,
"En v'ac pregar, de'm dar brincha, o mème tronhon
"De vendresca o de lard, sinon de camanhon !"

- "Bonjour mademoiselle !" dit-il tout gentiment... "Je viens à grandes enjambées, de la part de Vital, pour vous prier de me donner un tout petit morceau, ou même un trognon de ventrêche ou de lard, ou sinon de jarret de jambon !"

E, Frasia, en gronhant, penut au cabiron,
Que destaca lo sac : - "On ès, hòu, greisheron ?"
Ce ditz au donzelon
Dret com un candelon.
- "Hatz gahar ! hatz gahar !" Hè Charlic, shens feiçon.

Et Phrasie, en grognant, détache le sac pendu au chevron : - "Où es-tu, ho, graisseron ?" dit-elle à l'homme droit comme un cierge.
- "Faites prendre ! faites prendre! (le couteau)" fait Charlic sans façon.

E la sòr deu curè, lo mus com l'ariçon,
Que'u tira deu palet un bocin tot menon :
- "Tè, hòu, bon que serà dab nhac de paninon !"
- "Òc, ce'u respon lo vielh... Mes, n'èi pas que guinhon
"De me'u véder atau prim, com ua bula d'onhon !"

Et la soeur du curé, le nez comme un hérisson (de mauvaise humeur), lui sort de la planche à découper, un tout petit morceau :
- "Tiens donc, ça sera bon avec une bouchée de pain !"
- "Oui, lui répond le vieux... Mais, ça me désespère de le voir ainsi, fin comme une bulle d'oignon !"

 
 [Sommaire Doazit]
 [Raphaël Lamaignère]
 [Retour au début]

 
6- La rue.
7- Aulès, le Mus, cimetières de Doazit.
8- L'étai.
9- Vers l'est, où l'on tourne les morts.
10- Fouler.
11- Lou "Pit", lou "Pyounè", points limites du bourg. Lou Pyounè se trouvait sur l'emplacement de l'ancienne porte fortifiée.
12- Portés à fuir.
13- Sur la route du château.
14- Terrain vague, vers le Mus.
15- La butte qui domine le bourg, où s'élevait l'ancien château féodal.
16- Turbulent.
17- Gros sous espagnol.
18- L'épicière voisine de l'église.
19- Le curé.
20- S'entassaient sans discontinuer.
21- Maisons extrèmes de la paroisse.
22- Le grand persécuteur de l'église de France, en 1905.
23- La rate.
24- Le prénom du curé.
25- Maison de notre voisinage.
26- Le jeu de mariage.
27- Bègue.
28- La chouette.
29- Les diverses auberges du bourg.
30- Ancien soldat de 70, blessé à Gravelotte. Il était connu dans toute la région comme un ivrogne invétéré. Il fabriquait des tabatières en peau de cerisier, et vivait d'expédients. Il avait baptisé sa cahute du nom de "Château tremblant".
31- Eclairé par le soleil.
32- Gros, trapu.
33- Grosse toile qui servait pour envelopper la cuve.
34- Les points extrèmes de la commune. La Nibasse, mince filet d'eau traverssant le quartier d'Aulès.
35- Le moulin de St-Cricq, sur le Louts, pour lequel il travaillait.
36- Malicieux
37- Mince
38- Lézardine.
39- Assouplie
40- Suffisant, orgueilleux.
41- Levée de bon matin.
42- Maison du quartier d'Aulès.
43- Femme ivre.
44- Le vertige.
45- Le croquemitaine.
46- Logement en désordre.
47- "Marguerit", maison du quartier du Mus.
48- Les deux épiceries du bourg.
49- toute ramassée.
50- Chute.
51- La cruche.
52- Se casser le nez.
53- C'était le fossoyeur d'Aulès.
54- Ramassée sur elle-même.
55- Rose, sa femme ; Elisa, sa belle-fille.
56- Le raidillon qui descend de la Rue Basse vers Aulès.
57- Leur propriété, à droite de la route du bourg à Aulès.
58- La fatalité.
59- J'y recevais la tape.
60- Sa soeur.
61- Avec réussite.
62- C'était son refrain ordinaire.
63- C'etait sa spécialité, et elle faisait des cures merveilleuses.
64- Notre petit domestique.
65- J'y avais eu un commencement de gangrène, et elle me fit l'ablation du bout du doigt.
66- La bonne chère.
67- Sa femme.
68- Le fumet.
69- Selle bourrée d'étoupe.
70- Quartiers de Doazit.
71- Les chanterelles.
72- L'abbé Lapègue, mon professeur.
73- Son fils Branzeau, officier de santé.
74- Le chenal, descendant de la rue vers la route de Hagetmau.
75- Qui aiment boire.
76- Couleur brune.
77- J'allais garder le bétail, en bas du Tortigue, dans le champ que nous y possédions alors.
78- Les soeurs de la Croix.
79- Rire aux éclats.
80- Séverin Lavie.
81- Le chemin vers la "Galope".
82- Echauffés par le vin.
83- Brûler avec ardeur.
84- Sifflait comme un merle.
85- Sa belle-mère.
86- Le "15 de heurèr 1948", dédié "Au canonge Robert en sovenir deus sons vint-e-cinc ans de curè de Doasit (1923-48).
87- Mgr Sarthou, les RRPP Barbe et Larrieu.
88- Le chemin de la vie.
89- Les nettoyages.
90- La bave.
91- Chantre bénévole, qui habitait au "Bourdillon".
92- Deux des vicaires successifs de M. Brun.
93- Les chatouilles.
94- Tu t'es assez acroupi...
95- Le vicaire de l'époque.
96- Faire de grimaces.
97- Impuissant à se servir des mains.
98- Les tiques.
99- La soeur du curé.
100- Femme déséquilibrée.
101- Du nom de la maison, lou "Pouric".
102- Ariques = barbe des épis ; cague-ariques = avare.
103- La Mougnoun, soeur de Mariounete, mère "a parte sinistra" de Firmin ; Jeanty et Julia, mariés.
104- Ménage désuni ; elle avait abandonné son mari.
105- L'estomac.
106- Parasite.
107- La rue du presbytère, appelée depuis, Rue de la Paix.
108- L'aisselle.
109- Elle ravaudait.
110- S'embourber.
111- Dîner de baptême, "la coque".
112- Les besicles.
113- Le journal de Toulouse, condamné.
114- Le vicaire d'alors.
115- Le prénom du curé, M. Brun.
116- Le frère.
117- Qui aime se chauffer.
118- La chatte.
119- Piétiner.
120- Il y avait professé la classe de seconde.
121- Les divers postes par lui occupés.
122- La maison d'en face.
123- Maison, à 2 km du bourg, vers Hagetmau.
124- Il quitta Doazit en 1923, ayant perdu ses parents.
125- Ancien curé de St-Cricq.
126- A miettes.
127- Sa propriété.
128- Son fils.
129- Sa femme.
130- Grand avare.
131- Très maigre.
132- Jour de noces.
133- A la boutonnière.
134- D'air suffisant, hautain.
135- D'après les décrets de sécularisation.
136- A l'envers.
137- On me faisait monter jusqu'au plus haut degré du reposoir.
138- Léon Lafitte, chef de la musique de Doazit, clarinette remarquable. Son frère était chef de musique militaire, à Tarbes.
139- Nom de la maison.
140- Les jours "d'offerte".
141- Nous revenions par les champs.
142- Lou Ninot, l'auberge du bourg.
143- Il appelait ainsi sa masure.
144- L'auberge, à moitié côte.
145- Les pins qui séparent Doazit de Horsarrieu et de Dumes.
146- Caçar las aucas, aller en titubant sur les routes.
147- L'épouvantail des petits enfants.
148- Maison de divers quartiers de Doazit.
149- Maisons de Doazit, éloignées les unes des autres.
150- Chemin raviné, du bourg au Mus.